Vous êtes ici › Les groupes / artistesUUrfaust › Untergang

Urfaust › Untergang

cd • 7 titres • 37:26 min

  • 1Untergang06:44
  • 2Höllenkosmos04:51
  • 3Leere06:43
  • 4Reliquienstaub03:30
  • 5Vernichtung04:47
  • 6Atomtod02:31
  • 7Abgrund08:20

informations

Enregistré et mixé au bunker par DPRTTR, début 2023.

Sorti en ligne, vinyle, CD. Illustration par Iza Carlucci.

line up

VRDRBR (basse, guitare, batterie, synthétiseurs), IX (guitare, synthétiseurs, voix)

Musiciens additionnels : DPRTTR (effets additionnels)

chronique

Urfaust l’a indiqué de manière sommaire sur les Réseaux de la Société Numérique Contemporaine : le groupe splitte cette année, vingt ans après sa première mouture ambient. Le projet sorti de la caboche hallucinée de IX alias Willem Niemarkt fait de ce groupe plutôt flamand, enfin, ce duo, une incarnation de l’assoifititude, c’est un mot que j’ai inventé, ça parle de cette manie millénaire de s’en mettre plein la tronche pour quelque raison que ce soit, de voir se déployer des ailes pleines de bubons infectés, de beugler à poil des insanités pour s’effondrer dans un semi-coma qui se transformera en demi dépression nerveuse gerbatoire quelques heures plus tard, alors que le monde lui continue de tourner, raide comme un barman qui vous vire du rade parce que maintenant ça suffit ! Cet album embrasse un peu tout ce que j’aime ici, de longues plages instrumentales, lentes et cafardeuses, un éloge de la répétition déprimée à mort, des cris de bœufs éventrés et cautérisés à la gnôle, et une ambiance fin de soirée fin du monde qui ne sera pas si inédite que cela si vous avez déjà tâté du dorénavant mort Urfaust. Je trouve que le disque conclue bien une discographie avec ses hauts et ses bas, avec des moments parfois un poil soporifiques, d’autres bien cacophoniques ; mais quand ils arrivent à bien viser la faïence comme sur cet album funéraire, aussi pinté que moi qui découvre le concept d’open bar « all inclusive », eh bien ça touche mouche, ça bouche juste trois quatre artères, ça rend justement bien hommage, très souvent au Burzum déprimé et lofi, comme une jam black metal à deux de tension et trois grammes dans chaque bras, et c’est juste de la bonne musique et puis c’est tout, sobre, cafardeuse, idéale pour renifler l’air du temps avant de dégueuler un bon coup sur la tombe de ce qu’il reste de notre vie un peu laborieuse.

note       Publiée le jeudi 12 octobre 2023

dernières écoutes

Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Untergang" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Untergang".

notes

Note moyenne        6 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Untergang".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Untergang".

yog sothoth Envoyez un message privé àyog sothoth
avatar

J'étais passé sur certains des précédents sans trop m'attarder, mais celui-là (peut-être lié au fait que c'est le dernier) m'a fait reconnecter avec ce que j'aimais bien sur les premiers, ce petit côté "tellement claqué que tu perçois les petits farfadets qui gambadent épiquement au fond des égouts". Je vais le creuser un peu plus.

Message édité le 31-10-2023 à 11:31 par yog sothoth

Note donnée au disque :       
azfazz Envoyez un message privé àazfazz

Une belle fin pour un groupe unique... Même si, pour moi, ils n'ont jamais réussi à retrouver parfaitement leur alchimie après leurs premiers albums, la compilation "Ritual music for the true clochard" reste leur point d'orgue.

Etienne20399 Envoyez un message privé àEtienne20399

RIP Urfaust je me souviens de ce concert au Party San il faisait nuit il pleuviotait j'etais un peu saoul le moment parfait quoi

Note donnée au disque :