Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSection 25 › The key of dreams

Section 25 › The key of dreams

cd • 14 titres

  • 1Always now
  • 2Visitation
  • 3Regions
  • 4The wheel
  • 5No abiding place
  • 6Once before
  • 7There was a time
  • 8Wretch
  • 9Sutra
  • 10The beast
  • 11Salura
  • 12Je veux ton amour
  • 13Sakura (matrix mix)
  • 14Hold me

extraits vidéo

informations

Singleton Street Rehearsal Unit, Blackpool, Grande-Bretagne.

line up

Larry Cassidy (chant, basse), Vin Cassidy (batterie, synthé), Paul Wiggin (guitare, effets)

chronique

  • post punk anorexique

Apparemment, Section 25 ne trouvaient pas leur musique assez aride alors ils ont décidé de la déshydrater davantage. Batterie post punk en perpétuelle mouvement mais au son maigrichon, un chant complètement désincarné, inexpressif, qu’il sonne humanoïde (‘Always now’) ou simplement fantomatique (‘Visitation’, ‘The wheel’), basse ronde, parfois un jet de saxo, quelques bruits, une poignées d’accord d’une gratte en pleine sieste, peu de mélodie, plutôt des atmosphères, comme on verrait un monde flou et distordu après une prise de drogue. Pas d’hallucination, plutôt une forme de brouillard cotonneux, rassurant et anxiogène à la fois… Même la musique semble peiner à s’extraire de cette torpeur, comme si elle luttait pour ne pas s’enliser dans un cloaque bourbeux, comme si les musiciens se refusaient à achever les morceaux. Tout n’est qu’indolence et spleen, pratiquement pas une sonorité claire pour nous sauver du laminage en règle effectué par des compositions aux limites de l’ennuyeux sans franchir cette limite. Même quand les tempi sont plus rapides, ils sont noyés dans la réverb’, mixés en arrière (‘No abiding place’) pour surtout éviter de faire danser. Expérimentaux comme jamais (pour ne pas dire trippés), les Anglais empruntent au psychédélisme, probablement un peu au krautrock (‘There was a time’, ‘Sutra’) pour l’injecter sournoisement dans un post punk s’enlisant dans un marécage dub; même les quelques influences Joy Division encore décelables parfois nous renvoient à la bande Ian Curtis que l’on aurait dépouillée de toute forme de gras et même de moelle. ‘Key of dreams’ est clairement un album difficile à s’envoyer et pourtant il témoigne de l’audace d’une formation qui n’aura jamais réussi (ni cherché probablement) à s’attirer les grâces de la hype. Anticommercial au point qu’on a presque l’impression qu’ils s’agit d’une suite d’improvisation capturées lors d’une répétition. Ce sont au final, les morceaux bonus qui redonnent un coup de fouet et nous sortent de la torpeur… Enfin, ‘sortent’, il ne faudra pas exagérer non plus, la grisaille anglaise concentrée en tube sans eau pour la diluer…

note       Publiée le vendredi 1 décembre 2023

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

Crispy Ambulance - Frozen blood

Crispy Ambulance
Frozen blood

Même eux ont l'air repus...

dernières écoutes

Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "The key of dreams" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "The key of dreams".

notes

Note moyenne        2 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "The key of dreams".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "The key of dreams".

ProgPsychIndus Envoyez un message privé àProgPsychIndus

"jams from the Bardo" et " hymns from the Bardo" sorties récemment sur Klanggalerie valent vraiment le coup, enregistrement de morceaux sessions et lives inédits de 78 à 81 !!! Le son est bons en plus.

Message édité le 02-12-2023 à 23:40 par Progpsychindus

Note donnée au disque :       
Shelleyan Envoyez un message privé àShelleyan
avatar

C'était pas 100% conscient mais oui, j'étais un peu dans une phase post punk au pain sec et sans eau

Note donnée au disque :       
born to gulo Envoyez un message privé àborn to gulo

Ah tiens, ça me fait pas mal penser à Second Layer (y aurait-il eu petite association d'idées, dans un sens ou dans l'autre, chez notre précieux chroniqueur ? ^^), mais en effet matelassé, "émoussé" soigneusement sous des couches cotonneuses de médicaments. Ce sax sur "Regions"... <3

Très intéressant, ce disque. J'y reviendrai je pense, merci.