Vous êtes ici › Les groupes / artistesXXiu Xiu › Dear God, I hate myelf

Xiu Xiu › Dear God, I hate myelf

détail des votes

Membre Note Date
Shelleyan      lundi 21 novembre 2022 - 21:38

cd • 12 titres

  • 1Gray death
  • 2Chocolate makes you happy
  • 3Apple for a brain
  • 4House sparrow
  • 5Hyunhye's theme
  • 6Dear God, I hate myself
  • 7Secret motel
  • 8Falkland Rd.
  • 9The Fabrizio Palumbo retaliation
  • 10Cumberland gap
  • 11This too shall pass away (for Freddy)
  • 12Impossible feeling

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Connectez-vous pour les écouter.

remarques

https://xiuxiu.bandcamp.com/music

chronique

Le chocolat rend heureux, de la pomme, des moineaux … Xiu Xiu ont trouvé le secret du bonheur et en bon coaches de wellness nous livrent leurs secrets pour mener une vie riche et épanouie avec des chakras purs… N’importe quoi, vous n’y avez pas cru un instant, n'est-ce pas (encore qu’avec des loustics de cette trempe, rien n’est trop inattendu) ? Moi non plus, pas avec un tel titre et pourtant on aurait pu croire tenir cette fois un disque de cold wave triste pas trop barrée. Il est vrai que ce skeud inclut de superbes mélodies, à commencer par ‘Gray death’ en ouverture, mais les choses seraient trop simples. Il faut toujours que Jamie et ses potes brouillent les pistes en ajoutant moult petits bruits, sonorités microscopiques, en une ribambelle apparemment aléatoire qui finalement rejoint le trip initial et s’y coule en une étreinte incestueuse. On y reviendra. Niveau vocal, c’est plutôt sobre, le falsetto fragile et bouffé de tristesse de Stewart résonne plus vulnérable et sur le tranchant de son rasoir que jamais mais on réalise surtout à quel point il est pertinent et beau au sein de mélodies solides (‘Gray death’, ‘Dear God I hate myself’, ‘Secret motel’, ‘This too shall pass away’…). Leur couronne peut sembler rouillée, ruisselante de crachats, mais elles sont bien les reines de ce disque, s’écoulant, imperturbables malgré les attaques régulières comme autant de moustiques atomiques d’une multitude de sons hors de propos, d’éclats crissants, ludiques, de percussions passagères, qui paraissent vouloir les déstabiliser, les faire basculer de leur rails sans y parvenir. Notre bon Jamie se risque même à une forme de pop redneck sur ‘Cumberland gap’, à sa sauce évidemment mais sans excès. C’est la force tranquille de l’album, assumer de vraies chansons sans trop les travestir, les malmener, les lacérer, pour les renvoyer pantelantes et défigurées pour le plaisir de l’auditeur appréciant aussi pour une fois cette vibe plus ‘accessible’ (il faut toujours user avec prudence d’un tel vocable avec Xiu Xiu). Pour ma part, j’adore ce disque touchant, original, plus intimiste et représentatif d’une autre facette d’un projet qui en a tellement que même la musicologie et la psychiatrie en perdent leur latin.

note       Publiée le lundi 21 novembre 2022

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Dear God, I hate myelf" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Dear God, I hate myelf".

notes

Note moyenne        1 vote

Connectez-vous ajouter une note sur "Dear God, I hate myelf".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Dear God, I hate myelf".