Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSwan Death › Arsenic II

Swan Death › Arsenic II

détail des votes

Membre Note Date
Shelleyan      dimanche 31 juillet 2022 - 12:38

cd • 18 titres

  • 1My wings, my Emperor (Extended version)
  • 2Do not be sad, I am an undead highlander
  • 3Hypersensibility
  • 4I wank you
  • 5Dark soul of Egypt... (Poison of her Aspics)
  • 6I can spell your mind in my brain (With Orpheus)
  • 7Love never dies 5:56
  • 8Last dragon
  • 9Gloria victis, embrace my dragon shadow
  • 10Kinky girl (Spunk on my greyhound's nymphs)
  • 11I spit fire (Blood in the gasoline, G. Bush is a killer)
  • 12Sincere emotion, liberty is a dream
  • 13Paladin, out of this world (Mixed on planet Mars)
  • 14Whales, i fight with knight's blood
  • 15Words can kill
  • 16Witch & secret
  • 17Whales, freedom
  • 18A new sign of the wolves (Poison remix)

line up

Gaetan Paternot, Heidi Kanters

remarques

Le cd est présenté dans un boîtier DVD.

chronique

Les passionnés de musique ne quêtent pas le Graal mais LES Graals et… Non, en fait, ils cherchent juste des disques mais certains, il est vrai, prennent pas mal de temps à être dénichés. Des années de vaines recherches et tout à coup, badaboum ! Je sais pas si le mec s’est chopé un lot dans un trafic interlope ou si il y a eu liquidation mais toujours est-il que d’un seul coup, sur Discogs, ça a plu, me permettant d’obtenir ma copie sans trop bourse délier. L’occasion aussi de me replonger dans l’univers de ce singulier combo belge, presque naïf parfois dans une sincérité quasiment hors du monde. Le II du titre est judicieux tant cet opus complète le précédent. De l’aveu même de Gaëtan (rebaptisé Raëtan… Tant que c’est pas Raël, lol) à l’époque, il voulait un son de guitare plus agressif, ce qui est le cas. Rien de trop metal, juste plus affirmé. Cela n’empêche quelques passages interludes plus frais, plus atmosphériques tel l’excellent ‘I wank you’ ouvrant sur des auspices lourdes, lentes, avant une montée de grosse caisse et la mise en place d’un rythme propice à une transe. Les guitares musclées, le chant féminin, les discrètes effluves orientales des percussions et de la mélodie ne sont pas sans évoquer le Christian Death époque ‘New born anti christian’ ou mieux, encore le second Lover of Sin. Impression ressentie à plusieurs reprises (‘I can spell your mind in my brain’, ‘I spit blood’). Ces fameuses influences orientales d’ailleurs se retrouvent dans une seconde déclinaison du ‘Egypt’ présent sur le disque précédent plus axé cette fois-ci sur les orchestrations ethniques ou ‘Love never dies’ où l’ajout du violon amène un plus indéniable. Je suis moins fan du grésillement de la gratte. Apparemment nos Belges ont accentué la portée des instruments traditionnels (percussions, violon, violoncelle) soit pour équilibrer les passages durs soit pour renforcer l’atmosphère mystique (‘Gloria Victis, embrace my dragon shadow’, ‘Sincere emotion’). Tout n’est pas réussite, ‘Kinky girl’ sans être désagréable souffre d’une interprétation trop aléatoire à tout niveau, d’une intention peu claire à la production. Le jeu de batterie n’est pas toujours à 100 % niveau franchise des sonorités (ne s’agirait-il pas d’une boîte ? Et quand bien même…) mais ce n’est pas la première fois que je ressens ça sur une galette de Swan Death comme si le groupe ne maîtrisait pas toujours complètement ses ambitions tant au mixage que dans l’écriture. Rien qui ne nuise globalement au plaisir de l’écoute. On pointe facilement les influences mais Swan Death a vraiment une manière unique de les assembler, de tisser un univers qui lui est propre et ne ressemble pas à grand chose d’autre, ‘Arsenic II’ ne déroge pas à la règle. Malgré la diversité des atmosphères développées dans une cohérence ne se démentissent pas, le cd reste long à s’enfiler d’une traite, les coups de mou pourtant peu spectaculaires en paraissent décuplés mais de manière trompeuse. Il y aurait largement eu matière à sortir deux albums mais peut-être que des raisons de financement expliquent cette situation ? Toujours est-il qu’on aurait moins eu l’impression d’une compilation de tous les morceaux à disposition après les sessions d’enregistrement. Beaucoup de réussites justifient pourtant clairement son achat (‘Words can kill’, ‘Love never dies’, ‘I wank you’…) et il est à noter que la complémentarité vocale entre Gaetan et Heidi atteint ici son plein potentiel dans les chansons en duo. Sans faire de mauvais jeu de mot, je crains pourtant que ‘Arsenic II’ ne soit à écouter comme le chant du cygne de Swan Death...

note       Publiée le dimanche 31 juillet 2022

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Arsenic II" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Arsenic II".

notes

Note moyenne        1 vote

Connectez-vous ajouter une note sur "Arsenic II".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Arsenic II".