Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCatherine's Cathedral › Intoxication

Catherine's Cathedral › Intoxication

cd • 10 titres

  • 1Razorius (intoxication)
  • 2Dust will follow
  • 3Morpheus the endless
  • 4For the love of God
  • 5Euphoria (Sub Specie Aeterni)
  • 6Seeing is believing
  • 7Contaminate
  • 8Flowerdust
  • 9The legacy
  • 10Metamorphos

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Connectez-vous pour les écouter.

enregistrement

MixArt AB, Västervik, Suède.

line up

M. Valley (chant, guitare), S. Morgana (clavier, synthé), D.Hansevi (basse, guitare), Colonel Phobia (boîte à rythmes)

Musiciens additionnels : D. Petersson (guitare), M. Claesson (piano, flûte), L. Heino (chant additionnel)

remarques

chronique

La nuit, à peine un croissant de lune voilé par de noirs nuages, silence de mort, une brume s’élève des berges de la rivière… Sa présence en impose, comme un gigantesque vaisseau échoué en pleine ville, silhouette fantomatique, massive, refuge presque effrayant avec ses flèches ressemblants à des lances pointées vers le ciel… Le pèlerin pousse avec peine les deux battants de bois lourds attiré par une musique qu’il devine iconoclaste en ces lieux; l’intérieur est sombre, les couleurs des vitraux tremblent à la lueur vacillante d’énormes chandelles votives, unique source de lumière dans cet étrange sanctuaire. Car la cathédrale Catherine assume ses spectres, ses zones de mystère et le trio jouant sur l’estrade devant l’autel face à une énorme bible posée sur un lutrin massif respect cette ambiance. ‘Intoxication’ suit le codex d’un évangile gothique défini par les Fields of the Nephilim dont le chanteur s’évertue à copier la voix, à ceci près que les Suédois mêlent la sècheresse de leur boîte à rythmes, des sonorités de clavier et quelques éclats de flûte (leur patte, pas assez exploitée à mon avis) les rapprochant du coup pas mal des Allemands de Tors of Dartmoor. Chassé-croisé d’ambiances et de fougue, l’album dégage quelque chose de mystique, avec une production légèrement froide comme la pierre des cathédrales, se coulant à merveille dans le créneau choisi. Les musiciens n’hésitent jamais à proposer d’ailleurs des titres calmes à la limite de l’acoustique (‘Morpheus the endless’, ‘Euphoria’ interprété au piano), de même que d’autres aux introductions tranquilles qui laissent place à des accélérations, des décélérations (‘Razorius’, ‘Metamorphos’...). Si cette technique sied à l’atmosphère recherchée, le disque se révèle déséquilibré avec trop de moments tranquilles ou de rythmes lents à mon goût. Le début parait bien géré mais la seconde partie finit par s’avérer légèrement ennuyeuse et un brin longuette à force de compositions mid-tempo ou carrément acoustiques. Certes, le combo tente de compenser par les ambiances, quelques trouvailles (le chant féminin de ‘Seeing is believing’, les carillons de ‘Contaminate’), le jeu de retenue/lâcher et l’efficacité de certaines mélodies y parvient également (‘Metamorphos’) mais les durées des chansons me semblent un poil excessives, dépassant allègrement les cinq minutes sans réelle utilité. ‘Intoxication’ sonne plutôt réussi mais de justesse; le pari des ambiances est gagné mais il eût pu être mieux et les sonorités de boîte sans réellement gêner ruinent le potentiel qu’une vraie batterie eût pu apporter. N’en demeure pas moins que joué dans une vraie cathédrale à la lueurs de bougie, ce disque doit faire son petit effet.

note       Publiée le jeudi 13 janvier 2022

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Intoxication" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Intoxication".

notes

Note moyenne        1 vote

Connectez-vous ajouter une note sur "Intoxication".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Intoxication".