Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSkeleton of God › Urine Garden / Bleached in the Sun

Skeleton of God › Urine Garden / Bleached in the Sun

détail des votes

Membre Note Date
Rastignac      lundi 1 août 2022 - 09:16

cd • 18 titres • 46:59 min

  • Skeleton of God : Urine Garden
  • 1Urine Garden04:54
  • 210 Second Infinity04:50
  • 3Spiritual Schizophilia03:52
  • 4Withered Humans04:28
  • 5Smog (Gacy remix)00:37
  • Skeleton of God : Bleached in the Sun
  • 6Untitled04:15
  • 7Untitled01:50
  • 8Untitled03:57
  • 9Untitled00:50
  • 10Untitled00:45
  • 11Bleached in the Sun05:20
  • 12Laughing at the Rape of the Dead00:48
  • Hideous Corpse : inédits
  • 13Drinking Blood & Eating Children01:10
  • 14Nervous Tic Magic06:25
  • 15Unicornhole04:34
  • 16Tigers & Palms & Rattlesnakes04:55
  • Skeleton of God
  • 17Glum Luminescense04:48
  • 18Smog (Mongo-mix)00:18

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Connectez-vous pour les écouter.

enregistrement

Pistes 1-5 : enregistré, mixé par Kirby Orrick au Time Capsule Studio, Denver, Colorado, 1993, sorti initialement en CD chez Creepo Records sous le nom Urine Garden. Pistes 6-12 : enregistré en octobre 1990 par Jeff Kahn et Chris Provost sur un 2 pistes reel to reel. Pistes 17-18 : enregistré en 1993 pour la compilation "Hemp for Victory Vol. 1" sorti en 1994 chez CM Records. Remasterisé par Dave Moore.

line up

Jeff Kahn (voix, guitare), Erik Stenflo (batterie), Joel DiPietro (basse [1-5]), Tim Fouch (guitare [1-5])

remarques

Compilation du premier EP Urine Garden, suivi de Bleach in the Sun et d'inédits de Hideous Corpse. Illustration par Jeff Kahn et Angie DeShano.
Coédité par Highbryd Records et Deathgasm Records.

