Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAutopsia › Death is the mother of beauty

Autopsia › Death is the mother of beauty

cd • 6 titres

  • 1Scars of Europa
  • 2Signs of bodies
  • 3Signs of machines
  • 4Gate
  • 5Silentium post Clamores
  • 6Death is the mother of beauty

informations

Studio 1 Radio Novi Sad, Serbie, décembre 1988-janvier 1989; 'Gate' enregistré en 1984 au 'Kalwarienberg'.

Pas de boîtier, cd et livret sont dans une fourre plastique transparente.

chronique

Plus qu’un groupe, Autopsia est un collectif multimédia s’articulant autour d’un certain Radovan Milinković, expliquant probablement par là-même la touche cinématographique de leur musique. En effet, qu’il s’articule dans une veine plutôt ambient ou plutôt martiale, le projet travaille sur le minimalisme, son pouvoir hypnotique et évocateur. Ce premier album après une série de K7s s’inspire beaucoup du néoclassique traité au spectre indus martial. Boucles dramatiques, percussions martiales, chants religieux ou profanes graves, occidentaux ou orientaux (chants tibétains), quelques éclats de bois ou de cuivres désarticulés (‘Sign of bodies’), quelques bruitages, les mélodies dégagent un fort pouvoir visuel parfaitement adapté aux exercices du 7ème art, dans la réalité (une de leurs compos figure dans un film de Peter Greenaway) ou que l’on se crée dans sa tête. On songe forcément à certains travaux de Laibach bien que l’on devine instinctivement que la portée en est différente; malgré une imagerie volontiers militaire ou scientifique époque soviétique, Autopsia paraissent se baser sur une philosophie coincée entre Nietzsche et Crowley, une forme de quête du pouvoir personnelle fondée sur l’art comme un rituel, d’où probablement cette abondance de chants et de percussions lourdes, tantôt martiales, tantôt plus tribales avec une pièce éponyme à la fois dramatique et apaisée, mi-sombre mi-céleste, peut-être à l’image de l’être humain dans ce qu’il a de bon et de mauvais avec en guise de réflexion cette maxime: ‘Art is the relationship towards death, death is the mother of Beauty’. La qualité, à mon sens, de Autopsia est cette manière de travailler assez spontanée qui utilise des samples symphoniques mais sans vouloir faire semblant qu’un orchestre est présent au studio et cet album aux morceaux bien dosés niveau temps et arrangements présente une bonne introduction au côté le plus martial du collectif.

note       Publiée le dimanche 4 février 2024

dernières écoutes

    Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Death is the mother of beauty" en ce moment.

    tags

    Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Death is the mother of beauty".

    notes

    Note moyenne        3 votes

    Connectez-vous ajouter une note sur "Death is the mother of beauty".

    commentaires

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Death is the mother of beauty".

    ProgPsychIndus Envoyez un message privé àProgPsychIndus

    Et c'est un groupe qui est là depuis 40 ans et qui mérite plus de reconnaissance !

    Note donnée au disque :       
    Shelleyan Envoyez un message privé àShelleyan
    avatar

    C'est pas évident en effet, dans les années, j'avais eu du mal. J'ai retenté près de 20 ans après pour que ça fonctionne...

    Note donnée au disque :       
    born to gulo Envoyez un message privé àborn to gulo

    Tiens, je crois que c'est celui que j'avais, dans le temps. Jamais réussi à rentrer dans ce groupe, jamais compris la visée.