Vous êtes ici › Les groupes / artistesHHaruomi Hosono › Hosono House

Haruomi Hosono › Hosono House

vinyl33t • 11 titres • 32:12 min

  • 1ろっか・ばい・まい・べいびい3:19
  • 2ぼくはちょっと3:56
  • 3Choo-Chooガタゴト3:28
  • 4終わりの季節3:14
  • 5冬越え3:17
  • 6パーティー2:05
  • 7福は内鬼は外2:33
  • 8住所不定無職低収入2:38
  • 9恋は桃色2:48
  • 10薔薇と野獣4:33
  • 11相合傘0:21

line up

Haruomi Hosono (chant, basse, guitare, mandoline, melodica, kalimba, piano, arrangements de cuivres, production), Shigeri Suzuki (guitare électrique), Tatsuo Hayashi (batterie, percussions), Hiroki Komazawa (guitare slide), Masataka Matsutoya (piano, fender rhodes, accordéon), Kinji Yoshino (arrangements de cuivre 5, 7)

remarques

chronique

Styles
folk
country
jazz
funk
pop
Styles personnels
americana vue de sayama

Le premier album solo de Haruomi Hosono est la définition même du laid-back. Hosono est un hippie japonais, il a follement aimé ce son americana symbole de liberté. Vu du Japon, les autres, ce sont ces folkeux qui chantaient pour la paix et l’amour, ces cow-boys mélancoliques et leurs rengaines country aux slide soyeuses, ces musiciens de jazz de la Nouvelle-Orléans accompagnés d’accordéons des bayous. Hosono, bassiste de formation, a le sens absolu du groove, « Choo-Chooガタゴト » peut en témoigner, jazz-funk sans se faire chier, juste ce qu’il faut de licks de guitares bien remontées pour faire tourner la tête, un flow un peu trainard et un rythme lancinant mêlé de piano bastringue. C’est déjà une sorte d’exotica que pratique ici Hosono, mais vu de l’extrême-Orient, une bande de cadors nippons (dont le guitariste Shigeru Suzuki, son comparse de Happy End) qui fantasment sur la Louisiane et la Californie. Leur sunshine à eux, ça n’est pas le soleil levant, c’est le soleil couchant. Délice absolu de « 終わりの季節 » tout en percussions et melodica, folk-pop électrique et ensoleillée de « 終わりの季節 » qui ramène aux plus belles heures de Happy-End, avec orchestration cuivrée en plus, tout ici n’est que merveilles de mélodies et d’arrangements chiadés (mais pourtant enregistrés à la maison en toute simplicité, comme son nom l’indique), avec ce sens du refrain d’une efficacité discrète mais imparable, comme celui de « パーティー », toujours déballé l’air de pas en toucher une bille.

On parlait de groove y a deux minutes, bah oui ça groove dans la maison de Hosono, avec déjà des excursions du côté de la musique hawaiienne (encore une fois, dans un processus d’exotica inversée, un exotisme pratiqué pas la bande) passé au filtre jazz-rock. Avec toujours, parce que c’est Hosono, une élégance facile, une tenue de route sur chaque morceau témoignant d’un savoir faire digne des plus grands compositeurs pop de l’époque (on se demande bien pourquoi…). Hosono House, c’est un peu l’album le plus génialement low-key de son époque. A première vue, juste une bande de Japonais qui rêvassent sur une Amérique qui n’existe que sur des galettes en vinyle et dans les charts radios. Et puis à force d’écoute, l’évidence d’une collection de morceaux tous plus impeccables les uns que les autres, sans jamais chercher à pousser le bouchon, sans se fouler, juste ce qu’il faut pour atteindre au génial, quoi. Ah mais le groove, encore lui, de « 薔薇と野獣 », dès l’entrée de la rythmique, avec ce grattage de guitare funk et la voix de Hosono, dont on a toujours pas parlé, cette voix chaleureuse et sans effet, qui ne s’essaie à aucun tour de passe-passe pour passer pour ce qu’elle n’est pas. À la maison de Hosono, on ne se prend pas pour un autre. Pas besoin. Harry sais qu’il rêve. Et dans ce rêve, Harry sais qu’il est déjà le meilleur. Vous voulez une preuve ? Passez boire un verre à la maison, posez vous face au Pacifique, même si ce n’est qu’une photo sur un mur de la grande ville, et laissez vous porter. Tranquille. Laid-back.

note       Publiée le vendredi 10 juin 2022

réseaux sociaux

dernières écoutes

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Hosono House".

notes

Note moyenne        1 vote

Connectez-vous ajouter une note sur "Hosono House".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Hosono House".

GrahamBondSwing Envoyez un message privé àGrahamBondSwing

Le grand écart avec S.F.X ! J'irai pas jusqu'à le mettre dans mon top 1973 comme certains, mais c'est vrai qu'il est très cool avec cette rythmique bien groovy qui est le point fort de l'album.

(N°6) Envoyez un message privé à(N°6)
avatar

Ah oui, c'est sûr ! C'est raccord avec le côté très "drifter" de la musique. J'allais dire, un titre parfait pour les protagonistes du magnifique "Une affaire de famille" de Kore-Eda, dont j'avais un peu oublié que la musique était signée de... Haruomi Hosono.

Note donnée au disque :       
R_ONE Envoyez un message privé àR_ONE

住所不定無職低収入 SDF sans emploi bas revenus. Ça c'est du titre de chanson.

Chris Envoyez un message privé àChris
avatar

Ah ouais