Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAwen › Reincarnation (remixes and remodels)

Awen › Reincarnation (remixes and remodels)

  • 2021 • Trisol TRI 705 CD • 1 CD digipack

cd • 17 titres

  • 1Patrick Leagas: 'Reincarnation'
  • 2Ostara: 'Perversity of joy'
  • 3Nachtmahr: 'The sickle and the setting sun'
  • 4David E. Williams: 'Cradle spell'
  • 5Murderous Vision: 'In the heart of the corpseknot'
  • 6Spiritual front: 'Brigid the dark, brigid the light'
  • 7Church ov Melkarth: 'The humble hempen cord (between grief and terror)'
  • 8Bestianity: 'I'm streteched on your grave'
  • 9ANTIchildLEAGUE: Englyn for Blodeuwedd'
  • 10Static of masses: 'Il re grigio cupo'
  • 11Patterson-Gimlin (feat. Thomas Cowgill): 'The death of Reynard'
  • 12Et Nihil: 'Hawthorn rod'
  • 13Boyd Rice: 'Ravenna'
  • 14Samsas Traum: 'The hollow in ths tone'
  • 15Thomas Nöla: 'Morrigan'
  • 16Void Prototype: 'Morrigan'
  • 17Delphine Coma: 'Hawthorn rod'

remarques

https://triskelerecordings.bandcamp.com/album/awen-reincarnation-remixes-and-remodels

chronique

C’est une première pour ma pomme: acheter volontairement (sans drogue ni alcool ni sucre dans mon sang) un album de remixes et surtout pour les remixeurs plus que pour le groupe revisité. Pour être honnête et me la jouer descendant des Frères Grimm, ‘Il était quand même une fois Awen, une formation dark folk américaine découverte un peu par hasard sur le net’, un truc que j’avais trouvé plutôt chiant sur disque avec des récitations sépulcrales à n’en plus finir, quelques roulements de tambour, un chant féminin… Après, quand je vois que cet exercice de remaniement compte parmi les protagonistes Boyd Rice, Spiritual front, David E.Williams, ANTIchildLEAGUE, Patrick Leagas et même les goths de Delphine Coma, j’avoue que Dame Curiosité m’a tellement filé de pieds au cul que j’en ai eu des bleus. Il faut admettre que le taf est correct, qu’efforts ont été réalisé par le label pour que cette compilation sonne de façon cohérente et pas juste comme un puzzle où chacun pisse dans sa direction sans trop se soucier si ça arrose les cendres ou pas. Le boulot de Leagas, c’est du pur dark folk avec récitation grave, rien de très folichon (sans être désagréable), idem pour Ostara en mieux qui reprennent ‘Perversity of joy’. C’est très chouette sauf que ça sonne comme un morceau de Ostara, du dark folk passionné. Aïe aïe, voilà que les gros lourds de Nachtmahr pointent leurs gros museaux plein de suif… Etonnamment, je dois bien admettre qu’ils ont fait un super boulot, une sorte d’electro pesante, glauque, qui rend justice à l’aspect agressif des paroles. C’est pas du diamant pur mais force m’est d’admettre que c’est franchement pas si mal de leur part. Le remaniement de David E.Williams est de toute beauté avec chant féminin clair, instrumentation délicate, légèrement décalée. Je ne connaissais par contre pas Murderous Vision qui optent aussi pour un electro indus lent et martial plutôt adapté à la musique d’Awen. C’est très sombre, hanté d’échos et renforce l’aspect prêche. Spiritual Front surprend par une forme de mix oriental teinté electro inattendu mais agréable. Bon achat à priori, me dis-je. Church ov Melkarth, d’autres inconnus dans ma base de données mais leur approche très dark ambient rendant l’original proprement terrifiant a trouvé grâce à mes oreilles. On continue ? Bestianity, un nom inconnu pour moi, nous crée un truc génial ambient ethnique avec chant féminin perdu dans les collines d’Irlande la nuit. AntichildLeague ne m’ont pas déçu avec leur mix power electro soft sur lequel le timbre grave de Erin Powell prend toute sa dimension. On poursuit dans le dark ambient electro louche avec Static Masses (jamais entendu) qui nous tissent une b.o. d’un jour de fête au Mordor. Plutôt mitigé pour le truc suivant, pas dans la qualité intrinsèque plutôt que ce drôle de remix électronique pas pourri du tout s’intègre moins à l’ensemble mais pris séparément, c’est audacieux et aussi éloigné de l’original que possible. Et Nihil renoue avec le pur dark folk avec une touche martiale plaisante. Boyd Rice, bien entendu, gère tout à sa sauce et celui qui capte le titre original gagne une pizza triple avec supplément d’ananas et de cornichons. Ambient serpentin sympathique mais pas de quoi se relever la nuit. La grosse faute de goût, il fallait bien qu’elle arrive et elle s’appelle Samsas Traum. C’était largement prévisible de la part de ce mauvais combo faussement black metal et ils répondent largement aux attentes (contrairement à Nachtmahr). Version metal nulle et complètement hors de propos, du gros caca. Thomas Nöla va vite ré-équilibrer le tir par son remix étrange, audacieux, qui pimente largement le titre de base plutôt chiant avec son aspect narratif. Deuxième faute de goût, Void Prototype qui nous livrent une version electro EBM lente, sans créativité et hors de propos. Qu’attendre de Delphine Coma ? Une forme de goth folk telle que la pratiquent In my Rosary ou Naevus et c’est très réussi. Bilan plutôt positif donc si l’on écarte les deux boulets de base; selon moi, la musique de Awen étant plutôt monotone et peu retentissante de base, l’exercice du remix et de la ré-appropriation, une fois n’est pas coutume, la transfigure et la rend nettement plus intéressante. Pas vraiment un album de Awen donc mais nettement plus intéressant que les leurs…

note       Publiée le dimanche 22 janvier 2023

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Reincarnation (remixes and remodels)" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Reincarnation (remixes and remodels)".

notes

Note moyenne        1 vote

Connectez-vous ajouter une note sur "Reincarnation (remixes and remodels)".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Reincarnation (remixes and remodels)".

Wotzenknecht Envoyez un message privé àWotzenknecht
avatar

Edit: oui donc non en fait. Merci de supprimer mon commentaire.

Message édité le 23-01-2023 à 08:44 par wotzenknecht