Vous êtes ici › Les groupes / artistesffoxtails › Fawn

foxtails › Fawn

cd • 12 titres • 43:00 min

  • 1Ego Death02:07
  • 2Star-Crossed04:50
  • 3Ataque de nervios02:31
  • 4Gazelle03:27
  • 5BBQ01:53
  • 6Gallons Of Spiders Went Flying Thru The Stratosphere02:52
  • 7So It Goes01:10
  • 8Space Orphan05:00
  • 9Life Is A Death Scene, Princess04:37
  • 10Catalyst05:14
  • 11La belle indifférence04:51
  • 12Paper Tiger04:11

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Connectez-vous pour les écouter.

enregistrement

Enregistré & mixé par Steve Roche, Permanent Hearing Damage. Masterisé par Will Killingsworth, Dead Air Studios.

line up

Megan Cadena-Fernandez (voix, basse, piano [7]), June Benham (guitare, voix [2,11], synthétiseurs [6,9,10]), Jared Schmidt (violon, voix [11]), Michael Larocca (percussions, glockenspiel [9])

Musiciens additionnels : Phylix Almentero (voix [11])

remarques

Sorti en CD, cassette, en ligne. Illustration par Rob Mattsson.

chronique

Oscillant entre dégoût, amour du kitsch et besoin de sentimentalisme, je me suis dit : "tiens, si je m'écoutais du screamo, ça fait longtemps, donc je vais toper dans le récent, on ne va pas non plus se réécouter des vieilleries juste pour se persuader encore une fois que tout a déjà été dit il y a vingt ans sur le sujet". Et je consulte les oracles, et voici ce que le distributeur m'a donné : du screamo, du popo, du rocko, du chansono, avec voix qui chante, psalmodie/crie comme le veut la tradition, avec quasi tout le temps du... violon, avec les parties habituelles de grosses roulades de batterie et de crescendos de riffs tristes, mais tristes estampillés triste trade mark, pas du triste de supermarché non du triste qu'il est triste. Ça varie entre belles choses, tiens cette valse "Star-Crossed" ou ce slow de 3h du matin "Catalyst" par exemple qui nous donnent envie de faire tournoyer des gerbes de sang sur le parquet en slow motion comme dans un film qu'on a trouvé artistiquement ainsi que techniquement réussi ; on va un peu avoir les nerfs sur ce violon qui parfois, un peu trop souvent fait bien canard, ces chansons qui tournent en rond ("Life is a Death Scene, Princess"...), mais bon dieu que ça passe pas bien le violon de nos jours ! On va quand même apprécier certains "spoken word", avec des textes qui défilent devant mes yeux illettrés et on se retrouve un peu devant cet album comme si on avait écouté une vieille histoire, tellement vieille qu'on n'aurait pas de difficultés à en trouver des principes universels, devant laquelle on s’énerverait d'entendre les mêmes problèmes, des choses qu'on a vécu ou qu'on a lu dans le journal, qui nous choquent ou qui nous paraissent nulles et non avenues, tranquille peinard à glander tout en construisant de jolis édifices conceptuels du genre "mais où c'est qu'ils vont chercher tout ça, mais c'est quoi ces conneries, mais enfin faites quelque chose..." etc. On va s'écouter de la musique triste, parfois enragée, bien bavarde, un peu saignante, aussi misérable qu'un titre sans majuscule qui va s'effacer au fond des égouts de notre mémoire et on aura bien fait du surplace tout en serrant les mâchoires - super !

note       Publiée le jeudi 28 avril 2022

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Fawn" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Fawn".

notes

Note moyenne        1 vote

Connectez-vous ajouter une note sur "Fawn".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Fawn".