Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNNHMN › Deception Island

NNHMN › Deception Island

  • 2021Zoharum ZOHAR 216-2 • 300 copies • 1 CD digipack

cd • 10 titres

  • 1In darkness
  • 2Robot woman
  • 3Deception island
  • 4I see you
  • 5The river of fire
  • 6Cold eyes
  • 7Hipocrisy
  • 8Education lost
  • 9Hero
  • 10Nachtgang

extraits vidéo

informations

Les morceaux 1, 2, 4, 6, 7, 8 sont extraits du volume II, les autres du volume I. https://nnhmn.bandcamp.com/

line up

Lee (chant), Michal Laudarg (musique, production)

chronique

En termes de qualité, j’ai bien envie de recommander l’achat de la compilation entière ‘Deception Island’ groupant les deux volets. A priori, j’admets que je suis plutôt de ceux qui pensent que le format mini sied mieux aux formations minimal wave mais le cas est un peu différent ici. Le premier tome propose l’aspect le plus clinique, nocturne, de NNHMN. C’est tout l’héritage d’une forme soft de techno qui est assumé, rincé, gratté, pour ne garder que l’os: une rythmique sèche, dépouillée, dont la moindre nuance d’écho, perceptible ou non est travaillée. Un véritable écrin pour la voix de Lee, ange fantôme, qui visite plus qu’il n’habite ces structures flottantes sous la brise nocturne. Le second volet assume une texture nettement plus riche, plus complexe, tout aussi dansante; cette pâte plus orientée darkwave confère un rendu plus obscur, moins éthéré. Il contient même un véritable hit sous forme du mélancolique ‘I see you’. Que je m’explique; bien que notre rencontre ait démarré sous de chancelantes auspices par leur audacieux dans l’intention mais ennuyeux album ‘Church religion’, j’apprécie de plus en NNHMN, moi qui n’ait pourtant eu de cesse de mentionner leur manque de personnalité. Aussi contradictoire que cela puisse sonner, je ne modifie pas mon opinion, ce qui n’empêche nullement leur qualité de travail. Le duo a tout de même du chien pour ficeler des atmosphères vraiment prenantes, très proches certes de pas mal de formations du moment tels que Boy Harsher, SYZYGYX, mais il me semble et cet ‘argument’ est des plus subjectifs qu’il y insuffle une graine de noirceur volontairement gothique même si à la limite de l’imperceptible. Tout se joue dans un souffle, celui de l’intention. Peu de mélodies très fortes cependant; comment cela serait-il possible quand la moelle des chansons se résume souvent à si peu d’éléments ? C’est dire que quand un hit pointe le bout de sa truffe, on le repère. Mais revenons à nos moutons qu’ils soient électriques, biochimiques ou juste dessinés; l’intérêt de la compilation se situe dans l’agencement des compositions plutôt intelligent. Ecouter ‘Deception Island I’ puis ‘Deception Island II’, c’est partir d’un os sur un plateau de titane que l’on va progressivement repeindre, emballer dans un foulard de dentelle noire, en gros s’immerger dans une progression du plus rachitique au plus en chair et le groupe aurait pu s’en contenter. Que nenni. Il a opté pour l’option de commencer par le plus en matière et de le truffer d’éclats cliniques, conférant ainsi une nouvelle optique d’écoute franchement intéressante tant niveau contenu que diversité. Même les titres paraissent se prêter à se jeu de chassé croisé organique/squelettique. Une forme de musique pour hipsters avec un souffle au coeur… 4,5/6

note       Publiée le lundi 14 février 2022

dernières écoutes

    Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Deception Island" en ce moment.

    tags

    Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Deception Island".

    notes

    Note moyenne        2 votes

    Connectez-vous ajouter une note sur "Deception Island".

    commentaires

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Deception Island".

    Chris Envoyez un message privé àChris
    avatar

    mouarf !

    Shelleyan Envoyez un message privé àShelleyan
    avatar

    Certain(e)s lecteur(ice)s lui reprocheraient une certaine auto-promotion ?

    Note donnée au disque :       
    torquemada Envoyez un message privé àtorquemada

    Tiens c’est pas Ntnmrn qui chronique NNHMN ?