Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMephisto Walz › All these winding roads

Mephisto Walz › All these winding roads

cd • 11 titres

  • 1The lost and haunted
  • 2They'll never find you
  • 3Stop in the name of love
  • 4Is this really my life ?
  • 5Apache
  • 6When there's no one left to hear
  • 7Like the wind
  • 8Here lies forever
  • 9Firefly
  • 10Skin
  • 11Suntanned Satan

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Connectez-vous pour les écouter.

line up

Bari-Bari (chant, instruments), Mari Kattman, Veronica Campbell, Alastrelle Deylon, Christianna Leonard, Johna (chant féminin)

remarques

https://mephistowalz.bandcamp.com/

chronique

La garde meurt mais ne se rend pas… Heu, si, moi je me rends, je ne veux pas périr et certainement plus pour Mephisto Walz; voilà mon oriflamme noir aux armoiries deathrock, je le dépose parce que du death, il n’en reste plus beaucoup sur ce disque. Plus rien ne justifie que je tienne mes positions car là, on touche vraiment le fond. Les deux premières chansons font encore illusion grâce ce deathrock peu inspiré devenu coutumier des dernières productions, on soupire, on lève les yeux au ciel, sans savoir que le pire arrive. Car Bari-Bari commet le péché d’être laid. Alors qu’apparemment Christianna revient pousser la chansonnette, c’est le temps d’une reprise pathétique de ‘Stop in the name of love’ (pourtant, j’aime l’originale) complètement bancale et inadaptée au style du groupe. Exercice que notre homme retente par une cover de l’instrumental ‘Apache’ des Shadows faussement rockab’ complètement loupée (là aussi je goûte pourtant la version originale). On remarque aussi que près de quatre chanteuses sont invitées, ce n’est jamais bon signe. Je suis pour ma part très mauvais public pour les albums composés par un même artiste avec des vocalistes différents pour chaque morceau. Impression vérifiée ? Hélas, oui. Mais la responsabilité n’en incombe pas aux chanteuses qui assurent bien le job (mention spéciale pour ‘When there’s no one left to hear’ avec Veronica Campbell, clairement la meilleure piste, du bon deathrock inspiré à défaut d’être génial), les rythmiques, les arrangements suintent de bluette et de banalité, la palme revenant certainement à ‘Like the Wind’ que même la bonne performance de la française Alastrelle Deylon ne parvient pas à sauver. Il faut dire que les guitares de Bari-Bari ne rugissent plus beaucoup, sa production est devenue lisse, banale, son sens mélodique est largement émoussé et même sur certains riffs inspirés (‘They’ll never find you’), c’est la banalité de la voix qui ruine l’effort. Naturellement, tout n’est pas complètement pourri mais entre le manque de charisme général, la niaiserie de certaines mélodies, les reprises ratées, il ne reste plus grand chose à se mettre sous la dent. Même sur le bon ‘Suntanned Satan’, Bari-Bari peine niveau chant. Je n’aurais pas cru écrire cela à propos de ce groupe mais ‘All these winding roads’ est un disque pénible qu’on est heureux de terminer. Pire, il ruine l’aura déjà endommagée de ce summum du deathrock made in L.A. Quand un démon sulfureux prend la forme d’un boulet que l’on tire avec peine…

note       Publiée le lundi 7 mars 2022

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "All these winding roads" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "All these winding roads".

notes

Note moyenne        2 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "All these winding roads".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "All these winding roads".

Shelleyan Envoyez un message privé àShelleyan
avatar

Un mystère qui aurait dû rester scellé dans un coffre enterré après qu'on ait perdu la clef et le plan...

Note donnée au disque :       
Richard Envoyez un message privé àRichard

Ce disque est et restera un mystère.

Note donnée au disque :