Vous êtes ici › Les groupes / artistesFFra Lippo Lippi › Songs

Fra Lippo Lippi › Songs

  • 1986 • Virgin CDV 2375 257 682 • 1 CD

détail des votes

Membre Note Date
allobroge      vendredi 20 janvier 2023 - 19:42
ProgPsychIndus      mercredi 18 janvier 2023 - 11:53
Raven      mardi 17 janvier 2023 - 23:05
Shelleyan      mardi 17 janvier 2023 - 22:22

cd • 10 titres

  • 1Come summer
  • 2Shouldn't have to be like that
  • 3Even tall trees bend
  • 4Just like me
  • 5Leaving
  • 6Regrets
  • 7Everytime I see you
  • 8Crash of light
  • 9The distance between us
  • 10Coming home

enregistrement

Polar Studios, Stockholm, Suède.

line up

Per Øystein Sørensen, Rune Kristoffersen

Musiciens additionnels : Henrik Janson (guitare), Erik Häusler (saxophone), Ade Sunquist (percussions)

remarques

chronique

Et ça se dilue gentiment, comme l’absinthe dans l’eau mais sans libérer le goût d’antan, celui des alambics de Pappy. Ici, nous sommes dans l’A.O.C., plus question d’user de thuyone, c’est trop dangereux pour la santé mentale. A-Ha sont alors en train cartonner dans les hit-parades avec leur pop mélancolique; à un journaliste qui les interrogeait en demandant la différence entre Fra Lippo Lippi et A-Ha, les membres du premier répondirent simplement: ‘Ils sont trois, nous sommes deux’. Evidemment, la réalité est un brin plus complexe que ça… On sent bien que les deux compères n’ont pas secoué de leurs épaules tous les restes de poussière grise et froide mais même une journée d’hiver peut être ensoleillée et c’est clairement dans ce sens que tend le duo. Heureusement pour nous, il demeure parfois une forme de recueillement mystique et brumeux (le magnifique ‘Leaving’), un ou deux tubes à la batterie claquante et aux orchestrations automnale (‘Shouldn’t have to be like that’ avec lequel j’ai découvert les Norvégiens, le trompeur ‘Come Summer’ pas si enjoué derrière son beat déterminé). Hélas, les microbes-daube n’étaient pas bien loin et ils espéraient saper le processus. Lentement mais sûrement, notamment avec les horribles tics de production 80’s de ‘Regrets’ (pas si mauvais pourtant dans l’écriture toute nue): saxo inutile, clavier cristallins hors de propos. Même sans, ‘Everytime I see you’ sonne aussi plat que son titre. Heureusement avec le plus obscur ‘Crash of light’, le duo rappelle qu’il vient bien de la cold wave et qu’on n’éjecte pas le spleen d’une simple pichenette. Idem pour le triste final interprété au piano, un instrument très présent tout au long du disque et qui colle bien à la production pure et froide qui le caractérise. C’est ce qui tisse l’illusion et permet de sauver ‘Songs’ qui a trop le cul entre deux chaises: celle des années wave et celle d’un futur plus orienté commercial, maladroitement géré qui plus est (n’est pas A-Ha qui veut). En expurgeant de quelques chansons, on aurait pu tenir un disque honnête mais même s’il n’est pas exempt de qualités, il louche déjà bien trop du mauvais côté de la haie, chez les voisins vêtus de beige, de bleu ciel (‘ça va avec tout’) et de chemisiers pastel pour être dégusté sans arrière-pensée.

note       Publiée le mardi 17 janvier 2023

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Songs" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Songs".

notes

Note moyenne        4 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Songs".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Songs".

ProgPsychIndus Envoyez un message privé àProgPsychIndus

je m'arrête à celui là , qui est plaisant , sans plus , , mais oui la fibre post punk n'est plus là , c'est plus newe wave , mon édition CD comprend aussi l'album "Crash Of Light".

Note donnée au disque :