Vous êtes ici › Les groupes / artistesPThe Palest Grey › Always haunting

The Palest Grey › Always haunting

cd • 7 titres

  • 1U-75
  • 2In this room
  • 3Suicide
  • 4Lovestains (Virgin in Veil cover)
  • 5Lamplight
  • 6Terror-go-round
  • 7Outro

line up

Malek (chant), Azy (chant, basse, programmation), Ripley (guitare, programmation)

remarques

https://thepalestgrey.bandcamp.com/album/always-haunted

chronique

Inutile de se faire mouiller en explorant les cinquante nuances de gris (toujours plus classe quand le mec est jeune et riche, imaginez la même chose chez un redneck au fond de sa cabane; dans ce cas, on parlerait avec horreur de psychopathe et personne n’irait tremper sa culotte au ciné ou au retour de la librairie), allons directement à la plus intéressante, la plus pâle… Qui a d’ailleurs failli ne pas voir le jour, le groupe ayant presque splitté mort-né. Heureusement, quelques morceaux avaient été enregistrés et quelques t-shirts imprimés et grâce au zèle de l’infatigable passionné boss de Bat-Cave Productions, il nous reste donc un Ep de ce combo prometteur. Qui débute dans une atmosphère assez étrange, torve, comme une forme de snuff cabaret où sur fond de mélodie froide basse/guitare, une voix masculine au bord des larmes et une autre féminine plus spectrale semble dialoguer comme entre un mourant et sa conscience. Il y a quelque chose de très théâtral mais également de profondément émouvant dans cet étrange dialogue. Avec ‘in this room’, on entre de plein pied dans un deathrock glacé qui évoque volontiers quelque chose de Cinema Strange notamment de par la production ni rêche ni lisse, plutôt froide comme un courant d’air dans un couloir de catacombes. Plus lent sur le couplet mais tout aussi jouissif, ‘Suicide’ maintient l’auditeur(trice) dans une ambiance de caveau avec halo de réverbération. L’excellent travail complémentaire des deux chants confère un climat de tragédie à la chanson avec basculement sur une folie de cellule capitonnée sur le refrain. Pour la suite, le groupe a décidé de reprendre une formation contemporaine, les deathrockers finlandais de Virgin in Veil, et c’est une bonne chose. La communauté deathrock mondiale étant réduite, je trouve plutôt sain cette reconnaissance mutuelle, ce d’autant que cette version est personnelle et évite de suivre scolairement l’originale. Les vocaux en espagnol ajoutent de surcroit un délicieux bonus. ‘Lamplight’ ne dissout en aucun cas le voile nocturne couvrant le cd, au contraire elle en accentue l’aspect brumeux et donne vie littéralement aux paroles. Le morceau suivant bien qu’à l’état de démo n’en démérite pas pour autant: petite ritournelle macabre qui éclate soudain en deathrock endiablé. Un morceau plein de potentiel, efficace, mais qui n’a clairement pas pu être travaillé pleinement niveau production. Une outro instrumentale sous forme de collage et le EP s’achève. Un EP qui ne partait pas sous les meilleures auspices et se révèle pourtant fort en ambiance et en mélodie, nous laissant endeuillé(e)s face à ce potentiel qui ne s’exprimera plus. Au moins nous reste-il ‘Always haunting’ (titre judicieusement choisi) pour servir brièvement de bande-son à nos cauchemars les plus anxiogènes...

note       Publiée le lundi 17 octobre 2022

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Always haunting" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Always haunting".

notes

Note moyenne        3 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Always haunting".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Always haunting".

Richard Envoyez un message privé àRichard

C'est le Gogoth qui est en moi qui parle. Dès que je vois les insurpassables Cinema Strange, je fonce. Merci donc pour la découverte.