Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCaptain Sensible › Women and captains first

Captain Sensible › Women and captains first

  • 1982 • A&M AMLH 68548 • 1 LP 33 tours

cd • 11 titres

  • 1Wot
  • 2A nice cup of tea
  • 3Brenda
  • 4Yanks with guns
  • 5Happy talk
  • 6Martha the mouth
  • 7Nobody's sweetheart
  • 8(What d'ya give) The man who's gotten everything
  • 9Who is Melody Lee, Sid?
  • 10Gimme a uniform
  • 11Croydon

extraits vidéo

informations

Old Barn Studios, Kenley near Croydon, Surrey, Grande-Bretagne.

Malgré mon opinion sur ce skeud, l'achat d'un best of du bon Captain est largement encouragé !

line up

Captain Sensible (chant, guitare, orgue)

Musiciens additionnels : Dolly Misture (choeurs féminins), Robyn Hitchcock (guitares), Beale Street Jazz Band (brass band), Rod Bowkett (bruitages), Tony Mansfield (synthé, percussions, production)

chronique

1er avril, jour parfait pour chroniquer un album de Captain Sensible, bassiste puis guitariste puis bassiste puis…Toujours gros bouffon des Damned. Drôle de zigue celui-là qui derrière ses allures d'ado attardé est en réalité un musicien/vocaliste complet à l’oreille fine (c’est lui qui transcrivait en musique les mélodies que Dave lui fredonnait, pas mal pour un punk) portant aussi bien qu’à 20 ans des mohairs aux couleurs criardes, des vestons lacérées de chaînes et de badges comme s’il n’avait jamais été jeune, comme s’il ne sera jamais vieux… Notre bon Captain avait étrenné l’enregistrement solo une première fois en 78 lors d’un hiatus des Damned par une reprise du ‘Jet boy jet girl’ de Elton Motello mais pour être honnête avec vous, je ne me souviens plus avec précision comment il en était venu à y regoûter; ce dont je me rappelle fort bien (pieuse lecture de la bio non officielle mais autorisée des Damned), c’est qu’il se verra lui-même dépassé par un succès totalement inattendu et lui qui menait en parallèle son contrat solo et sa position de musicien des Damned (plutôt au creux de la vague alors, il est vrai) se verra forcé de les abandonner un temps face aux nombreuses sollicitations de sa boîte de disque et de l’épuisement qui en résultera. La raison de tout ça ? Une reprise de ‘Happy talk’ air très populaire extrait de la comédie musicale de 1949 ‘Pacific South’ et repris notamment par des grandes dames de la chanson américaine telles que Doris Day, Ella Fitzgerald, Nancy Wilson, qui va littéralement cartonner dans les hit-parades britons. Cette version sera même samplée des années après par le rappeur Deezee Rascal pour son single ‘Dream’. Comme si ça ne suffisait pas, Raymond Burns enchaîne avec ‘Wot’, un rap bercé de sa rythmique funk froide, son hystérie débilos mais irrésistible, son refrain inoubliable. Autour de ces deux mega hits, notre Captain y promène sa verve de dandy prolo british dans des orchestrations évoquant au mieux les Stranglers époque ‘Always the Sun’ ou quelques facéties pop des Damned, avec en prime une pièce jazzy 20’s (‘Nobody’s sweetheart’), une sorte de folk rock déglingue adressée devinez à qui (‘Who’s Melody Lee, Sid ?’) et au pire, je ne sais pas trop, une sorte de rap cheap (‘Gimme a uniform’)… Bref un beau fourre-tout où une boîte de thé n’y retrouverait pas ses sachets avec pourtant la collaboration de Robyn Hitchock et un coup de pouce de Penny Rimbaud. Evidemment, à l’époque cet étalage sans pudeur et sans cohésion d’une autre face du trublion punk avait de quoi arrondir les yeux. Avec le recul, est-ce si surprenant de la part d’un mec ayant toujours assumé sa situation d’anglais moyen et son goût des blagues potaches sous toutes leurs formes ? Un jukebox de pub de l'année 1982, un disque de premier avril justement, ‘April fool’ comme disent nos amis d’outre-Manche… 2,5/6

note       Publiée le lundi 1 avril 2024

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

Rat Scabies - P.H.D. (Prison, Hospital, Debt)

Rat Scabies
P.H.D. (Prison, Hospital, Debt)

Brian James - The guitar that dripped blood

Brian James
The guitar that dripped blood

dernières écoutes

    Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Women and captains first" en ce moment.

    tags

    Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Women and captains first".

    notes

    Note moyenne        1 vote

    Connectez-vous ajouter une note sur "Women and captains first".

    commentaires

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Women and captains first".

    SEN Envoyez un message privé àSEN

    WOT n'a rien d'horripilant, je trouve ce morceau toujours aussi fun, et encore plus dans sa version extended !

    Richard Envoyez un message privé àRichard

    Dans le genre grand n'importe quoi mais qui me fait un effet de dingue par rapport à cet horripilant 'Wot', c'est le génial 'One Christmas Catalogue ' et je ne vous parle même pas du clip.

    Raven Envoyez un message privé àRaven
    avatar

    HE SAID CAPTAIN I SAID WOT ?!!! Avec "Peaches" des Stranglers, LE tube rap de punk anglais.