Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBrutal Blues › BB

Brutal Blues › BB

lp • 9 titres • 23:13 min

  • 112:07
  • 223:48
  • 333:53
  • 442:15
  • 551:27
  • 661:55
  • 771:23
  • 881:49
  • 9102:06

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Connectez-vous pour les écouter.

remarques

chronique

« Bonjour, c'est le grindcore. On revient pour te FOUTRE LA TÊTE EN FRAGMENTS QUANTIQUES ».

Bonjour, c'est la Norvège, ici. Deux types apparemment de Stavanger – ville dont je ne sais pas grand-chose sinon qu'elle se trouve plutôt au sud-ouest du pays, d'après maps, qui tient aussi à me préciser qu'elle abrite le musée du pétrole. (Pourquoi pas, doit y avoir un certain tourisme, pour ça). Des deux gars en question, je connais quelques faits, vite fait : que l'un (Steinar Kittilsen aka Captain Roger) est aussi à lui seul au moins deux one-man bands – de délires ultra-speedés psyché-sci-fi pour l'un (Psudoku) ; de grind au son bien ferrugineux pour l'autre (Parlamentarisk Sodomi... est-il besoin de traduire et de préciser l'ambiance, sachant aussi qu'un de ses disques s'appelle « En Guerre avec la Norvège » ?). Du deuxième type, Anders Hana, je sais encore moins, sinon qu'il a mixé/produit l'album de bruit riffé/cassé/tempo-en-fonctions-dérivées de ses cinglés de concitoyens nommés Freddy the Dyke. Des deux ensemble je dirais... Qu'on retrouve là le meilleurs/le pire des deux mondes ? En quelque sorte. C'est à dire que : les cris débilos (débil-core ?) entendus dans Psudoku y sont bien – variations et rebonds sans fin sur les thèmes du HUG et du HYYYYAAAA-ÄÄÄ, passés dans la réverb infinie ; la batterie mouline tellement dense qu'on se demande si ce n'est pas une boîte à rythmes enregistrée en audio puis « warpée » à six fois la vitesse d'origine sur ableton ; la gratte cisaille des bouts de riffs absurdement tordus et compliqués, alternés/superposés avec des larsens passés dans des effets qui les font sonner comme des usines défectueuses, des glitches déformés/transformés en déchiquetures analogiques par des têtes d'ampli poussées à balle, les micros de l'instrument reprenant tout ce boucan pour que ça boucle bien, encore plus... De temps en temps un dziou-dziou de l'espace vient survoler ou se forer un chemin dans la masse, mais ça n'aère pas vraiment cet inextricable. Et lesdits bruitages du cosmos sonnent bien plus garage/entrepôt/squat que dans Psudoku – où je ne dirais pas, déjà, que ça donne dans le propret, hein, mais où simplement c'est moins baveux, moins collé à quatre millimètres des yeux/des oreilles, aussi. Ça dépasse les vingt-trois minutes pour dix morceaux - ce qui ferait presque long pour du grind, mais c'est parce que parfois ils laissent filer une outro stridente avant que déboule le morceaux d'après, et que d'autres fois ils prennent le temps d'essayer tous les angles et toutes les combinaisons possibles d'une de leurs idées crues et biscornues, les combinent pour faire des espèces de euh, développements/enchaînements. Tous les index portent simplement un chiffre, et il semble que les beuglements et autres déchirures vocales n'articulent pas de mots, rien d'autre que les onomatopées et autres manifestations purement corporelles plus haut relevées (mais donc, en variant les figures, en utilisant ça comme une autre couche/d'autres pièces de la pléthore rythmique).

« Bon. Finalement on vous a tout ramassé et compacté en une boule. Ne chipotez pas sur la perfection de la sphère – ça tient parfaitement dans la main, ça se loge facile au creux du plexus, dans la ventrale du sweat à capuche. Puis on voit bien que vous repartez avec le smile d'un coin à l'autre de vos faces. Au revoir, c'était le grindcore. Nan, j'ai pas de coke, pas les moyens, pas envie, trop lent pour mon métabolisme. Et puis je me casse. Par contre il reste de la crustbraü par pléthores, au bar, et c'est tout à prix libre. A la bonne votre, c'est ça ouais... Et n'oubliez pas, si vous passez par la maison, d'aller jeter un œil dans le salle MAZOUT du musée. Les panneaux sont illisibles, OK, mais y'a certains machins qui se passent d'explications. Alors quoi ? ».

note       Publiée le lundi 19 septembre 2022

Dans le même esprit, Dioneo vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "BB" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "BB".

notes

Note moyenne        1 vote

Connectez-vous ajouter une note sur "BB".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "BB".

nicola Envoyez un message privé ànicola  nicola est en ligne !

C’est rigolo, le bas du logo ressemble à XYMOX.