Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGPeter Gabriel › Up

Peter Gabriel › Up

  • 2002 • Geffen 493388 • 1 CD

10 titres - 66:15 min

  • 1/ Darkness
  • 2/ Growing Up
  • 3/ Sky Blue
  • 4/ No Way Out
  • 5/ I Grieve
  • 6/ The Barry Williams Show
  • 7/ My Head Sounds Like That
  • 8/ More Than This
  • 9/ Signal to Noise
  • 10/ The Drop

enregistrement

Meribel, France /Dakar, Senegal / Realworld Studio, Angleterre

line up

Nusrat Fateh Ali Khan (voix), Melanie Gabriel (voix), Peter Gabriel (chant, claviers, guitare), Steve Gadd (batterie), Will Gregory (orchestration), Chris Hughes (programmation), Nick Ingman (orchestration), Manu Katché (batterie, percussions), Daniel Lanois (guitare), Tony Levin (basse, chapman stick), Ged Lynch (batterie), Youssou N'dour (voix), Ayub Ogada (chant, nyatiti), Jocelyn Pook (orchestration), Hossam Ramzy (percussions), David Rhodes (guitare), The Blind Boys Of Alabama (chorale), Danny Thompson (uk) (contrebasse), Hukwe Zawose (mbira), Yacine Ould Nana (voix), Babacar Faye (djembé), Habib Faye (basse, clavier), Hassan Thiam (sabar, djembé), B'Net Houariyat (chant), Gopal Shankar Misra (vina), Charles Zawose (mbira), Christian Chevretel (trompette, trombone, clavier), Peter Green (guitare), Dominic Greensmith (batterie), Mahut Dominique (percussions), Will White (batterie)

remarques

chronique

Styles
pop

On pourrait s'épancher longtemps sur cette sortie que l'on n'attendait plus... En réalité, le tout est de se demander aujourd'hui à qui encore s'adresse Peter Gabriel si ce n'est un cheptel de convaincus, de dévots fidèles qui ont attendu patiemment que leur prophète leur donne la bénédiction par l'annonce d'une bonne parole qui se fit attendre par le biais de projets tels que le mitigé "Ovo" ou la bande son du film "Rabbit Proof Fence". Mais bon, "Up" est là, et bien là, alors ne faisons pas la fine bouche. Dix ans après le succès colossal de "Us" qui se contentait de ressasser ce que le bonhomme a toujours su faire, "Up" surprend (dans le bon sens du terme) par une approche dépouillée de toute prétention au succès, et quand je dis dépouillé, ce n'est pas un hasard - pour cela, il a été chercher Marcus Dravs, collaborateur attitré de Björk. Ce dernier album solo (avant longtemps j'imagine) est le plus intimiste et le plus introverti qu'il ait eu à nous offrir jusqu'ici. A force de rester autant de temps à l'écart de la lumière des projecteurs, Gabriel est aujourd'hui un homme grisé qui a vu ses hypothétiques aspirations de gloire et de réussite fondre comme neige au soleil. En conséquence, l'artiste complet qu'il incarne nous accouche donc dans la douleur d'un album qui renoue avec les expérimentations de son heure de gloire (ses troisième et quatrième albums), en conciliant le tout dans un drapé d'émotion réminiscant de "So". Sur les dix titres qui ont fini par trouver leur chemin jusqu'à la sélection finale, certains paraissent franchement dispensables (le single improbable "The Barry Williams Show", "No Way Out" ou "More Than This" - même si je sais que je m'attirerais les foudres de certains en descendant ce dernier titre, mais c'est aussi pour ça que je le fais). Pour le reste, c'est du Gabriel de tout haut niveau, un grand cru, à la sensibilité à fleur de peau, un travail d'esthète accompli qui remet au centre de l'oeuvre du bonhomme ce qui a toujours été, l'air de rien, son atout principal : sa voix, à la fois emplie de gravité et de mélancolie. Même l'ancien inédit "I Grieve", inclus ici, retrouve de sa pertinence dans cette suite de titres aux ambiances vaporeuses. Parmi les moments les plus brillants, on pointera un époustouflant "Darkness" en ouverture, proprement magnifique dans la juxtaposition de ses thèmes à la fois claustrophobiques et lumineux, "Sky Blue" et sa chorale gospel poignante (et aussi seule particpation du fidèle Daniel Lanois à l'album), "My Head Sounds Like That" dont l'intimisme laisse planer l'ombre de Robert Wyatt ou transparaître une éventuelle filiation, et enfin, "Signal to Noise", la pièce la plus ambitieuse du lot, point de rencontre de toutes les démarches passées et futures de l'artiste ; le symphonisme de son premier opus, la musique du monde par le biais de la voix de Nusrat Fateh Ali Khan, et son attrait jamais démentis pour les percussions, comme issues de "Security". Non, quoi qu'on en dise, "Up", même s'il aurait pu certainement être encore nettement plus brillant, remet Peter Gabriel sur la sellette alors qu'on aurait pu s'attendre au pire. Un soulagement. Et un bonheur retrouvé.

note       Publiée le vendredi 20 septembre 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Up".

notes

Note moyenne        14 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Up".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Up".

Raven › jeudi 4 juin 2020 - 14:05  message privé !
avatar

Quelques beaux voire très beaux passages (comme celui avec Nusrat qui a servi pour le générique de Gangs of New York, ou "Sky Blue") mais il vieillit mal chez moi, celui-ci... Même s'il y a du délicat et du fin, il a un côté comeback ronflant avec ajout de sonorités très "milieu/fin des années 90" clichouilles (au début notamment) comme pour rester dans le coup, qui lui donnent une saveur plus surannée que So, ironiquement (il refait aussi du So, à côté de ça, certes).

Note donnée au disque :       
Ramon › dimanche 7 juillet 2013 - 15:48  message privé !

Après OVO, Peter Gabriel reprend le fil de sa carrière en mode sombre avec ce disque exigeant et plutôt réussi.

Note donnée au disque :       
toliveistodie › lundi 18 juin 2007 - 15:42  message privé !
Une amie m'a reveillé cette nuit avec le morceau "darkness" que je ne connaissais pas. Epoustouflant comme tu dis. Nom de dieu, j'ai reconnu evidemment Le monsieur par sa voix (faut dire aussi que je suis un adorateur des 4 premiers albums) mais j'ai été propulsé six pieds sous terre en l'entendant celle la. Je vais me faire la suite d'emblée!
Head › lundi 18 octobre 2004 - 10:48  message privé !
L'album vaut surtout pour "Darkness", "Sky Blue", et "My head sounds like that". Un disque intimiste qui aurait pu être encore meilleur.
Note donnée au disque :       
Sheer-khan › dimanche 17 novembre 2002 - 16:40  message privé !
avatar
Aaaahhh... content de voir que tu as voté à 5/6, mon progmonster, je te trouvais, avec un 4 strict, franchement fine-bouche. Car non seulement comme tu le dis, la plupart des titres sont du grand cru, (sky blue, I grieve, my head..., signal to noise bien qu'imparfaite), mais reconaissons aussi qu'à part, en effet, Barry William show, les no way out et more than this, peu surprenants certes de la part du bonhomme, sont tout de même sacrément agréables à ses mettre aux oreilles. Non, franchement, à part security et passion, je vois pas mieux (je trouve PG3 un poil moins bon à cause de quelques essais non transformés...)
Note donnée au disque :