Vous êtes ici › Les groupes / artistesRRendez-Vous › Superior state

Rendez-Vous › Superior state

cd • 9 titres

  • 1Double zero
  • 2Paralyzed
  • 3Sentimental animal
  • 4Last stop
  • 5Crisis
  • 6Middle class
  • 7Lakes
  • 8Exuviae
  • 9Order of Baël

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Connectez-vous pour les écouter.

enregistrement

Studio 3S, Paris, France.

line up

Francis Mallari (chant, basse, guitare), Elliot Berthault (guitare, synthé, batterie, choeurs), Maxime Gendre (guitare, synthé, batterie, basse, choeurs, chant), Simon Dubourg (guitare),

Musiciens additionnels : Olivier Ikeda (saxophone), Arnaud Zephirin (trompette), Leslie Bourdin (accordéon)

remarques

chronique

J’ai assisté à trois concerts de Rendez-Vous, pour chaque nouvel album, sur une scène plus grande fois après fois, avec un crescendo de violence absolument jouissif. Dès le départ, on avait bien compris que ces lascars-là n’étaient pas là pour rigoler, leur post punk synthétique dégageait quelque chose de glacé limite martial. Pas de nostalgie dans cette musique-là, s’inspirer des 80’s, c’est pour en capter un état d’esprit, le ramener au forceps dans le présent, le remodeler à coups de bottes. Dès les premières secondes de ‘Double zero’, le ton est donné, rythmique au turbo implacable, guitares grinçantes, synthés inconfortables pour un malaise dansant qui ne nous lâchera pas tout au long du disque; idem pour la voix qui ne fait pas de cadeau dans son chant tendu gorgé de colère sourde. Reprendre son souffle ? La blague. La basse te pilonne la gueule sans répit, la batterie privilégie la caisse claire pour que ça cogne dans les tempes. Attention, le groupe ne se content pas de bourriner; il le démontre avec l’excellent ‘Sentimental animal’ qui conserve la tension en l’épiçant de mélodies pour une guitare cold wave mais incisive. Qu’est-ce que tu déconnes, Shell’ ? ‘Last stop’ est plus lent, on peut respirer. Oui, comme un asthmatique avant de reprendre l’effort. Effectivement cette bonne chanson est moins rapide, plus triste dans ses climats mais on sent bien dans le son de la guitare que le répit n’est que provisoire. Confirmation avec ‘Superior state’ qui parait chercher à compenser cette petite faiblesse par des coups plus violents, des loops agressives et froides, preuve que nos Français savent faire sonner l’électronique de manière moins synthie que certains et qu’ils ne stagnent pas et ont su faire évoluer leur son sans en perdre la moelle. Avec l’excellent ‘Middle class’, le combo se paie même le luxe d’une voix moins rageuse, plus mélodique. Pas pour longtemps. ‘Lakes’ et surtout ‘Exuviae’ font faire remonter l’aiguille dans le rouge d’un coup, tendre les cordes pour flirter avec une version ‘propre’ de Big Black qui lamine le temps d’un dernier coup de grâce… Heu, sauf qu’il y a encore ‘Order of Baël’ pour cueillir tout le monde à rebrousse-poil dans un genre cold wave/dark folk fier tel qu’on peut le trouver dans des formations comme Cult of Youth, comme pour décrisper tout le monde sur le dancefloor, permettre à chacun de secouer sa bouteille de bière sans songer sans cesse à en faire un tesson pour égorger le mec en face…

note       Publiée le dimanche 8 mai 2022

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Superior state".

notes

Note moyenne        4 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Superior state".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Superior state".