Vous êtes ici › Les groupes / artistesVViolet Tears › Metamorfosi

Violet Tears › Metamorfosi

cd • 9 titres

  • 1Inganno
  • 2In the garden
  • 3The lovers
  • 4To the life
  • 5Spazi artificiali
  • 6Da lontano
  • 7Ritratti fatali
  • 8Sentieri
  • 9The drowning of my hopes

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Connectez-vous pour les écouter.

enregistrement

A.MA Studios, Bari, Italie.

line up

Carmen de Rosas (chant), Claudio Contessa (chant, guitare, guitare sèche), Claudio Cinnella (basse, synthé, piano, clavier), Gianluca Altamura (batterie, percussions)

remarques

https://violettears1.bandcamp.com/album/metamorfosi

chronique

Le froid venu du Sud… Pour la cinquième fois, les Italiens de Violet Tears remettent le couvert pour nous convier à des banquets sous les frondaisons ocrées, des courses-poursuite au ralenti main dans la main avec l’âme soeur vêtue de noir, des chassés-croisées meurtris entre les allées de labyrinthes végétaux. Vingt ans après, en redingotes funèbres, longues robes de dentelles, hautes bottes, on accepte l’invitation comme au premier jour parce que l’on sait qu’on n’est plus au premier jour, parce que ces rythmiques pas trop rapides, mélancoliques, ces synthés givrés, ces guitares hivernales et même ce chant féminin qui s’élève à la face du ciel, non comme un défi mais telle une interrogation perpétuelle quant au pourquoi de ce trop-plein de lumière, de chaleur, qui blesse les yeux, brûle le coeur alors que l’on cherche l’ombre pour y reposer enfin ses peines, y trouver un oasis de calme où rêver, nous sont connus. Trop, pense-t-on, comme pour cet(te) ami(e) qui cuisine trop bien dont on voudrait hésiter à accepter les invitations… Et pourtant, le souvenir des fumets, des couleurs, de ces instant magiques un peu hors du monde, balaient à chaque fois rapidement le doute. Trop n’existe pas car cela fait du bien de laisser le sel marin se mêler aux blessures, parce que le chant de Carmen est toujours aussi profond et émouvant, qu’on réalise que ce jardin d’hiver que l’on cultive depuis tant d’années au fond de son coeur ne cesse de croître, plus beau encore entre les frisettes de cheveux blancs, les sillons creusant progressivement la peau… Et puis nos Italiens ont toujours le secret de trouver les harmonies sensibles, les quelques trouvailles fraîches pour montrer que le temps ne fige pas la passion (le très réussi et dynamique ‘The lovers’, les alternances de guitares lourdes et cristallines de ‘To the life’, l’ambiance douce et botanique de ‘Spazi artificiali’ avec chant masculin, un jeu plus acéré). On se souvient que rien n’est éternel, on prend peur. Vingt ans de carrière, c’est beaucoup pour un groupe goth, et si ce disque était le dernier ? Et si à l’image des fourmis de la couverture, nous disparaissions ? Perdions ce qui nous est cher ? Alors, ce disque, on l’embrasse, on le sert dans ses bras très fort, on réalise que si les Italiens ont toujours su éviter le cliché des climats trop éthérés, des mélodies trop diluées, c’est parce qu’ils sont mortels, ancrés dans une réalité que nous partageons mais de laquelle ils savent à chaque fois nous aider à nous évader quelques moments, ces quelques précieux instants qui nous désaltèrent de vins rares et rendent certaines journées plus belles. Tout au plus, s’étonnera-t-on vaguement de l’agencement moitié-moitié des chansons avec vocaux féminins/masculins rompu par le retour de Carmen sur l’ultime pièce mais aucun jardin n’est figé, chacun reste libre de le visiter à sa guise.

note       Publiée le vendredi 29 avril 2022

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Metamorfosi" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Metamorfosi".

notes

Note moyenne        2 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Metamorfosi".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Metamorfosi".

Shelleyan Envoyez un message privé àShelleyan
avatar

Personnellement, je trouve qu'il est dans leur top 3, je trouve qu'il redonne un coup de punch justement ^^

Note donnée au disque :       
Richard Envoyez un message privé àRichard

Il y a plus de deux ans en commentaire sous 'Outside Your Door', je mettais que 'Metamorfosi' bien qu'exposant des morceaux plus courts que ceux des précédentes galettes était pour moi paradoxalement plus longuet. Les Italiens sont talentueux, c'est certain, mais le combo de Bari se répète et c'est à la longue un doux ennui qui s'installe. Ces atmosphères avec le temps fonctionnent moins bien. Morphée n'est jamais loin.

Message édité le 30-04-2022 à 07:29 par Richard

Note donnée au disque :