Vous êtes ici › Les groupes / artistesEEinstürzende Neubauten › 9-15-2000, Brussels

Einstürzende Neubauten › 9-15-2000, Brussels

  • 2002 • Potomak CD 20472 • 2 CD digipack

détail des votes

Membre Note Date
taliesin      samedi 14 mai 2022 - 10:57
asharak      samedi 14 mai 2022 - 20:51
Shelleyan      vendredi 6 mai 2022 - 00:04

cd 1 • 13 titres

  • 1Silence is sexy
  • 2Sabrina
  • 3Dingsaller
  • 4Die Interimsliebenden
  • 5NNNAAAMMM
  • 6Haus Der Lüge
  • 7Zebulon
  • 8Newton's Gravitätlichkeit
  • 9Zampano
  • 10Ein Seltener Vogel
  • 11Beauty
  • 12Die Befindlichkeit des Landes
  • 13Sonnenbarke

cd 2 • 9 titres

  • 1Der Schacht von Babel
  • 2Redukt
  • 3Jubel
  • 4Musentango
  • 5Alles
  • 6Ende Neu
  • 7Yü Gung
  • 8Installation No. 1
  • 9Salamandrina

enregistrement

Enregistré live le 15 septembre 2000 à l'Ancienne Belgique, Bruxelles, Belgique.

remarques

chronique

2002, Einstürzende Neubauten sortent un album live… Clap, Clap, et alors ? Simplement que, hormis le ‘2X4’ résumant succinctement les premières années et quelques concerts sortis confidentiellement sur cassettes aux débuts, les Allemands n’avaient jusqu’alors jamais produit de disque sur scène (j’excepte quelques morceaux sur les ‘Strategies against Architectures’). Ils décident d’inverser cette tendance avec une performance orchestrée à l’Ancienne Belgique de Bruxelles et le moins que l’on puisse dire est que l’on ne se fout pas de notre gueule car c’est un double digipack proposant l’ensemble du concert. Un coup d’oeil à la date indique que nous nous situons dans l’après ‘Silence is sexy’, le combo est donc entré de plein pied dans sa seconde phase de carrière, moins bruyante, moins brute, jouant davantage sur un jeu de retenue/lâcher, les alternances de clame et de montées avec toujours ces sons uniques façonnés par les instruments confectionnés par les musiciens eux-mêmes. Volontairement, nos Allemands ont opté pour un concert et non une tentative de best of sur scène, inutile donc de chercher ‘Armenia’, ‘Feurio’ et autres joyaux, ils n’y sont pas. Au contraire, sont privilégiés des opus plus récents tels que ‘Silence is sexy’ (trois morceaux en ouverture d’emblée)ou ‘Ende Neu’. D’emblée, relevons un détail cocasse, un certain ‘Ein seltenter Vogel’ (hélas chanté partiellement en anglais) présenté comme un inédit qui ne sera probablement ‘plus jamais joué’ avec son entrée hallucinante dans un magma de cuivres tordus, lequel sera heureusement enregistré sur ‘Perpetuum Mobile’ dont il constitue un moment fort. Autant le révéler de suite également, les chansons les plus anciennes telles que ‘Yü Gung’ et ‘Haus der Lüge’ bien que bonnes y perdent un peu en puissance, d’autres pièces plus calmes et récentes se révèlent très efficaces sur scène. Avant d’y arriver, nul scoop à confirmer que le son est excellent, l’interprétation méticuleuse, pointue, incisive, la set-list cohérente, les Allemands ont toujours mis un point d’honneur à livrer des disques irréprochables niveau production et cette soirée à Bruxelles ne fait nullement exception. Je me suis d’ailleurs toujours interrogé sur des détails très pragmatiques: comment ces mecs composent-ils ? Comment répètent-ils ? Comment s’effectue un soundcheck avec un arsenal aussi atypique ? Doux euphémisme aussi de constater que Blixa Bargeld est un vocalise exceptionnel avec une diction incroyable et une manière de placer sa voix, de jouer avec, exceptionnelle. Ses collègues sont parfaits eux-aussi tant niveau interprétation que dans les répons de choeurs. Un ressenti en rapport avec un live peut être très subjectif mais pour ma part, je retiens dans les moments forts ‘Der Schacht Von Babel’, ‘Installation N°1’(waow !), un ‘Die Interimsliebenden’ plus pêchu que l’original, un ‘Redukt’ batifolant entre désinvolture printanière et intensité incisive, un ‘Ende neu’ fascinant par la puissance des roulements de percussions ou un ‘Silence is sexy’ parfaitement adéquat en ouverture du show. Bien sûr, on pourrait reprocher un peu cette perfection limite froide mais le combo équilibre par son jeu, les explications, remerciements, de Bilxa pour le public et les applaudissements. Evidemment, j’aurais préféré alors un concert plus ancien mais j’apprécie aussi que le groupe ne cherche pas à monétiser son passé, préférant mettre en valeur pour sa première sortie live réelle une phase de sa carrière encore en devenir. Il a depuis largement compensé cette pauvreté de témoignages live, ‘9-15-2000, Brussels’ y prend d’autant plus sa place.

note       Publiée le vendredi 6 mai 2022

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "9-15-2000, Brussels" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "9-15-2000, Brussels".

notes

Note moyenne        3 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "9-15-2000, Brussels".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "9-15-2000, Brussels".

ProgPsychIndus Envoyez un message privé àProgPsychIndus

Bien possible , mais là cela sera différent , L'Ukraine va gagner !!!

torquemada Envoyez un message privé àtorquemada

Sans oublier ‘ Nagorny Karabach ´

nicola Envoyez un message privé ànicola

Après Armenia, ils vont pouvoir écrire un nouveau morceau sur l’Ukraine.

ProgPsychIndus Envoyez un message privé àProgPsychIndus

Je les ai vu deux fois en live , à chaque fois la grosse claque , claque auditive , visuelle , sensorielle , mon meilleur souvenir étant "Tabula Rasa Tour" pfff Armenia avec le feu sur scène entre autre , "Yü-Gung" qui te ravage les oreilles etc .. absolument une expérience à vivre.

Message édité le 14-05-2022 à 14:09 par progpsychindus

taliesin Envoyez un message privé àtaliesin

Une merveille que ce live !!!

Note donnée au disque :