Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBedless Bones › Sublime malaise

Bedless Bones › Sublime malaise

détail des votes

Membre Note Date
Aplecraf      vendredi 5 août 2022 - 16:00
Shelleyan      vendredi 5 août 2022 - 00:48

cd • 11 titres

  • 1Nemesis unborn
  • 2Limbs entwined
  • 3Drifting
  • 4Where's my voice
  • 5Revelations
  • 6Sad and alone
  • 7Niobe
  • 8Losing control
  • 9No ceremony
  • 10Heavy words
  • 11Hyperpyrexia

line up

Kadri Sammel (chant, musique)

remarques

https://bedlessbones.bandcamp.com/

chronique

Dans beaucoup de fois, croyances, spiritualités, la mort n’est finalement qu’un passage d’où l’importance des rites funéraires, le soin des dépouilles… Je ne sais pas vous mais j’ai quelques souvenirs confus de films d’horreur, d’histoires de fantômes, reliés à des décès non vengés, des sépultures non accordées. L’image de ces ‘bedless bones’ ne pouvait que m’inciter à me pencher sur ce groupe estonien. Une artiste plutôt, Kadri Sammel, riche d’une expérience au sein du compo electro Forgotten Sunrise mais à mon sens meilleure en solo. Sa manière de traiter l’usage d’instruments électroniques se nourrit en effet de pas mal d’influences, de la nostalgie new wave à la dark wave minimale en passant par quelques torsions plus rêches, un vrai travail sur les ambiances sans perdre un aspect dansant. Si le chant nous leurrerait volontiers vers quelque chose de plutôt éthéré, la réalité des morceaux est plus complexe. L’excellent ‘Revelation’ m’évoque volontiers une version extrêmement dure de Eurythmics tandis que ‘Sad and alone’ dégage un feeling EBM martial sans oublier ‘Losing control’ plutôt vaporeux. Le disque n’en est pas décousu pour autant, cette diversité d’atmosphères s’unit au travers du halo de mystère subsistant, du soin apporté et du goût du détail, notamment dans la programmation (les mini expérimentations du beat de ‘Niobe’) mais aussi la texture (la retenue faussement apaisée de ‘No ceremony’, la post-techno sombre de ‘Heavy words’, les vagues accents ethnos de ‘Hyperpyrexia’). L’auditeur(trice) peut même y projeter plusieurs de ces éléments dans un même titre, confirmant l’idée que les chansons dévoilent des facettes différentes au gré des écoutes comme une sculpture de verre oscillant différemment selon les mouvements du soleil, le souffle du vent ou les courbes de l’ombre. Du beau travail qui vaut à Kadri Sammel de s’affirmer une identité dans la vague électronique contemporaine tout en se retrouvant signée chez Cold Transmission Music, plutôt un gage de qualité.

note       Publiée le vendredi 5 août 2022

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Sublime malaise" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Sublime malaise".

notes

Note moyenne        2 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Sublime malaise".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Sublime malaise".