Vous êtes ici › Les groupes / artistesHHocico › Odio Bajo el Alma

Hocico › Odio Bajo el Alma

détail des votes

Membre Note Date
Marco      dimanche 31 octobre 2021 - 20:29
Shelleyan      dimanche 31 octobre 2021 - 20:47
Dead26      dimanche 31 octobre 2021 - 20:48

cd • 11 titres • 63:04 min

  • 1Cuando la maldad despierta05:00
  • 2Odio en el alma06:18
  • 3Beings of relief04:44
  • 4Final resource05:34
  • 5Hell on Earth07:05
  • 6Gota de sangre00:58
  • 7Temple of lies08:28
  • 8Sexo bajo testosterona (frenetik mix '96)05:21
  • 9Sad scorn07:17
  • 10Slow death05:17
  • 11Face to face06:55

extraits audio

  • Il y a des extraits audio pour ce disque. Vous devez être membre pour les écouter : devenez membre.

enregistrement

Enregistré aux studios "las faldas del ajusco", Mexico, été 1996, sauf "Beings of Relief" enregistré à "Opus Audio". Masterisé au studio 19.

line up

Erk Aicrag (chant) Racso Agroyam (programmation, claviers)

remarques

L'édition Out Of Line est co-éditée avec le label Italien Sub/Mission Records.

chronique

Styles
electro
ebm
gothique
Styles personnels
electro dark

C’est avec Niñera Degenerada, groupe d’adolescents Mexicains marqués par le Punk et l’EBM musclée que les cousins Erik Garcia et Oscar Mayorga font leurs débuts en 1989. Trois ans plus tard ces derniers quittent le groupe pour lancer leur propre projet, Hocico de Perro, afin d’assouvir leur propre vision alliant agressivité et macabre dans la veine torturée de Skinny Puppy et l’énergie à vif et grandiloquente de Leæther Strip. La formation classique d’Oscar va rapidement donner une couleur particulière à cette virulence encore peu canalisée et le duo devient simplement Hocico en 1993. Les trois années qui suivent voient la parution de trois démos dont la qualité et l’inspiration associées aux prestations live énergiques des Mexicains vont attirer la curiosité du label Opción Sónica qui les signe pour le marché domestique tandis que la distribution Outre-Atlantique est assurée par l’Allemand Out Of Line. Dire que Odio Bajo el Alma (littéralement "la haine en dessous de l’âme") fit son petit effet en 1997 est peu dire. Débutant avec un instrumental combinant néoclassique et tribalisme le duo nous plonge d’entrée dans une atmosphère glaciale et résolument noire qui va parcourir tout l’album et se retrouver autant sur les autres instrus ("Gota de Sangre", "Sad Scorn" et "Slow Death" qui possède quelques lignes vocales) que le reste des morceaux. Ces derniers se partagent entre rythmes "punkisants" ("Odio En el Alma", "Final Resource", l’addictif "Sexo Bajo Testosterona"), dansants ("Face To Face") voire carrément lourds et sentencieux ("Hell On Earth", le superbe "Temple of Lies", l’aérien et mélancolique "Beings of Relief"). La particularité de cet assemblage et la constante aura macabre et gothique portée par le chant tour à tour agressif et insidieux de Erik et l’art de la mélodie assassine selon Oscar. Cette electro on ne peut plus "dark" définit mieux que n’importe quel album ce que la darkwave teutonne avait jusque lors simplement effleuré tout en y apportant une personnalité propre indéniable. Et si la production de "Odio Bajo el Alma" peut sembler faiblarde plus de vingt ans après sa sortie, il ne fait aucun doute qu’elle participe amplement à la séduction et la vitalité incroyable d’un album qui a laissé des traces dans les cerveaux de ses adeptes, et en laissera beaucoup plus tant qu’il y aura des cerveaux de masochistes à torturer.

note       Publiée le dimanche 31 octobre 2021

Dans le même esprit, Marco vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Odio Bajo el Alma".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Odio Bajo el Alma".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Odio Bajo el Alma".

Dead26 › dimanche 31 octobre 2021 - 20:52 Envoyez un message privé àDead26

Le meilleur album à mes yeux. La transition entre l'intro et le titre éponyme c'est tout une histoire. J'adore !

Note donnée au disque :       
Shelleyan › dimanche 31 octobre 2021 - 20:47 Envoyez un message privé àShelleyan
avatar

Je l'ai gardé celui-ci, c'est effectivement du tout bon qui demeure intact qualitativement. Je suis finalement très fan du Hocico des débuts...

Note donnée au disque :