Vous êtes ici › Les groupes / artistesCChildren On Stun › Mondo weird

Children On Stun › Mondo weird

cd • 12 titres

  • 1Mondo weird
  • 2Buliding boxes
  • 3Felch
  • 4Style police
  • 5Singles and doubles
  • 6Twisted
  • 7Strange days
  • 8Outrageous, outlawed, outspoken
  • 9Scum
  • 10Aunty crystal thieves
  • 11Whiskey A Go-Go
  • 12Demonica beatnik

enregistrement

The house on the beach', Shoreham, Angleterre, mars 1996.

line up

Neil Ash (chant, programmation), Simon Manning (guitare), Kyle Whipp (basse), Poison Dwarf (boîte à rythmes)

remarques

chronique

Comme je l’ai négligé à sa sortie celui-là et pourtant c’est sans doute avec cet opus que les Children on Stun affirment le plus pleinement leur identité. La pochette les voit pour commencer s’affranchir de toute iconographie Sistersienne mais je réalise à quel point ce groupe aurait mérité plus de renommée. A l’époque, Rosetta Stone avaient déjà rendu les armes mais le beat de ‘Adrenaline’ bombardait quand même les dancefloors britanniques, de même que Nösferätü has been sans avoir percé. Est-ce ce goût du classicisme de certains goths pas si intéressé(e)s que ça par la musique ? Ou peut-être l’explosion de formations dark electro tels que Das Ich qui avait fini par faire céder la réfractaire Albion ? Toujours est-il que ce ‘Monde Weird’ a toutes les qualités qui font un bon disque. Le premier point à relever est le soin apporté à la programmation de la boîte à rythmes, ‘c’est p’têtre un détail pour vous mais pour moi ça veut dire beaucoup (Michel Berger copyright)’; voilà des gars qui ne se contentent pas de rythmes binaires, qui tentent de varier les pulsations, c’est efficace et tout à leur honneur. Deuxio, Neil Ash chante vraiment bien, avec toute la conviction de son timbre juvénile et si quelques effets sont utilisés, c’est avec parcimonie. Le reste, c’est du classique, bon sens de la mélodie, guitares imaginatives et incisives, basse droite, le tout servi par une production punchy (Nösferätürlututu auraient pu prendre des leçons). Je crâne aujourd’hui mais j’étais le premier à l’époque, dans l’extase Das Ich, à avoir négligé cet album. L’avantage d’acheter du physique, c’est que la bête attend, tapie, que son heure vienne et que les années passant, on remette les doigts dessus au hasard d’un rangement avec cette bouffée d’enthousiasme comme si on découvrait le disque. Il n’y a aucun miracle dans cette qualité, nos Anglais ne sont pas restés inactifs entre leurs deux LPs en produisant plusieurs minis et en tournant. Le résultat est là. C’est important. Chaque mouvement est lancé et mené par quelques grands groupes mais si le fond n’est pas tapissé de seconds couteaux crédibles, il est condamné à périr.

note       Publiée le mercredi 31 août 2022

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Mondo weird" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Mondo weird".

notes

Note moyenne        1 vote

Connectez-vous ajouter une note sur "Mondo weird".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Mondo weird".