chronique

L'autre jour quelqu'un me disait : "des fois je lis tes chroniques, mais tu les sors d'où tous ces groupes de death sortis de la cave là ? Jamais entendu parler. Comment t'arrives à trouver des trucs pareils ?". Je lui ai répondu : "le death, c'est mon dada. Alors avec tiercé magazine, je lis les cotes, je vais aux courses, et je pioche un canasson, souvent au pif". Par exemple : Skeleton of God. Groupe coloradien à l'existence furtive au début des 1990, s'étant reformé plus tard pour un dernier jet (de fumée) en 2008 pour un album de death contemplatif, drogué et très sympathique. Les gars assument, montrent, disent, et clament leur amour pour le goudron engendré par l’usage excessif d'une plante aux vertus expectorantes, elle te fait retrouver l'amour, le travail, tes clefs, elle te rend plus fort, t'as plus problème érection, sommeil, anorexie, boulimie, indigestion, méningites, succès financier, succès en amour, tu retrouves le travail, livret épargne plein, accès propriété, animaux de compagnie en bonne santé ! Les mecs sortent en fait du giron d'un autre groupe de death ultra underground de Nederland (pas en Hollande...) alias Hideous Corpse dont on retrouvera trace sur cette rétrospective officiellement vendue sous le manteau et propulsé par les copains de Cephalic Carnage qui voyaient dans cette bizarrerie death beuh quelque chose qu'il fallait mettre en avant, rapport à la "culture" locale vous voyez... un juste retour des choses et le respect des pairs : c'est important ! Hideous Corpse jouait donc un death ponctué de synthé des abysses, un shampoing old school ultra gras de Garnier, voix de raclage de vieux fond de douille sale, ponctué de toux, de déterrage de pieds pas frais au fond des bois et de réanimation morbide d'organes infames, enfin, ça vaut carrément le coup tellement c'est déglingué, une sorte de gigue toxicomane avec solos joués à 3g dans le sang, des accélérations absurdes, un son de dégueulis constant, enfin le kif total ; les pistes présentes sont quasi post mortem, jamais sorties car la moitié du groupe s'était barré... Le début de la compilation (les cinq premières pistes, vous suivez ?) sont celles de Skeleton of God (donc post Hideous Corpse) stricto sensu et son premier EP à la pochette si... travaillée, qui nous jouera une sorte d'Immolation of the weed extrêmement gras encore, encore plus sous accordé et littéralement sur-bien. Et vous vous dites là : "mais euh... il nous a pas décrit la moitié des pistes là...". Oui, vous suivez bien, je fais durer parce que ça va être le gros truc au milieu de la compilation qui tache qui fait chier : Skeleton of God, donc, formé sur les cendres d'Hideous Corpse, avant de revenir au death metal, est à la base un délire pure noise, enregistré entre deux ronds de pipe en bois, et c'est Jeff Kahn qui le dit dans le livret, je cite : "based on being sponaneous, creepy and irritating". Je vais pour ma part garder seulement le qualificatif d'irritant : il s'agit en fait de gros coups de basse, de growls, tout est sous-pitché à mort, enregistré très très au ralenti, il ne se passe souvent RIEN, y a des bruits, des trucs qui tombent, des machins qui font des choses, et de la grosse basse ou guitare très saturée, de la batterie à 0,0001 à l'heure : le néant ou pas loin ! Typique des fonds de tiroir de ce genre d'archives, car évidemment il manque des bouts perdus à jamais, peut-être, finalement, pour le meilleur... Ils ont bien fait de reprendre le death metal je vous dis. Bon le Jeff est honnête, il avait carrément paumé les cassettes de ce machin enregistré un dimanche juste parce qu'ils se faisaient sûrement chier, et qu'ils ont sûrement eu une idée de génie du fond de leur cervelet vivace. Donc voilà : au hasard Balthazar nous pourfendons les flots à la recherche de groupes auvergnats, bordelais ou coloradiens afin de retrouver la fine croûte de qui était déjà oublié quand ils étaient vivants à jouer devant trois pelés dans leur cambrousse au loin, et aujourd'hui ils sont sur guts, donc ils atteignent, par la toute puissance illusoire de l'archivage extrêmement non-pérenne des données numériques le statut d'immortel intérimaire sur notre grand et beau site ! L'est pas belle la vie ?

note       Publiée le lundi 1 août 2022

Dans le même esprit, Rastignac vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Urine Garden / Bleached in the Sun" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Urine Garden / Bleached in the Sun".

notes

Note moyenne        1 vote

Connectez-vous ajouter une note sur "Urine Garden / Bleached in the Sun".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Urine Garden / Bleached in the Sun".

Rastignac Envoyez un message privé àRastignac
avatar

L'ultime album de Skeleton of God est vraiment stupéfiant aussi, bien plus récent, psychédéfoncé. J'imagine qu'il cote moins fort que les restes non réédités des quelques autres groupes de Creepo Records... ça vaut son kilo de ferrero rocher...

Bon, y a bien hellsheadbanger ou relapse qui vont s'y coller un de ces quatre pour rééditer ces vieux machins oubliés ! Ou c'est plus à la mode de faire ça ?

Note donnée au disque :       
yog sothoth Envoyez un message privé àyog sothoth
avatar

Merci les gars pour ce name-dropping de trucs introuvables, je suis pas loin de clôturer mon PEL :/

J'ai choppé cette compil dans la foulée de la chronique, et en effet après une première partie SoG très sympa, le (long) moment bruitiste casse pas mal la bonne ambiance. Je vais aller creuser du coté de chez Hideous corpse, maintenant !

vargounet Envoyez un message privé àvargounet

Napalm ça m'a toujours étonné surtout car ils ont sorti le premier Abigor le Nord de Setherial et du Summoning. Mais c'est tant mieux car Omnipotence jouit d'une production exemplaire dans la lignée du premier Neuraxis mais en carrément meilleur. Le premier album anthropological infestation est définitivement à posséder aussi et réédité sur burning dogma records. La suite sera bien moins intéressante...

Dioneo Envoyez un message privé àDioneo
avatar

Si c'est la pochette du dessous ou une dans le même goût délicat, c'est sur que le style est moins, euh, "abstrait" !

Rastignac Envoyez un message privé àRastignac
avatar

exact ! et l'illustration originale est beaucoup plus grasse...

Note donnée au disque :