Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBig Brave › Nature morte

Big Brave › Nature morte

cd • 6 titres • 43:04 min

  • 1Carvers, Farriers and Knaves06:53
  • 2The One Who Bornes a Weary Load09:16
  • 3My Hope Renders Me a Fool04:47
  • 4The Fable of Subjugation09:20
  • 5A Parable of the Trusting09:18
  • 6The Ten of Swords03:27

extraits vidéo

informations

Produit, enregistré, mixé en mars 2022 par Seth Manchester à Machines With Magnets (Providence, Rhode Island, Etats-Unis). Masterisé par Matt Colton à Metropolis Mastering (London, Royaume-Uni).

Sorti en CD, vinyle et en ligne.

line up

Robin Wattie (voix, guitare), Mathieu Ball (guitare, voix), Tasy Hudson (batterie, percussions)

chronique

À vue de nez, ce groupe a une histoire, déjà, du haut de ses dix ans : parti de la folk, lorgnant parfois vers une sorte de post hardcore version mammouth mélancolique, proche des groupes à explosions et crescendo d'enfer comme Godspeed ou Silver Mt. Zion, ce trio joue aujourd'hui, en tout cas sur ce dernier albums des incantations chantées, me foutant sur les rails d'un sentier de la guerre hypnotique et sacrément intéressant tout compte fait ! Voilà le topo : des gros accords de guitares couplés à de gros coups sur la batterie, suivant les plaintes, chants, ruminations mélodieuses et cris de Robin Wattie ; et on se laisse porter doucement, dans ces rêvasseries lentes et violentes, qui rappellent à de maints égards les volutes de fumées des années 2000, celles des Neurot Recordings, des concerts sur des péniches, et peut-être d'un moment pas si lointain que je commence à voir avec nostalgie maintenant, la découverte de groupes de métal qui me semblaient défricher quelque chose du côté de la poésie, d'expériences sensibles liées à la transe ou à la mélancolie plus qu'aux explosions d’énergie et des bastons pleines de rage. Un monde où internet ouvrait encore plus les portes des labels étrangers, que les contacts se multipliaient, quand on décrivait beaucoup, par écrit, les sensations liées aux vibrations de l'air, créant des passerelles, des correspondances. Vous l'avez compris, Big Brave fait touiller la mémoire quand on se laisse avoir par leur musique serpentine qui, sous des airs binaires, pas du tout dans le tricotage de manche nous fait surtout ruminer sévère, ce qui légitime donc en deux mots la présence de ce groupe ici, qu'on pourrait caler entre deux nuits blanches ponctuées de crises de tachycardie sous un soleil bien trop près du sol pour ne pas pulvériser notre mince chair de vampire assoiffé de mélodies aussi trompeuses et rassurantes qu'un beau et joli miroir…

note       Publiée le jeudi 16 mars 2023

dernières écoutes

Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Nature morte" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Nature morte".

notes

Note moyenne        3 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Nature morte".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Nature morte".

born to gulo Envoyez un message privé àborn to gulo

Il fait mal, lui, j'avais un peu oublié.

Note donnée au disque :