Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDeep Purple › Slaves and masters

Deep Purple › Slaves and masters

  • 1990 • Rca PD 90535 • 1 CD

cd • 9 titres • 46:51 min

  • 1King of dreams05:30
  • 2The cut runs deep05:42
  • 3Fire in the basement04:43
  • 4Truth hurts05:14
  • 5Breakfast in bed05:16
  • 6Love conquers all03:47
  • 7Fortuneteller05:45
  • 8Too much is not enough04:19
  • 9Wicked ways06:35

informations

Enregistré aux Greg Rike Productions, aux Florida Sountec Studios et au Power Station durant le début de l'année 1990

line up

Ritchie Blackmore (guitares), Roger Glover (basse, claviers), Jon Lord (claviers), Ian Paice (batterie), Joe Lynn Turner (chant)

Musiciens additionnels : Jesse Levy (chef d'orchestre)

chronique

Ça ne pouvait pas durer... 5 ans après la reformation du mythique Mk. II de Deep Purple, Ritchie Blackmore décide, tout seul, de virer Ian Gillan et de recruter à la place Joe Lynn Turner, le dernier chanteur de... Rainbow, le groupe de Blackmore ! Il était un temps question d'engager Jimi Jamison, le chanteur de Survivor (ça n'aurait pas été forcément mieux...), mais Ritchie a eu le dernier mot. On se retrouve donc avec une nouvelle formation de Deep Purple, la Mk. V. Et ce "Slaves and masters", sorti presque 4 ans après "The house of blue light", est donc le résultat de cette collaboration. Et là, c'est le véritable début du vieux rock à papa. Deep Purple est un groupe avec un sacré niveau technique et une bonne expérience de composition. Donc, non, l'album n'est pas mauvais, les morceaux possèdent de bonnes parties, de bons riffs, de bons arrangements, mais il ne reste rien. La production est bien datée. On est aux débuts des années 90 et on a un style vieillot de rock qui a 10 ans de retard. Et en plus, avec Joe Lynn Turner au chant, ça ajoute encore plus à l'effet "Deep Purple nous sort le nouvel album de Rainbow". Et on ne serait vraiment pas loin de la réalité. Ritchie Blackmore est à nouveau le maître à bord du groupe, et là, plus que jamais auparavant, on a l'impression que Blackmore a recréé son groupe et qu'il a engagé la rythmique de Deep Purple et qu'il a imposé son chanteur. Le contraste avec Ian Gillan est saisissant. On est en plein (hard) rock FM à la Foreigner et heureusement, on évite le son de claviers horrible à la Uriah Heep des années 80, mais avec une pointe de rock US ici ("Breakfast in bed" en tête). Et je le redis, pourtant, l'album n'est pas si pourri que cela. Franchement, cela aurait tellement pu être un plantage total, mais il faut bien reconnaître que l'inspiration est présente. Mais qu'est-ce qu'elle est mal exploitée ! Ça s'écoute facilement, avec le p'tit slow qui va bien ("Love conquers all") mais les p'tits nouveaux (Metallica, Guns N' Roses pour ne citer que les principaux) font tellement mieux. Et que dire de ceux de Scorpions ? Je ne peux pas dire que ce soit mauvais, pourtant, il y a vraiment tous les ingrédients pour cela ! En fait, on arrive à un point de la carrière du groupe où les albums suivants, dans leur globalité, proposeront du rock pépère, sans aucune prise de risque, avec le soupçon de ce qu'est Deep Purple, ce style de rock raffiné avec une bonne technique, un son de guitare caractéristique, un peu de claviers, et juste ce qu'il faut pour entretenir le souvenir de ce groupe fabuleux, à défaut d'entretenir la légende. 30 ans plus tard, le constat est à peine différent... Pour revenir à ce "Slaves and masters" et ce Mk. V, il ne durera pas et il s'agira du seul album de cette formation et de Joe Lynn Turner au sein de Deep Purple. Au final, ce disque, dont aucun morceau ne sera rejoué en concert après le départ de Turner, ne sera pas vraiment considéré comme un véritable album du groupe par les fans, qu'il s'agit juste en quelque sorte d'une erreur de parcours. Si seulement ils avaient pu retrouver le bon chemin après cet égarement...

note       Publiée le vendredi 13 octobre 2023

dernières écoutes

Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Slaves and masters" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Slaves and masters".

notes

Note moyenne        6 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Slaves and masters".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Slaves and masters".

atog meister Envoyez un message privé àatog meister

Deep Purple qui fait du rock FM soporifique, souvent ennuyeux, régulièrement pénible. C'est plutôt bien écrit, et certains passages surnagent et rappellent le "vrai" Deep Purple (celui qui était bon), mais il n'en reste au final pas grand chose de mémorable.

Note donnée au disque :       
Chris Envoyez un message privé àChris
avatar

Ca fait déjà un moment que Deep Purple ne frétille plus... Comme tu dis Nicko c'est pas nul, mais clairement il n'y a rien d'excitant par ici...

Note donnée au disque :       
torquemada Envoyez un message privé àtorquemada

Surpris par la conclusion, les deux suivants sont nettement mieux que ce Rainbow-FM-pouet-pouet…

Note donnée au disque :