Vous êtes ici › Les groupes / artistesZJohn Zorn / Bill Laswell › Memoria

John Zorn / Bill Laswell › Memoria

  • 2023 • Tzadik TZ 4042 • 1 CD digipack

cd • 3 titres • 37:24 min

  • 1Pharoah Sanders14:36
  • 2Milford Graves13:08
  • 3Wayne Shorter09:40

informations

enregistré le 16 janvier 2023 au Orange Music

line up

Bill Laswell (basse), John Zorn (alto saxophone)

chronique

Voici ici la suite de l'album "The cleansing" sorti en 2022 présentant donc John Zorn et Bill Laswell en duo et en pure improvisation. Comme pour le premier album, les deux musiciens se sont retrouvés un jour en studio avec leurs instruments, ils ont appuyé sur le bouton "Play" et c'est parti ! 24 heures plus tard, ils avaient accouché de trois morceaux pour un peu plus de 35 minutes de musique, sans overdubs d'aucune sorte. Les trois titres sont à la gloire de trois jazzmen émérites, Pharoah Sanders, Milford Graves et Wayne Shorter. Comme vous le savez, j'avais adoré l'alchimie présente sur le premier essai entre les deux musiciens. Ici, on garde la même recette, avec un Bill Laswell qui place ses basses en mode "tapis d'ambiance" et il laisse John Zorn en solo sur son saxophone. Et là, contrairement à "The cleansing", j'ai plus l'impression d'avoir une juxtaposition des deux univers que d'une véritable alchimie. Certes, il y a de bonnes idées, notamment dans les parties plus calmes, ambient où John utilise son saxophone pour apporter une texture jazzy feutrée. Là, oui, il n'y a rien à dire, ça passe nickel, c'est calme, bien posé avec un touché admirable de la part des deux musiciens et le résultat est top, surtout sur "Pharoah Sanders". Mais quand John part en mode "égorgeage de porc", c'est too much, et je trouve que ça casse complètement l'atmosphère pesante créée par le duo. Surtout qu'il ne s'économise pas sur ces plans-là ! Bill Laswell reste ici clairement dans l'ombre de Zorn. On a souvent l'impression qu'il utilise un claviers pour poser des nappes sombres, basses et continues qui englobent tout le spectre musical. Et justement, ce décalage entre les deux musiciens empêche selon moi une véritable osmose entre les deux, d'autant plus que j'ai l'impression que le saxophone a été mixé bien en avant du reste. Plus que sur le premier album, j'ai très souvent l'impression sur ce disque d'avoir une juxtaposition de deux mondes plutôt que la création d'un univers commun, comme cela avait été le cas sur "The cleansing". On garde la même atmosphère claustrophobique et sourde déjà présente sur le premier album mais l'exploitation n'est pas aussi bonne ici. On perd un peu le côté dub aussi au profit de nappes de basse en mode claviers qui manquent de profondeur. J'aurais vraiment préféré que Bill soit un peu plus mis en avant. En exagérant, ça peut presque donner l'impression que Bill est là pour poser une atmosphère générale servant ensuite à John pour partir en vrille et faire ses solos de son côté. Je grossis le train parce qu'on n'est quand même pas à ce niveau-là, mais cela donne en partie la différence majeure entre les deux albums. J'ai plus de mal à voir la symbiose ici entre les deux musiciens, là où c'était le point fort du premier album. Alors certes, l'ambiance globale est vraiment bonne, Bill Laswell est impressionnant de ce côté-là et John Zorn est impeccable sur son saxophone à enchaîner les solos et autres décrochages, mais sur l'ensemble du disque, je trouve le résultat en deçà des attentes. Une petite déception.

note       Publiée le samedi 24 février 2024

dernières écoutes

Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Memoria" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Memoria".

notes

Note moyenne        2 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Memoria".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Memoria".

Damodafoca Envoyez un message privé àDamodafoca

La participation de Harris sera électronique. A priori, Zorn a écouté son projet Fret, l'a relancé en lui demandant de lui fournir une base et Zorn et Laswell tricote par dessus en ce moment même.

kranakov Envoyez un message privé àkranakov

Ah, tiens !

Après le set de 2008 à Paris qui voyait MH revenir derrière le kit de batterie, je suis pas si sûr que ce soit le meilleur choix. Perso, Tatsuya Yoshida me semblait vraiment le batteur le plus approprié pour continuer à explorer ces territoires obscurs (même si Drake en 2003 avait apporté une touche Afro vraiment intéressante).

J’ai l’impression que MH a tout dit sur la période des années 90.

Je ne demande qu’à être détrompé et ce ne serait pas la première fois que Zorn ferait preuve d’un flair bien plus fin que tous ceux qui l’attendent au tournant….

nicola Envoyez un message privé ànicola  nicola est en ligne !

Merci du tuyau.

Damodafoca Envoyez un message privé àDamodafoca

Les deux sont en train de bosser sur un nouveau Painkiller avec Mick Harris.

Chris Envoyez un message privé àChris
avatar

Un album pas vraiment indispensable en effet.

Note donnée au disque :