Vous êtes ici › Les groupes / artistesEEinstürzende Neubauten › Alles in allem

Einstürzende Neubauten › Alles in allem

  • 2020 • Potomak CD 195992 • 1 CD digipack

détail des votes

Membre Note Date
Shelleyan      vendredi 6 mai 2022 - 12:04
asharak      samedi 14 mai 2022 - 20:52

cd • 10 titres

  • 1Ten grand goldie
  • 2Am Landwehrkanal
  • 3Möbliertes Lied
  • 4Zivilisatorisches Missgeschick
  • 5Taschen
  • 6Seven screws
  • 7Alles in allem
  • 8Grazer Damm
  • 9Wedding
  • 10Tempelhof

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Connectez-vous pour les écouter.

remarques

Existe en version box avec livre, cd bonus, DVD, l'album en version LP et cd.

chronique

Styles
pop

Einstürzende Neubauten auraient-ils inventé le concept de pop indus ? Possible, ‘Alles in allem’ est clairement leur disque le plus accessible, il n’y a pas pas la moindre tentative pour prétendre le contraire. Et pour celles et ceux (si si il y en a encore) qui accusent le combo de s’être vendu, jetez une oreille sur les travaux produits en parallèle depuis quelques années tels que ‘Kassetten’, ‘Anarchitektur’ ou ‘Stimmen Reste’, vous m’en direz des nouvelles. Même si je dois confesser que j’ai du mal à demeurer objectif avec cette formation, il est certain que ce disque, pas mauvais du tout, n’est clairement pas le zénith de leur carrière. L’option ‘pop’ ne constitue pas réellement une surprise, nos Allemands nous y préparent depuis des années tout en tordant le concept à leur sauce. D’ailleurs le disque débute avec de belles promesses, une musique classieuse, exigeante, suave et spéciale, légèrement irrévérencieuse également (après tout, les Neubauten restent les Neubauten); on aurait tort pourtant de sous-estimer ce disque, il n’est pas si aisé à découvrir et apprivoiser. Ce qui apparait d’abord comme superficiel est plus riche qu’il ne semble. Inutile de faire semblant, il faut jouer le jeu parce que ce chassé-croisé de tensions, de caresse dans le sens du ou à rebrousse-poil n’est pas neuf, il est devenu la patte du combo depuis la fin des 90’s. On ne s’émouvra donc pas de la nouveauté, plutôt de la maitrise absolue d’une formule largement testée, une forme de sagesse entre calme et volupté mettant en lumière de nouveaux détails ainsi le collage de samples de voix de ‘Ten grand goldie’, la belle mélancolie à l’orgue de ‘Alles in allem’ (pour faire coucou à l’ami Nick Cave ?), l’aspect légèrement tribal des percussions de ‘Taschen’, ‘Zivilisatorisches Missgeschick’ se révélant l’unique pièce flirtant quelque peu avec l’esprit des débuts. Le disque n’est pas exempt de longueur ou de ‘déjà vu’ (notamment le maussade ‘Grazer Damm’ plutôt familier dans son feeling), on y trouve même une pointe d’humour (les paroles de Wedding’). ’Si tu veux voir un groupe avec une perceuse sur scène, va voir un concert de Rammstein’, clamait Blixa Bargeld en interview. La recherche sonore a pris une direction différente depuis belle lurette mais n’en a pas perdu sa pertinence, l’ajout de cordes épiçant le propos quand nécessaire. La faiblesse selon moi demeure un pouls général un peu trop lent sur l’ensemble et une ou deux chansons anecdotiques ('Tempelhof'); il faut concevoir ‘Alles in allem’ comme une disque de jour pluvieux enregistré par grand soleil.

note       Publiée le vendredi 6 mai 2022

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Alles in allem" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Alles in allem".

notes

Note moyenne        2 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Alles in allem".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Alles in allem".

torquemada Envoyez un message privé àtorquemada

Premier Neubauten où je n'accroche pas du tout

ProgPsychIndus Envoyez un message privé àProgPsychIndus

je vais me laisser tenter par l'écoute , au vu de ce que tu en dis , je n'ai jamais dépassé "Silence is sexy" en fait , étrange mhm

Message édité le 06-05-2022 à 15:08 par ProgPsychIndus