Vous êtes ici › Les groupes / artistesEEuroshima › Gala

Euroshima › Gala

cd • 9 titres

  • 1Matando sueños
  • 2Sonrisas fabricadas
  • 3Como los otros
  • 4Ejército del odio
  • 5Gala
  • 6Esfumados sueños
  • 7El me mira y se va
  • 8Silencio entre nosotros
  • 9Mejor callarlo

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Connectez-vous pour les écouter.

line up

Wanda (chant), Fabián Iribarne (guitare), José Wyszogrod (clavier), Ricardo Parrabere (basse, batterie, choeurs)

remarques

chronique

Mars 2017, une certaine Silvia Rodriguez meurt suite à une opération chirurgicale ratée en Colombie, une mort bien conne, tout ça pour une liposuccion. Qui imaginerait que cette femme blonde au physique de cougar bimbo avait les cheveux sombres et crêpés en 1987, année où sous le pseudo de Wanda, elle sortait avec son groupe Euroshima une galette devenue culte. Évidemment, à l’époque, un disque produit en Argentine, personne n’était trop au courant sous nos latitudes, le temps que la magie internet opère, les tarifs pratiqués par les maquignons Discogs eurent tôt fait d’aider à piger que nous tenions-là un skeud d’intérêt. Twilight Records s’occupa de balayer ces velléités mercantiles pour rendre enfin dispo le fameux disque et nous pouvons les en remercier car cet unique essai est vraiment très bon. Pour résumer, on pourrait situer Euroshima dans les parages de XMal Deutschland ou Siouxsie and the Banshees : rythmiques lourdes, guitares tendues, limite deathrock parfois, un clavier pour souligner l’aspect mélodique ou confirmer le malaise. Car les Argentins ne cherchent pas forcément à œuvrer dans le confort ; leurs morceaux sont percutants mais évoluent volontiers sur une drôle de ligne de front qui pourrait basculer à tout moment (‘Como los otros’, ‘Ejércitos del odio’, ‘Mejor callario’). Le jeu de guitare attaque par vagues, évoquant une sorte de farandole de sabbat (‘Gala’). Le chant de Silvia/Wanda occupe une place importante dans ce manège, comme une sorcière règne sur le Petit Peuple, tour à tour flottant comme une spectre, tantôt plus étrange ou guide mystique dans l’obscurité (‘Esfumados suenos’). Il est parfois complété de manière extrêmement efficace par un timbre masculin planqué au second-plan comme une ombre. Au final, un disque sombre et mélodieux, pas du tout dépassé dans sa production, dont on saisit mieux aujourd’hui le caractère culte. Qui l’aurait cru en voyant la photo de cette bimbo aux dents étincelantes sur cette coupure de presse ? Chienne de vie.

note       Publiée le lundi 25 avril 2022

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Gala" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Gala".

notes

Note moyenne        2 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Gala".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Gala".