Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBloodygrave & Die Lust › Bloodlust

Bloodygrave & Die Lust › Bloodlust

cdr • 10 titres

  • 1Rattengfift
  • 2Warum
  • 3Tscher-No-Bill
  • 4Planet
  • 5Supernova
  • 6Frage der Technik
  • 7Ein Weiteres Jahr
  • 8Alarmstufe Rot
  • 9Schnee in der Küche
  • 10Hass und Spass

enregistrement

Homestudio de Ben Bloodygrave, Berlin, Allemagne.

line up

Ben Bloodygrave (chant), Frasco (synthés, programmation)

remarques

https://bloodygravedielust.bandcamp.com/music
Existe en édition LP vinyle limitée de 300 copies, de différentes couleurs, les 12 premières étant signées par le groupe.

chronique

Styles
electro
dark wave
Styles personnels
batcave synthétique ? synthpunk...

Le deathrock, c’est un peu comme le black metal, c’est avant tout une vision, une attitude, un look, sous lesquels on peut décliner plusieurs possibilités de musique même si la primale est claire aux yeux de tou(te)s. L’Allemand Ben Bloodygrave, par exemple, ce n’est pas parce qu’il est habillé deathrock ou afterpunk qu’il se démène sur des guitares torturées à la Christian Death ou Mephisto Waltz; ok, si un peu au départ avec Rotten Western Kulture mais pas avec Die Lust en tout cas. L’homme se réclame plutôt du synthpunk et pour le travail avec son collègue, lui aussi rescapé de R.W.K., la définition colle bien. Volonté DIY, musique synthétique minimaliste au synthé, plutôt axée sur des tonalités basses ou ‘bip bip’, sans chercher les sons spécialement travaillés, boîtes basiques, rythmées, variant les tempi, chant de conteur plus que d’enragé, avec parfois un aspect détaché, le tout avec une production pro sans être lisse. Quelque part entre Suicide, Die Krupps, un Fad Gadget plus basique et un zeste de cold wave expérimentale, les morceaux de Bloodygrave + Die Lust ne sont pas de ceux qui suivent les structures couplet/refrain, le but étant plutôt de balancer la purée et de laisser tourner avec quelques variations. Ca s’écoute bien même si ça tourne légèrement en rond sur tout un album. Si l’aspect mélodique n’est pas négligé, l’intention ne s’y limite pas, on pose une ambiance énergique, un peu clinique mais non dénuée d’un certain humour. Une forme de batcave synthétique ? ‘This synth kills fascists’ titrait un tee-shirt de l’artiste… Ben oui, il n’y pas de raison de tout laisser à la guitare.

note       Publiée le mardi 19 juillet 2022

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Bloodlust" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Bloodlust".

notes

Note moyenne        1 vote

Connectez-vous ajouter une note sur "Bloodlust".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Bloodlust".