Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMåneskin › Teatro d'ira - Vol.I

Måneskin › Teatro d'ira - Vol.I

cd • 8 titres

  • 1Zitti e buoni
  • 2Coraline
  • 3Lividi sui gomiti
  • 4I wanna be your slave
  • 5In nome del padre
  • 6For your love
  • 7La paura del buio
  • 8Vent'anni

extraits vidéo

informations

Mulino Recording, Acquapendente, Italie.

line up

Damiano David (chant), Thomas Raggi (guitare), Victoria de Angelis (basse), Ethan Torchio (batterie)

chronique

Le rock, c’est ringard. Ah oui ? Pour qui ? Pourquoi ? C’est très fashion pour une génération (bientôt deux) que l’on aura dépossédée d’une vraie pop à coups de rap facile et d’autotune moisi à télécharger gratuitement pour les jeter encore plus gratuitement le mois d’après, idem pour de la chanson ‘à textes’ po-si-tive (et super neuneu). Mais le problème vient peut-être d’ailleurs. Tout comme les soixante-huitards sont devenus les chantres d’un capitalisme effréné pour lequel ils luttent afin d’y conserver une place dominante, les anciens rockeurs (surtout les plus clownesques) se sont attribués un rôle de gardien du temple dont le mot d’ordre est ‘ça a déjà été fait et c’était mieux avant’. Une bonne manière de se protéger quand on n’est pas éternel, que la bedaine pointe derrière le ceinturon, que cheveux blancs et calvitie deviennent les nouveaux thèmes de discussion avec le merlan. Alors quand se pointe un groupe comme Måneskin, les cerbères vieillissants se sentent menacés. Forcément, les Italiens sont jeunes, beaux, doués et ils en veulent puisqu’ils n’ont pas hésité à participer à Sanremo, l’Eurovision, qu’ils ont remportés coup sur coup (sans compter une seconde place au ‘X Factor’ italien en 2017) avec des performances plutôt sulfureuses pas si faciles dans un pays encore passablement gangrené par le catholicisme. ‘Des drogués’, persiflent d’emblée les envieux. Pas de bol, Damiano le chanteur et ses comparses n’y touchent pas, la décadence et la créativité sont pour eux des états d’esprits que l’on entraîne comme une discipline. Après avoir débutés comme buskers, les jeunes gens sortent un premier disque où ils se cherchent encore un peu trop mais avec ce second opus, le doute n’est plus permis. Oui, nos Italiens ont écouté les Red Hot Chili Peppers, T. Rex, Bowie, Led Zeppelin, les Stooges, Rage against the Machine même. Et après ? Après trois albums, ils n’ont pas encore fêté leurs 25 ans. Ils en veulent ? Normal. Ils se maquillent, se travestissent, jouent avec la sexualité, affichent leur détermination, alors les cerbères aboient tout comme les adultes conservateurs aboyaient sur la jeune génération vénérant Marc Bolan et David Bowie dans les 70’s. L’histoire est cyclique et Cieux qu’il est bon de découvrir des jeunes gens qui se donnent à fond au rock’n’roll. Ce second essai est nettement plus intéressant, plus concis et cohérent, le combo semble avoir trouvé son style entre hard rock 70’s, grooves funk sauvages et une dose de glam rock. Les armes forgées dans les rues de Rome, la reprise de ‘Beggin’ (une preuve de goût à mon sens), les différentes expérimentations lui ont permis de se tailler une bonne puissance mélodique. Il faut dire que le groupe s’est déniché le chanteur parfait, sexy, charismatique, excellent vocaliste au timbre empli de force mais également capable de sensualité, de tristesse, de rage et surtout d’interpréter des mélodies fortes. N'oublions pas les autres, ils assurent sans faille. ‘In nomine del padre’ doit beaucoup à Rage against the Machine’, c’est normal, nos jeunes musiciens revendiquent beaucoup la liberté. Clichéééé. Vraiment à une époque où tout le monde est tatoué mais où le politiquement correct, les gens offensés commencent à imposer une dictature de fer notamment via les réseaux sociaux ? Que penser alors quand on est italien, qu’on porte des robes, qu’on joue à moitié à poil, qu’on se maquille, qu’on porte des couleurs extravagantes ? L’excellent ‘For your love’ est un pur hit de hard rock avec mélodies tueuses, riffs acérés, quant à ‘I wanna be your slave’ (sympa mais plus convenu) ou ‘Zitti e buoni’ (nettement plus efficace), c’est du côté de la puissance de frappe des Red Hot Chili Peppers qu’il faut chercher mais avec une sensualité plus latine. Et puis il y a les chansons plus sombres telles que l’excellent ‘La Paura del buio’ à la mélodie sexy as fuck et rendue encore plus telle de par l’usage de la langue de Dante. D’un tel groupe, on pouvait attendre des compositions plus ‘calmes’. ‘Coraline’ ? Bouleversante évocation d’une jeune fille frappée d’anorexie, de sa souffrance, de sa ‘vérité’(comme l’évoque le texte)… Ah oui, parce que, merde, en plus d’être talentueux musicalement, les Måneskin ont des vraies paroles, très loin d’être idiotes. En guise de conclusion, un ‘Vent’anni’ tout aussi émouvant dans sa tristesse que ses passages appuyés… Si les Italiens n’ont rien inventé, ils démontrent à quel point l’histoire du rock est cyclique et je me réjouis qu’un tel groupe ait du succès. Souhaitons qu’ils conservent longtemps cette fougue, cette intégrité, et qu’ils en inspirent d’autres. Comme le hurlait Damiano à l’annonce de leur victoire: ‘Rock’n’roll never dies !’, le même qui conclut ‘Vent’anni’ par ces lignes: ‘Tu as vingt ans, je t’écris maintenant avant qu’il ne soit trop tard; le doute de n’être personne te fera mal, tu ne seras quelqu’un que si tu restes différent des autres. Mais tu n’as que vingt ans’... Toute une époque résumée dans un ‘mais’.

note       Publiée le dimanche 30 avril 2023

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

T. Rex - Electric warrior

T. Rex
Electric warrior

Rage Against The Machine - Rage Against the Machine

Rage Against The Machine
Rage Against the Machine

Red Hot Chili Peppers - The Red Hot Chili Peppers

Red Hot Chili Peppers
The Red Hot Chili Peppers

David Bowie - The rise and fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars

David Bowie
The rise and fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars

dernières écoutes

Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Teatro d'ira - Vol.I" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Teatro d'ira - Vol.I".

notes

Note moyenne        2 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Teatro d'ira - Vol.I".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Teatro d'ira - Vol.I".

GrahamBondSwing Envoyez un message privé àGrahamBondSwing

Un chant impliqué, c'est souvent le petit plus qui fait la différence. Du Rock sérieux.

Note donnée au disque :       
kama Envoyez un message privé àkama

les images parlent d'elles même, avec vraiment très peu de doute possible...! (bon après ils ont aussi pu faire semblant d'en prendre, mais la réaction du zozo d'à coté laisse peu de place à une interprétation différente haha)

Thirdeye Envoyez un message privé àThirdeye

Le fameux alignement des planètes, je ne vois que ça... Bon vent à eux :)

Shelleyan Envoyez un message privé àShelleyan
avatar

La jeune génération est moins attirée par ce cliché-là, cela dit... Et oui, je surkiffe cette voix...

Note donnée au disque :       
born to gulo Envoyez un message privé àborn to gulo

C'est long, aussi, ces compétitions, si on peut plus se faire un petit casse-dalle dans une belle baguette à l'ancienne...