Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDe Marbre › Feu de veines

De Marbre › Feu de veines

cd • 8 titres

  • 1Digitale pourpre
  • 2Idole invisible
  • 3New moment
  • 4You're the ghost
  • 5Aucun exit
  • 6Sous verre
  • 7Sillon
  • 8Feu de veines

extraits vidéo

informations

https://demarbre1.bandcamp.com/music. L'aa est une forme de lave.

line up

Ephts Ohm (chant, guitare, synthé), Loup Langlade (basse), Edouard Souillot (basse VI, claviers), Jocelyn Prestat (batterie)

chronique

C’est très joli, la musique dématérialisée (‘tu vois, c’est ça le plus important, toussa’), quand on est un groupe et qu’on tient un vrai bidule entre ses mains, c’est quelque chose quand même… Tenez, les membres de De Marbre, ils ont dû être fiers en palpant ce beau digipack aux teintes rougeâtres contrastant avec leur nom, un vrai premier album studio au design soigné… Bon et le contenu (un mot trop à la mode de nos jours), l’essentiel, la musique ? Vu l’époque, on aurait pu s’attendre à du post punk inspiré Joy Division mais les Français contredisent vite l’expectation. Certes, il est bien question de cold wave au départ mais la puissance organique du son laisse à penser qu’on ne va pas se contenter de jouer la grisaille, qu’on va creuser dans l’aa pour y étreindre une matière noire. Effectivement, si les premiers moments de ‘Digitale pourpre’ conservent un temps l’illusion, la tension enflante des guitares vers la fin nous rapproche davantage d’une puissance à la Killing Joke. Confirmation dès la piste suivante, la musique se fait tendue, violente en explosions, la voix plus agressive. Facile, se dit le quidam, De Marbre opère dans une veine à la Varsovie, soit un rock sombre, torturé, électrique, aux textes soignés, avec clairement quelques influences Killing Joke, voir même plus (Il y a presque un peu de Rage against the Machine dans ‘New moment’) sauf que rien n’est simple, le combo multiplie les changements de directions à l’intérieur d’une même chanson, comme s’il dressait un bronco sauvage. Alors qu’on commençait à peine à s’y habituer, virage à 180 degrés avec le magnifique ‘You’re the ghost’, chanté cette fois-ci plus que scandé, grave dans son atmosphère, plus lent dans le rythme même si des murs noisy s’élèvent par moments comme des vagues et qu’une fois encore, la texture d’écriture va se modifier en cours d’avance. Ce morceau est splendide, le phare de ce disque selon mes goûts, avec une force mélodique irrésistible, un chant qui se révèle pleinement dans son efficacité. Même si ‘Aucun exit’ enchaîne sans temps mort avec une rythmique tribale à souhait, son refrain quasiment metal dans ses riffs lourds, il casse quelque chose par rapport à son prédécesseur mais se révèle logique en considération du titre suivant qui va lui aussi alterner une forme de dépouillement cristallin et des attaques électriques sauvages. J’avoue pourtant que mon second coup de coeur se révélera chanté; il s’agit de ‘Sillon’, merveille de morceau désespéré et contemplatif à la fois. Je regrette franchement que Ephts Ohm ne chante pas plus souvent parce qu’il a une voix prenante. En guise de conclusion, ‘Feu de veines’, un concentré de la noirceur distillée par les Français tout au long du disque, tel un résumé: texte récités, rythmique tribale plus post punk, guitares rock bien dark, passages tendus, passages chantés, attaques démentielles, électricité sauvage, délires hard psychédéliques à la guitare, bref, toutes les possibilités, les influences, régurgitées en un torrent de lave musicale incandescente sans pitié. A l’évidence, De Marbre n’aiment pas se cantonner à une chapelle trop étroite ni copier servilement, ils préfèrent faire feu de tout bois et fusionner le tout en un mélange puissant, personnel, riche. Un peu trop peut-être ? Question de goût mais il est clair qu’au début des 90’s avec un album de cette trempe, le groupe aurait pu prétendre à une signature sur un gros label sans trop de souci.

note       Publiée le vendredi 5 mai 2023

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

Varsovie - Coups et blessures

Varsovie
Coups et blessures

Noir Désir - Tostaky

Noir Désir
Tostaky

Killing Joke - Absolute Dissent

Killing Joke
Absolute Dissent

dernières écoutes

Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Feu de veines" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Feu de veines".

notes

Note moyenne        6 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Feu de veines".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Feu de veines".

Sam Hall Envoyez un message privé àSam Hall

Vu hier avec Varsovie, ce groupe bute sur scène! Il y a un peu du killing joke et du young gods là dedans, j'aime bien l'album mais j'ai vraiment préféré en live ! longue (route?) vie !

Note donnée au disque :