Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNeptune Towers › Caravans to Empire Algol

Neptune Towers › Caravans to Empire Algol

cd • 2 titres • 37:13 min

  • 1Caravans to Empire Algol24:34
  • 2The Arrival at Empire Algol12:39

enregistrement

Enregistré par Fenris, février/mars 1994.

line up

Fenriz ([Fenris] claviers)

remarques

Sorti en CD. Rééditions CD et vinyle par Peaceville en 2012-13. L'illustration est une photographie de la nébuleuse Barnard 33 dite à "tête de cheval". THE TOWERS WILL APPEAR ONLY WHEN YOUR MIND IS OPENED
"Only effectively listenable on large black stereos. Deep Space awaits. Neptune Towers supports extinction of all organic lifeforms. NO TAKEOFF NO LIFE. This voyage will end with "Transmissions from Empire Algol". Transmissions from Empire Algol will be the next NEPTUNE TOWERS release unless TOTAL HOLOCAUST. (...) This discs will only reach their optimal goal when heard alone. NOT FOR COLLECTIVE LISTENING. -ESCAPE THE EARTH- UNLIKE MANY SYNTHESIZER/SPACE RELEASES THIS ALBUM HAS NO VOCALS OR DRUMS. THIS IS PURPOSEFULLY IN ORDER TO ENABLE THE LISTENERS TO KEEP "BOTH FEET OF THE GROUND". VOCALS AND DRUMS ARE PARTICULARELY EARTHBOUND INSTRUMENTS THAT WOULD ECLIPSE THE MISSION OF THIS DISC -ESCAPE THE EARTH-

chronique

Styles
ambient
musique électronique
Styles personnels
avantgarde astral alien synth

J'allais coller des recommandations au dernier Blood Incantation quand je me rendis compte qu'il n'y avait pas trace de Neptune Towers sur guts, à part comme apparitions sur le CD viking de Satyr chroniquant les groupes de la Norvège éternelle de 1994, je vous laisse voir, j'ai écrit ça y a trente ans, je me souviens plus bien, j'ai dû bien dire des conneries encore... ah le temps, les mœurs, et l'espace bien angoissant. Ici Fenriz to Major Lucifer, un gars très attaché à la musique électronique, adepte de mix de house music comme de hardcore punk ou de heavy metal canadien nous fait partager une sorte de cycle de SF zarbos, hommage à la Berlin School encore, où l'on s'en va, enfin on s'envole, enfin on gobe et puis on décolle vers l'empire ALGOL, me demandez pas ce que c'est, je me souviens pas, et ptet que Fenriz non plus il s'en souvient pas, en tout cas nous voilà emporté par des oscillations que je trouve presque plus "électriques" qu'électroniques, vous voyez ? On sent la saturation derrière tout cela, la menace drone, le jester borgne qui parasite les sensations et le point de vue sur les formes, la distance entre elles, leur épaisseur... car voilà bien un disque à très fort potentiel lysergique, à fleur de bad trip intense, intensément sombre, et donc ça tombe bien qu'il arrive enfin dans nos colonnes. La quête vers Algol se prolongera dans un deuxième opus sorti en 1996, ou il nous parlera du temps qui fait depuis là-bas vu qu'il y sera arrivé, ça sera toujours de la dark ambient vintage, et surtout une compression claustrophobique semi-délirante comme sur ce premier volume... en somme, voici un parfait compagnon pour votre capsule spatiale, ou pour votre crise de panique dominicale.

note       Publiée le jeudi 14 avril 2022

Dans le même esprit, Rastignac vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • dimegoat
  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Caravans to Empire Algol" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Caravans to Empire Algol".

notes

Note moyenne        7 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Caravans to Empire Algol".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Caravans to Empire Algol".

dimegoat Envoyez un message privé àdimegoat

J'écoute Schulze et Cie pour, justement, ne pas partir dans l'espace lorsque je lis ou travaille. Désolé Fenriz ! Mais il a fait du beau boulot avec ces deux Algol. Des sons bien old-school et de vrais développements.

stickgrozeil Envoyez un message privé àstickgrozeil

Je me le suis mis entre les oreilles il y a quelques semaines, dans un relent nostalgique. Pour quelqu'un comme moi qui n'a aucune des références culturelles précitées, je trouve ça assez intéressant, plus pour la démarche (sortir du BM pur et dur pour rendre hommage aux pères de la musique ambient) que pour les idées développées. Ce Fenriz est décidément un sacré personnage

Note donnée au disque :       
Dioneo Envoyez un message privé àDioneo
avatar

Tiens, j'ai pensé les chroniquer, un moment, ces deux Empire Algol, mais cool de voir celui-là (avant la suite j'imagine, à lire la chro) par toi, en vrai ! De mémoire, de la bonne mé ancrée seventies allemandes Tangerine Klaus, on est d'accord, mais au son en effet bien grésillant, salopé... Chaque fois que je l'ai écouté, je l'ai trouvé très "analogique", organique/minérale, très méditatif mais avec l'option qui guette toujours de partir en introspection pas rigolote en effet, trippant à fort volume avec toujours l'ombre du risque que ça parte côté "bad", assurément, oui. Bon... Mais avec toujours l'impression d'un plaisir d'écoute très "matériel" malgré l'abstraction du machin, le côté planant (c'est qu'encore une fois c'est très granuleux, texturé, cette affaire, quoi, comme son).

Message édité le 14-04-2022 à 15:45 par dioneo

Note donnée au disque :       
Cinabre Envoyez un message privé àCinabre
avatar

J’ai crû à une blague en lisant les remarques. Filou de Fenriz!