Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAnaal Nathrakh › The Whole of the Law

Anaal Nathrakh › The Whole of the Law

cd • 11 titres • 42:07 min

  • 1The Nameless Dread01:11
  • 2Depravity Favours the Bold03:07
  • 3Hold Your Children Close and Pray for Oblivion03:35
  • 4We Will Fucking Kill You03:54
  • 5...So We Can Die Happy04:05
  • 6In Flagrante Delicto03:38
  • 7And You Will Beg for Our Secrets03:20
  • 8Extravaganza!04:12
  • 9On Being a Slave05:39
  • 10The Great Spectator03:45
  • 11Of Horror, and the Black Shawls05:41

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Connectez-vous pour les écouter.

enregistrement

Enregistré et mixé par Mick Kenney en 2016 au Necrodeath Studio, Birmingham, Angleterre.

line up

Mick Kenney (guitare, basse, programmation), V.I.T.R.I.O.L. (voix)

Musiciens additionnels : Gore Tech (électronique [6,10]), G.Rash (guitare [11]), Andrew Knudsen (voix [4]), CJ Rage, The Shid (voix [11])

remarques

Sorti en CD, vinyle, en ligne. Illustration : détail de "Dante et Virgile", William-Adolphe Bouguereau (1850). (à voir au Musée d'Orsay pour les trve visiteurs de musée). Sur certaines éditions, deux pistes bonus : reprise de "Powerslave" d'Iron Maiden et "Man at C&A" des Specials.

chronique

"Levons-nous mes frères et chantez avec moi, sous un air de Nick Cave : "from méchant an an aaaan, to ou ou ououououuuu, bana ah ah lityyyyyy". Voilà. Voilà où on est rendu : on a un golem concocté de morceaux de démons fumants et on se retrouve avec une voiture sans permis en plastique d'une banalité affligeante pour qui fréquente par exemple les routes départementales de par chez moi (risquent pas d'être touchées par les réductions de vitesse "liberticides", ahah). Enfin, qu'est-ce que je disais ? Ah oui, Anaal Nathrakh, monstre violet devenu gentil comme le présentateur du TOP 50 dans les années 1980, est sur cet album un peu moins pénible que sur le non aimé, le non désiré (ah, ah) Desideratum. Un peu moins de fautes de goûts, un peu plus de pandémonerie, et l'arrivée d'un style de chant emprunté à King Diamond sur "Extravaganza", style que le bonhomme va parfaire dans la suite de leur discocographie. Oui, Vitriol est déjà un chanteur hors du commun, mais là (si c'est bien lui, les crédits ne sont pas forcément très clairs), il va commencer à se la jouer satan suèdois peinturluré, et c'est cool. Un peu moins de dancefloor nul, un peu moins de clip pour dénominateur commun nul, retour à des chansonnettes de l'enfer épico déjà entendues, donc ils vont un peu mimer ce qu'ils étaient et qui, je crois ne sont plus, cet espèce de Mayhem hystérique, grandiloquent et je m'enfoutiste, complètement nawak et jouissif, sauf que là c'est un calque un peu foiré, pas complètement à la ramasse, mais un peu flou, un peu baveux... début d'un long deuil ? "Seul le futur nous le dira", ou [insérer aphorisme nul].

note       Publiée le vendredi 13 janvier 2023

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "The Whole of the Law" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "The Whole of the Law".

notes

Note moyenne        2 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "The Whole of the Law".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "The Whole of the Law".

born to gulo Envoyez un message privé àborn to gulo

Ah, ça redevient potable, après ?

Note donnée au disque :       
Raven Envoyez un message privé àRaven
avatar

ça a l'air moins bien qu'Ad majorem Sathanas Gloriam, ils ont l'air d'avoir oublié le rouge...