Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNeurotic Doll › Reveal - 啓示 -

Neurotic Doll › Reveal - 啓示 -

  • 2018 • Labyrinth Records LR01 • Remaster • LimNum • 500 copies • 1 CD

détail des votes

Membre Note Date
Aplecraf      vendredi 17 juin 2022 - 10:54
Shelleyan      jeudi 16 juin 2022 - 23:41

cd • 8 titres

  • 1Death labyrinth
  • 2背徳の夜
  • 3Reveal - 啓示 -
  • 4白夜
  • 5Cantharella - 媚毒夢 -
  • 6鎮魂夜曲 (Mourning version)
  • 7Corruption - 腐敗 - (An Evil Omen version)
  • 8Gloria - 闇の凱歌 -

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Connectez-vous pour les écouter.

enregistrement

Studio Dig, Rinky Dink Studio, Shinjuku Jam, Sound Market, Castle in the air, Studio Take, Tokyo, Japon.

line up

Neu!Rosen Von Verderber (chant, programmation, effets), Gene (guitare), Flour de Violette (basse), Zian (batterie), Avi Pasht (clavier, flûte piccolo, piano, choeurs féminins)

Musiciens additionnels : Dwight Fry, Rudolf (piano), Hide, Grey, Miwa (guitare), Drama, Luis (basse), Tell, Sin (batterie, choeurs)

remarques

Le coffret inclut le cd, une carte de tarot, une enveloppe contenant de l'encens, une photo du groupe avec un code pour un clip.

chronique

Il était une petite fille qui n’aimait personne, à qui le monde faisait peur, qui se sentait angoissée tout le temps. Elle alla trouver la méchante fée des bois pour lui demander de quitter cette réalité qui n’était pour elle que synonyme de souffrance et de mécontentement. Cette dernière qui avait d’autres crapauds à fouetter et pas trop de temps à perdre avec une gamine la changea en poupée et la propulsa d’un coup de baguette dans un univers féérique… Théoriquement du moins, elle n’avait pas vérifié de trop près l’exactitude de sa formule. La poupée humanoïde après avoir franchi un labyrinthe sombre au son de lourdes percussions, de bruits inquiétants, de claviers glaçants, déboucha sur une clairière assombrie par un feuillage dense au bout de laquelle se trouvait une petite scène de théâtre sur laquelle s’agitait une orchestre de marionnettes vêtues de noir aux maquillages macabres. Je me laisse emporter mais Neurotic Doll ne sont pas du genre à envoyer la purée, ils aiment concevoir leurs chansons comme des menus avec mise en bouche, plat principal à surprises et dessert. Le combo soigne ses entrées, optant pour la grandiloquence ‘Bachienne’ des claviers (‘背徳の夜’), les arpèges funèbres de guitare (‘白夜’), le piano bringuebalant et les chuchotements (‘Cantharella’), seuls deux ou trois chansons entrent vite dans le vif. La trame principale elle-même est sujette à variations même si nos Japonais savent doser l’exercice en conservant une attaque directe (évoquant volontiers Bauhaus) et en évitant d’en faire des caisses (contrairement à certaines formations Visual Kei friandes de cassures, changements de tempi continuels). L’influence des formations post punk goth occidentale est palpable mais comme plusieurs de leurs compatriotes (Auto-Mod, Madame Edwarda en tête), Neurotic Doll s’en servent pour épicer les choses à leur manière. Apparemment le combo n’a pas été très productif, un seul maxi à son actif, avant de renaître de ses cendres autour de 2016. Cette collection peu fournie groupe ledit maxi accompagné d’une poignée de titres supplémentaires disponibles sur des compilations; elle résume cependant efficacement leur univers (jusque dans la présentation du coffret avec cd, carte de tarot, encens, photo). ‘Reveal’ a quelque chose d’un résumé des ‘Mille et une nuits’ version macabre; c’est flagrant sur l’excellent ‘白夜’ avec ses claviers arabisants hantés, ses incantations de succube vers le final. D’autres compositions jouent la carte d’une mélancolie luxuriante (le magnifique ‘Cantharella’ aussi toxique que grisant ou encore ‘鎮魂夜曲 ‘ véritable chant funèbre de guingois joué sur un piano mal fichu par un spectre vieillissant dans une baraque abandonnée). Le groupe use de tous les moyens à sa disposition pour tisser ses atmosphères: percussions lourdes, tribales, claviers fantasmagoriques ou plus inquiétants, effets de choeurs, de récitations en arrière-plan, quelques soli de guitare, des moments plus recueillis avant de nouvelles accélérations; les chansons tournent volontiers autour des six minutes, voir plus. Le chant, complètement habité, tape juste dans l’émotion en ajoutant ce qu’il faut sans s’égarer en exercices stériles. Cette compilation s’écoule toute seule et nous fait voyager grâce à sa diversité dans la cohérence, un état des lieux rendu possible par l’excellente maîtrise des musiciens, comme la plupart des groupes du genre d’ailleurs (la musique occupant une part importante dans l’éducation de chaque écolier nippon). ‘Reveal’, le terme est bien choisi, quelque chose de prophétique mais aussi de fantasmagorique, version sorcière bien entendu…

note       Publiée le jeudi 16 juin 2022

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Reveal - 啓示 -" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Reveal - 啓示 -".

notes

Note moyenne        2 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Reveal - 啓示 -".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Reveal - 啓示 -".

Shelleyan Envoyez un message privé àShelleyan
avatar

Grâce à Discogs, pour certains ça va. J'ai aussi passé par des sites japonais dans le passé. Mais celui-ci m'a coûté 70 euros avec les frais de port, effectivement.

Note donnée au disque :       
Aplecraf Envoyez un message privé àAplecraf

T'as pas eu de trop mal à te le procurer ? La majorité des disques de punk/post punk japonais que j'ai, je les ais achetés dans des boutiques d'occasion pendant un voyage au Japon. Sans ça, je sais pas trop comment j'aurai fait car les frais de douane sont bien violents sinon.

Note donnée au disque :