Vous êtes ici › Les groupes / artistesKKrupskaya › Clouds Over Pripyat

Krupskaya › Clouds Over Pripyat

cd • 18 titres • 18:00 min

  • 1Enter the Age of Paranoia2:51
  • 2Failure of the Human Conscience0:18
  • 3Pyrrhic Victory0:42
  • 4Send Plagues Upon tje Masses0:29
  • 5The Probable Demise of Entire Peoples0:26
  • 6Wake Up Sterile1:31
  • 7We Dug In Earth With Our Hands0:18
  • 8The Same Dull Echo0:22
  • 9Duplessis Orphans1:15
  • 10All Around the Moral Highground People Are Dying2:25
  • 11Eurocentruic Cycle of Extermination0:20
  • 12Mer Blanche Solovetsky0:39
  • 13Norilsk Is the World0:17
  • 14Make Them Subhuman and They Will Be Victims1:24
  • 15Krupskaya0:28
  • 16Clanse the Infected Souls0:19
  • 17Then Burn Their Bodies0:35
  • 18Clouds Over Pripyat3:10

informations

Enregistré au studio The Lizard Lounge, Stoke-on-Trent, à l'été 2006.

L'édition Kawaii Records est un mini-CD.

chronique

Krupskaya, c'est noir, gris, austère et débordant. Du grind d'apparence chaotique mais en fait millimétré – la batterie hachée au micromètre et tout le reste qui gerbe et prolifère par dessus, textures de guitare noise, voix arrachées, dissonances moches, pliées, éclatées, écrasées. Le groupe porte le nom de la veuve (non-joyeuse) de Lénine – Nadejada Kroupskaïa. La photo de pochette montre la ville désertée de Pripyat – évacuée après l'accident, la fusion du réacteur n°4 de la centrale de Tchernobyl, en 1986. Tous les titres parlent de catastrophes, d'abominations – la mort nucléaire donc, la sordide affaire des Orphelins Duplessis, le Goulag... Un catalogue de vilenies humaines, de destructions, d'atrocités compilées au long de l'Histoire. Pas du grind-blague, non – pas de gaudriole, de rigolade, de gore juste pour l'amour de la provocation crade. Tout est dégradation, chute, désagrégation, dans ce que ça raconte – et le son s'acharne à nous enfouir là-dedans, jours et nuits angoissés, en attendant qu'une contamination ou l'autre nous touche et nous disloque, nous dissolve. Rien d'extraordinaire mais de la suite dans les idées, dans cette optique de narration du pire qui ne magnifie rien, maintient le bad-trip dans le spectre de la panique, d'une terreur dense qui parvient tout juste à s'expulser – à peine, même pas, il reste des souches qui s'accrochent, prêtes à repousser en cellules tumorales dès qu'on aura relâché ne serait-ce que d'un iota l'attention, la tension. La paranoïa, dans cette vision du monde, n'est guère plus qu'un état de permanente préparation – puisque les plus dégueulasses hypothèses, déjà pensées ou pas encore, sont vouées de toute façon, à se réaliser tôt ou tard. Un album de Krupskaya – ou un EP, ou l'une des faces de la bonne poignée de splits qui constitue la plus grosse partie de leur discographie – c'est toujours très répétitif, en même temps toujours instable, incapable de se fixer, de se poser. (Ou alors en plages étales et aussi ternes que le reste, aussi anxiogènes, plus, quand elles prennent le temps). C'est toujours très dense et insaisissable – ce jeu de guitare très noise, donc, en riffs informes quand ce ne sont pas seulement des larsens, feedbacks tordus qui saturent l'espace, jouant grandement dans cette impression qu'on ne peut se retenir à rien, que ça nous entraîne sans qu'on puisse trouver où seraient le haut, le bas, l'horizon, le mur le plus proche. Intensité sans fond. Brièveté sans fin – sans queue ni tête et tous membres, tous organes éparpillées. Ça chiale en fond, en samples, ça s'égosille, ça fume par toutes les cassures, les trous dans les débris. C'est bizarrement touchant dans les moments où la tristesse jaillit – derrière le boucan des cités, des dortoirs, des contrées, du monde qui s'écroule, se crashe, s'effondre et se ronge. Rien d'autre à en dire, au jour où je l'écris. De toute façon, Krupskaya, ça ne se prête pas à ce qu'on s'étende. Ça va couper. Ça y est. Le silence résiduel bruisse, crépite, grésille sinistrement comme un compteur geiger.

note       Publiée le mercredi 14 février 2024

dernières écoutes

    Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Clouds Over Pripyat" en ce moment.

    tags

    Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Clouds Over Pripyat".

    notes

    Note moyenne        1 vote

    Connectez-vous ajouter une note sur "Clouds Over Pripyat".

    commentaires

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Clouds Over Pripyat".