Vous êtes ici › Les groupes / artistesZJohn Zorn › What thou wilt

John Zorn › What thou wilt

cd • 3 titres • 42:24 min

  • 1Contes de fées13:18
  • 222:53
  • 377706:10

informations

Titre 1 enregistré au Tanglewood le 10 août 2009, titre 2 enregistré au Jordan Hall le 28 juin 2010, titre 3 enregistré au EastSide Sound le 21 mars 2010

line up

Stephen Drury (piano [2]), Erik Friedlander (violoncelle [3]), Ryan McAdams (chef d'orchestre [1]), Michael Nicolas (violoncelle [3]), Fred Sherry (violoncelle [3]), Stephanie Nussbaum (violon [1]), The Tanglewood Music Center Orchestra [1] : Karin Andreasen (violin), Leah Arsenault (flûte), Sarah Bass (violon), Joseph Becker (percussions), Brent Besner (clarinette), Zachary Boeding (hautbois), Evan Buttemer (violon), Rosanna Butterfield (violoncelle), Shawn Conley (basse), Allison Cook (basse), Andrew Cuneo (basson), Michael Dahlberg (violoncelle), F. Ladrón de Guevara (violon), Rui Du (violon), Alexandra Early (violon), John Elliott (tuba), Amy Galluzzo (violon), Chen-Erh Ho (violon), David Hughes (piano), Julia Hunter (violon), Oya Kazuki (percussions), Kathryn Kilian (violon), Anna Lindvall (trombone), Te-Chiang Liu (violon), Mary Lynch (hautbois), Joseph Maile (violon), Derek Mosloff (violon)), Tim Riley (trompette), Laura Scalzo (violon), Derek Stults (percussions), Meryl Summers (basson), Charles Tyler (violoncelle), Tema Watstein (violon), Ryan Yuré (clarinette), Heather Zinninger (flûte)

chronique

John Zorn a 70 ans aujourd'hui ! Rien de tel pour en remettre une couche sur sa discographie pléthorique ! Me voici à nouveau en train de vous parler d'un album de ses fameuses Composer Series avec ici un disque de 2010 intitulé "What thou wilt". Comme il est souvent de coutume sur cette série, on a droit à trois compositions bien distinctes de John. Ici, ces trois titres sont bien rythmés et énergiques. Nous ne sommes pas en face d'un album où les atmosphères prennent leur temps pour se mettre en place. Non, ici, c'est plutôt direct ! Ça commence avec un concerto pour violon, "Contes de fées". Le morceau est bien équilibré, bien écrit, vibrant, avec une partie centrale plus douce, mais l'ensemble reste bien rapide avec d'excellentes montées et une véritable synergie entre l'orchestre et le violon, comme si les deux se parlaient. On est limite en face d'une musique de cartoon, super rythmée, avec à-coups, temps morts, parties calmes et quelques explosions, mais toujours avec une atmosphère inquiétante, voire même par moment tendue. "Contes de fées" est une pièce très sympa et intéressante. Ca enchaîne ensuite avec le morceau au titre pour le moins énigmatique, "∴", avec le sous-titre "Fay çe que vouldras" ("Do what thou wilt" en vieux français"). Ici, il s'agit d'un morceau de plus de 22 minutes entièrement joué au piano par Stephen Drury. Alors que souvent, ce genre de pièces peut être particulièrement difficile à s'enquiller, là, il faut bien avouer que le résultat est vraiment bien senti. La construction du morceau propose des atmosphères bien distinctes, avec des parties lentes vraiment prenantes malgré leurs longueurs. Le morceau garde vraiment une atmosphère mystique tout du long avec des tonalités graves superbement bien exécutées. Sans aller jusqu'à dire qu'il s'agit d'un des meilleurs morceaux de Zorn (il est tout de même un peu longuet), il reste un titre largement écoutable avec de belles parties et surtout une excellente ambiance mystique. Enfin, "777" est un morceau pour trois violoncelles relativement court qui va à 100 à l'heure ! Et c'est clairement le titre le plus réussi de l'album et le plus facile d'accès des trois. Même si de prime abord, on peut trouver qu'il part dans tous les sens sans véritable structure, le résultat est intense, un peu comme s'il s'agissait de free jazz en mode musique classique. C'est assez débridé mais il y a une réelle cohérence entre les trois musiciens avec des parties jouissives au milieu de ce maelström. Ce sont justement dans ces moments où les trois violoncelles se retrouvent que le résultat est excellent. Tout comme les autre morceaux, il y a une partie centrale, ici assez courte, de quelques dizaines de secondes, plus calme, permettant de souffler mais toujours avec cette atmosphère mystique du plus bel effet. C'est un peu comme s'il s'agissait d'une sorte de fil rouge entre les trois morceaux, ces contrastes, toujours dans cette ambiance tendue, avant de repartir de plus belle pour une nouvelle fournée de folie jubilatoire. "What thou wilt" est un disque réussi, peut-être pas aussi abouti qu'un "Magick" ou un "Madness, love and mysticism", mais qui possède lui aussi une atmosphère sombre et ésotérique du meilleur effet. Un bon cru de ses compositions classique. Joyeux anniversaire maestro !

note       Publiée le samedi 2 septembre 2023

dernières écoutes

    Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "What thou wilt" en ce moment.

    tags

    Connectez-vous pour ajouter un tag sur "What thou wilt".

    notes

    Note moyenne        1 vote

    Connectez-vous ajouter une note sur "What thou wilt".

    commentaires

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "What thou wilt".