Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAhráyeph › AnimaElegy

Ahráyeph › AnimaElegy

cd • 15 titres

  • 1(AnimAElegy)
  • 2Reflection
  • 3Maiden by the sea
  • 4Resolve (A Dirge)
  • 5Love/No love
  • 6White square II
  • 7Darkness
  • 8Thread
  • 9Hekate
  • 10Remain
  • 11Finale
  • 12Acceleration
  • 13Cure/Divine/Madness
  • 14Pressure
  • 15Awake

extraits vidéo

informations

Rose Creek Studio, Belgique, janvier-juillet 2015

line up

Ray Ahráyeph (chant, guitare, basse, programmation), Ness (clavier, piano, synthé)

Musiciens additionnels : Alex Martin (programmation additionnelle)

chronique

On sous-estime souvent les formations goth rock belges, on a bien tort; rarement pionnières, elles n’en expriment pour autant pas moins de passion ni de savoir-faire car souvent peu soutenues par des labels conséquents. Ahráyeph en est un exemple flagrant. Après une excellente intro mystique à souhait aux relents arabisants, le second titre plutôt que de décoller, assoit l’atmosphère, ce qui ne dérange pas tant nous sommes déjà captés dans un autre univers. Aucun groupe je crois, excepté Aeon Sable, n’a eu cette capacité de me plonger dès les premières mesures dans une ambiance pareille. Les Belges ont à mes yeux pas mal de cordes à leur arc à commencer par leur chanteur dont le timbre un peu nasillard me rappelle Cancer Barrack. L’homme ne se contente pas d’aboyer, sa voix exprime beaucoup de nuances. La musique aussi. La programmation pour commencer, elle est si soignée qu’on s’y méprendrait parfois, notamment dans les roulements; le mixage ensuite, tout est parfaitement équilibré. Voilà qui permet ensuite à l’écriture d’éclater pleinement tant dans les passages les plus aériens, que les accélérations, les mélodies; on joue beaucoup sur les tensions, les montées, les libérations, jamais de linéarité, même si certains passages sont jouissifs juste dans l’extase de la mélodie (‘Resolve (a dirge)’, ‘Acceleration’, ‘White square II’, ‘Thread’…). Contrairement à certaines formations friandes des titres à cinq minutes sur lesquels on s’ennuie déjà après deux, Ahráyeph jongle allègrement entre trois et cinq minutes, huit même de temps à autre, sans qu’on ne voit le temps s’écouler; c’est d’autant plus remarquable que le disque est plutôt gorgé à ras bord niveau chansons. Qu’importe, tel un Kaa interstellaire gothique, le combo nous a hypnotisé(e)s dès les premières notes et ce climat cohérent mais riche en variations, surprises, émotions, nous permet d’errer aisément dans cette galaxie noire et mystique dans laquelle on se sent étrangement en paix. ‘Death is not the end’, chante Raf Ahráyeph et on se plait à espérer qu’elle puisse ressembler à cette drôle de sphère aux courants marins qui nous ballotent de droite à gauche et de haut en bas (‘Thread’, 'Finale'...) sans que l’on ne ressente de crainte. Pour conclure, remarquons que l’agencement même du disque est malin. Alors que les premières compositions accentuent beaucoup l’ambiance si spéciale, dès le milieu, le ton se fait plus énergique, plus électrique, avec des variations de guitare assez merveilleuses, une basse impeccable et un clavier discret mais toujours pertinent. D’ailleurs quand je parle de groupe, concrètement, tout repose entre les mains de Raf Ahráyeph, enregistrement, mixage, mastering compris, sans label. Impressionnant !

note       Publiée le mercredi 10 avril 2024

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

Aeon Sable - Hypaerion

Aeon Sable
Hypaerion

Fields Of The Nephilim - Elizium

Fields Of The Nephilim
Elizium

Ground Nero - Divergence

Ground Nero
Divergence

dernières écoutes

    Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "AnimaElegy" en ce moment.

    tags

    Connectez-vous pour ajouter un tag sur "AnimaElegy".

    notes

    Note moyenne        2 votes

    Connectez-vous ajouter une note sur "AnimaElegy".

    commentaires

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "AnimaElegy".