Vous êtes ici › Les groupes / artistesRRoots Manuva › Bleeds

Roots Manuva › Bleeds

  • 2015 • Big dada BDCD269 • 1 CD digipack

cd • 10 titres

  • 1Hard bastards
  • 2Crying
  • 3Facety 2:11
  • 4Dont breath out
  • 5Cargo
  • 6Stepping hard
  • 7Me up !
  • 8One thing
  • 9I know your face
  • 10Fighting for ?

extraits vidéo

informations

line up

Roots Manuva (chant, flow)

Musiciens additionnels : Doug Wimbish (basse), Ivan CelloMan (violoncelle), Fred (batterie, piano, guitare, percussions, voix), Cory Henry (orgue, piano), Skip McDonald (guitare, piano, basse), Ollie Keene (cor, percussions, voix), Emmanuel Franklyn Adelabu (synthé, batterie), Will Purton (synthé), Marilyn Sky, Jim Bell, Deborah Miller, Helen White, Aaron Marcellus, Karyn Porter (choeurs)

chronique

Le rap, j’aime pas du tout... Enfin, des fois, si. Roots Manuva, neuvième album, je connais rien du mec ni des albums précédents et je m’en cogne; chez moi, tout n'est qu'affaire de musique, surtout hors de ma zone de confort. Et là, il y a déjà cette putain de voix ! Je ne sais pas si c’est parce que le mec vieillit mais si Nick Cave faisait du rap, on approcherait peut-être de quelque chose de similaire. C’est flagrant sur l’excellent ‘I know your face’: arrangements soignés avec intro de nappes de violoncelle, refrain chanté avec timbre grave et mélancolique, une bonne basse en renfort et quelques choeurs féminins un peu banals mais pas désagréables, avec percussions bien martiales en cerise sur le gâteau. Un moment très fort. Le second et mon favori, c’est ‘Crying’. Petite suite de notes glacées d'emblée, loops de sanglots, la voix qui se pose sur les rythmes secs, lents, anxieux et putain, le refrain ! Déchirant avec sa suite de notes, son sample triste; même mon coeur de corbeau s’en trouve percé. Autour de ces instants de grâce, d’autres pièces de haut vol tel que le final ‘Fighting for ?’ Avec son piano jazzy pluvieux, son feeling gospel version banlieue londonienne, ‘Hard bastards’ plus lourd, torve, pas toujours si éloigné du versant le plus glauque de Massive Attack. Une fois encore, le refrain envoie du bois, de même que les instrus riches (basse, violoncelle, chant féminin, synthé…). Franchement, c’est un régal de se laisser charmer par la tristesse grise de ces pièces; difficile du coup de goûter entièrement ‘Facety 2:11’ dont les percussions martiales, les syllabes loopées, les petites sonorités grinçantes, sont certes efficaces mais rompent cette pluvieuse torpeur par une sécheresse presque ‘agressive’. Par moment, l’espoir relève le nez, notamment sur un ‘Don’t breath out’ au flow assez vaillant mais grevé d’un drôle de petit spleen d’arrière-plan assez jouissif (les instrus et la performance de Roots font clairement la différence, avec une légère saveur soul amère). ‘Cargo’ ? Super aussi, là aussi comme une rencontre improbable entre Massive Attack et un street Nick Cave. Concrètement, aucun morceau n’est mauvais mais ceux qui sont bons le sont tellement que d’autres plus banals tels que ‘One thing’, ‘Me up !’ ont plus de peine à passer. Vu son beau timbre, on s’habitue vite à l’idée qu’il chante et les 3/4 du disque dégageant cette vue de l’Angleterre dominicale sous la pluie perçue depuis un divan crevé dans un living-room miteux d’un H.L.M. de briques sombres tel qu’on en voit dans les films sociaux britanniques, ceux cassant le trip sont moins les bienvenus et font effet de mecs en manque qui viennent réclamer la weed qu’on a déjà fumé il y a trois jours. Il n’empêche, avec ‘Bleeds’, Roots Manuva rejoint Moodie Black (est-ce vraiment du hip-hop à ce stade ?), Cypress Hill, N.W.A. et Earl Sweatshirt dans le club ultra méga très restreint des rarissimes artistes de rap figurant dans ma collection et je n’en ai nul regret ni remord. 4,5/6

note       Publiée le dimanche 26 novembre 2023

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

Nick Cave and The Bad Seeds - Ghosteen

Nick Cave and The Bad Seeds
Ghosteen

Ceux qui ont souffert...

Massive Attack - 100th Window

Massive Attack
100th Window

Earl Sweatshirt - Doris

Earl Sweatshirt
Doris

Ka - Descendants of Cain

Ka
Descendants of Cain

dernières écoutes

Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Bleeds" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Bleeds".

notes

Note moyenne        2 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Bleeds".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Bleeds".

born to gulo Envoyez un message privé àborn to gulo  born to gulo est en ligne !

La version deluxe, vaut son pesant. "On a high", sacré nom d'une pipe...

Note donnée au disque :       
Coltranophile Envoyez un message privé àColtranophile

Première écoute et c'est étonnant, pour le moins. Le sample de "I Know Your Face" est tiré de "On The Nature Of Daylight" de Max Richter. Il a toujours son flow London-made mais il sonne complètement différemment que sur Run Come Save Me et Awfully Deep (qui est le dernier que j'ai écouté avec attention). En évinçant le Dub, il devient un Autre. Il s'est dé-Dublé (je suis viré?).

Message édité le 15-12-2023 à 11:23 par Coltranophile

born to gulo Envoyez un message privé àborn to gulo  born to gulo est en ligne !

Un peu au croisement du Summertime de Vince Staples et du premier Pressure Drop, finalement.

Note donnée au disque :       
Damodafoca Envoyez un message privé àDamodafoca

J'adore cet album, mon préféré du monsieur. Par ailleurs, la filiation avec Massive a du sens : il est sur le meilleur morceau de l'EP Ritual Spirit : Dead Editors.

born to gulo Envoyez un message privé àborn to gulo  born to gulo est en ligne !

"Don't Breathe Out" est assez superbe de prime abord, faut avouer, et "Cargo" a du potentiel.

Note donnée au disque :