Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSelofan › Στο Σκοτάδι

Selofan › Στο Σκοτάδι

détail des votes

Membre Note Date
Shelleyan      lundi 9 mai 2022 - 22:32

cd • 11 titres

  • 1The wheels of love
  • 2Schwarz
  • 3Nightclub in the sky
  • 4Orient
  • 5Snakes
  • 6Στο Σκοτάδι
  • 7Αλάσκα
  • 8Χορεύουμε;
  • 9Να Φεύγεις
  • 10Mάσκα
  • 11Lass mich los (bonus)

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Connectez-vous pour les écouter.

enregistrement

Enregistré sur le home studio du groupe, masterisé par Doruk Öztürkcan (She past away)

line up

Joanna (chant), Dimitris (musique, chant)

remarques

https://selofan.bandcamp.com/

chronique

Un an s’écoule, Selofan sort un nouvel album. Un an s’écoule et l’atmosphère a changé : production plus claire, travail accru sur les mélodies, textures vaguement plus lourdes mais toujours goût d’une certaine théâtralité conduisant les Grecs à confirmer tout en s’en évadant sans cesse l’étiquette dark minimal wave. Rien que les deux premières chansons brouillent les pistes ; après l’excellent ‘The wheels of love’, véritable hit, avec chant sans cesse au bord du cœur, ‘Schwarz’ renoue avec une récitation plus mélancolique chère également au groupe. Plus on les écoute, plus on remarque que ces artistes-là ne sont pas aussi aisés à ranger des des petites boîtes, ces deux premières compositions ne sont pas des cas isolés. ‘In the darkness’ est comme une scène le long de laquelle le groupe s’amuserait à défiler avec des costumes sans cesse différents pour amuser les quatre potes répartis entre les sièges de la salle qui s’amusent à deviner les influences et collent des points pour rire. Ce n’est qu’une image, le rire n’a guère sa place dans cet univers lové entre new wave, cold wave, des remugles cabaret, un zeste d’expérimentation (l’intro sous forme de tirs de ‘Snakes’)… Parfois, c’est la basse qui mène la danse (toujours ce jeu copié sur Simon Gallup) comme sur ‘Orient’, parfois on tape dans une forme d’EBM soft chelou (‘Snakes’), parfois c’est la rythmique new wave as fuck qui donne le tempo avec des petits synthés orientaux et une voix masculine évoquant un Falco qui se cacherait dans le tombeau de Bela Lugosi (‘In the darkness’). J’oubliais une fanfare martiale synthétique ? La voici avec ‘Mάσκα’. Pas réellement anxiogène, la musique des Grecs n’est pourtant pas de celle qui se prélasse sous les néons torves comme celle de Boy Harsher ou qui dévale les boulevards nocturnes comme chez SYZYGYX, elle est trop sombre, d’un sombre épais dans son dépouillement. C’est-là sa qualité, une accroche immédiate qui pousse à l’écoute pour faire mieux découvrir sa richesse au fur et à mesure des écoutes. Personnellement, je suis bon public.

note       Publiée le lundi 9 mai 2022

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Στο Σκοτάδι" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Στο Σκοτάδι".

notes

Note moyenne        1 vote

Connectez-vous ajouter une note sur "Στο Σκοτάδι".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Στο Σκοτάδι".

Aplecraf Envoyez un message privé àAplecraf

Mon favori du groupe reste le suivant, "ciné romance". Les autres albums oscillent entre le moyen et le bof.