Vous êtes ici › Les groupes / artistesFMarianne Faithfull › Dangerous Acquaintances

Marianne Faithfull › Dangerous Acquaintances

cd • 9 titres • 37:18 min

  • 1Sweetheart
  • 2Intrigue
  • 3Easy In The City
  • 4Strange One
  • 5Tenderness
  • 6For Beautie's Sake
  • 7So Sad
  • 8Eye Communication
  • 9Truth, Bitter Truth

informations

line up

Marianne Faithfull (chant), Steve York (basse), Barry Reynolds (guitare), Joe Maverty (guitare), Terry Stannard (batterie)

Musiciens additionnels : Mel Collins (saxophone), Steve Winwood (claviers), Denis Haines (claviers), Pickford Sykes (claviers), Chris Stainton (claviers), Peter Veitch (claviers), Neil Hubbard (guitare), Martin Drover (trompette), Calvin "Fuzzy" Samuel (basse), Jim Leverton (basse), Julian Diggle (percussions), Clifton "Bigga" Morrison (piano), Dyan Spenner (chœurs), Frank Collins (chœurs)

chronique

Dangerous Acquaintances n'est pas Broken English, c'est incontestable. Plus daté. Plus pâle de la dépression. Moins... Dangereux ? Moins nocturne, surtout. C'est un disque du lendemain matin, en effet. Celui d'après la nuit passée à déprimer sur Broken English, gorgée sur gorgée, taffe sur taffe. D'ailleurs, Marianne sur la pochette est dans la salle de bain, non ? Sort-elle tout juste de la douche ? A-t-elle allumé la radio pour s'acoquiner de ces arômes variétopop, reggae-rock par-ci, disco-pop par là, new wave versant populaire, dans l'esthétique d'époque jusqu'au bout des angles ? Un album de pop rock 100% "En vogue", comme on disait ? Mais Marianne est sur Guts of Darkness chez elle, et c'est comme ça, tant pis pour elle, Marianne ne rend bien que sur fond noir... Et du vécu au timbre, cette dame aura toujours pour moi ce statut à part : celui de cette "tante un peu excentrique qui t'offre une clope aux mariages et aux enterrements", comme l'avait - de mémoire - affectueusement décrite Nick Cave, chroniqueur à ses heures perdues. Dangerous Acquaintances n'est pas Broken English ? Et ce n'est pas ce qu'on lui demande. Car ça ne l'empêche pas d'être attachant à sa façon, plus adult-oriented-rock, plus variété, jusqu'aux cuivres pouet-pouet génériques, et pourtant sans jamais sombrer dans la soupe, alors que souvent sans Marianne tout cela ne serait qu'une banale partoche "new" wave. Des chansons qui n'ont l'air de rien, d'autres semblant même inutiles, et pourtant... cette présence, cette façon rien qu'à elle de chanter, de chevroter sans évocation de cabri, juste de femme qui a vécu, donné, et qui nous délivre sa voix, sa vérité. Cette voix à la fois blessée et rassurante de femme déjà mûre à 34 ans, qui nous serre le palpitant, même quand elle pose sur du sous-Talking Heads. Et c'est comme ça. J'ai de la sympathie pour toutes ces tounes - oui, même les plates "Tenderness" et "For Beauty's Sake", même la trompette entre mariachi et générique soap de "Intrigue", car elle ne gâche le spleen profond qui reste ancré dans la musique de Marianne... Donc ne peux mettre une note neutre, car y suis attaché... Mais la chanson indispensable de cet album, en vérité, c'est "So Sad". Aussi pure du spleen que les ballades de rupture confectionnées à Jane par Gainsbarre. Cliché, mielleux, ce qui vous chante, peu me show must go on : car "So Sad" est surtout une vraie cassure, du Faithfull cask strength, un pur blues des années new wave, les synthés trempés dans la Marie Brizard, la voix fébrile qui vous dit l'heure de votre peur, le riff rachitique mais vaillant cherchant à attirer l'attention, ces larmes tenues en laisse... On oublie les ongles de tante Marianne, et c'est en général à cet instant qu'elle nous les plante dans le cœur.

note       Publiée le dimanche 10 avril 2022

dernières écoutes

Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Dangerous Acquaintances" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Dangerous Acquaintances".

notes

Note moyenne        3 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Dangerous Acquaintances".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Dangerous Acquaintances".

Klarinetthor Envoyez un message privé àKlarinetthor

merde j'ai l'impression d'être responsable du retour de Marianne (je prefère la version Sisters of Mercy)... Remercions mes voisins qui ont abandonné le CD Before the Poison en lâches polleurs au pied de la poubelle jaune et ont semé la graine.

Note donnée au disque :       
Shelleyan Envoyez un message privé àShelleyan
avatar

Il va bien falloir que je creuse sérieusement la musique de Marianne Faithfull...

Seedzel Envoyez un message privé àSeedzel

Merci pour cette chronique qui m'a fait remettre cet album sur la platine. Fan de Broken English, un disquaire de chez NEW ROSE me l'avait conseillé à l'époque. Mais arrivé à la maison j'avais pas mal été déçu par son côté un peu trop lumineux et optimiste, un peu comme si les musiciens avaient réenregistré Broken English à Punta Cana. Il est pourtant excellente ce Dangerous Acquaintances avec le recul, encore un pied dans le spleen de broken English mais l'autre dans un univers plus mainstream. Tiens, ça me donne envie de me pencher sur la disco complète de cette grande dame hors du commun.

Note donnée au disque :