Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPhrenelith › Chimaera

Phrenelith › Chimaera

31:21 • 7 titres

  • 1Awakening Titans7:07
  • 2Chimaerian Offspring (Part 1)4:22
  • 3Phlegethon4:09
  • 4Gorgonhead3:59
  • 5Kykytos2:31
  • 6Χίμαιρα1:27
  • 7Chimaerian Offspring (Part 2)7:46

informations

Enregistrement par Tuna au Djævlesound (batterie, Copenhague) et par Lasse aux Ballade Studios (voix, guitare, basse, Copenhague). Mixé et masterisé par Greg Wilkinson aux Earhammer Studios (Oakland, CA)

Artwork par Timo Ketola

line up

Simon Daniel (guitare, voix), David (guitare, voix), Jakob (basse), Tuna (batterie).

chronique

« La supériorité conférée par la vertu s’ajoute à l’office, car celui du cithariste est de jouer de son instrument, mais s’il est bon, c’est d’en bien jouer ». Phrenelith aurait dû relire Aristote car leur premier album avait prouvé qu’il n’était pas un simple groupe remplissant son office de revival death metal mais un « bon » groupe, qui devrait toujours « bien jouer » cette divine musique qui remue méninges et boyaux tel le philosophe. On citait alors Bolt Thrower et Incantation dans la chro et les commentaires à côté, là on pense plutôt à Blood Incantation voire Gorguts période Colored Sands, de loin, sur certaines subtilités de batterie (Phlegethon). Les morceaux sont donc globalement plus lents, inutilement complexes et bien mous. La voix est doublée à la Carcass, de loin encore, alors que les borborygmes fangeux univoques de Desolated Escape avaient séduit la communauté gutsienne, dont on connaît la capacité à être des casse-couilles, oui, mais de bon goût. Inutile d’épiloguer, Phrenelith a sorti un album moyen qui ne m’a procuré aucun réel plaisir. C’est un album de death metal, sans aucun doute, qui témoigne d’une maîtrise des codes les plus bankables du moment mais il manque de souffle et ne bottera les fesses de personne. Et que lit-on par ailleurs sur Bandcamp ? « Several years having passed since the conception of their monumental debut album, Phrenelith have been slowly conjuring up new material ». Que nenni ! Trois morceaux (Gorgonhead, Kykytos, Chimerean Offspring) sont des réenregistrements de l’EP « Chimaerian Offspring » (2017) qui est finalement plus chatoyant que les versions ici présentes. Cela fait donc peu d'inédits et deux sont des instrumentaux. Phrenelith a rempli son office sans vertu aucune et déçoit ceux qui avaient placé beaucoup d’espoir dans un groupe qui surnageait allègrement dans la masse des sorties death-trad de ce XXIe siècle pourrissant.

note       Publiée le jeudi 28 mars 2024

dernières écoutes

    Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Chimaera" en ce moment.

    tags

    Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Chimaera".

    notes

    Note moyenne        1 vote

    Connectez-vous ajouter une note sur "Chimaera".

    commentaires

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Chimaera".