Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMotorama › Many nights

Motorama › Many nights

cd • 10 titres

  • 1Second part
  • 2Kissing the ground
  • 3Homewards
  • 4Voice from the choir
  • 5No more time
  • 6This night
  • 7He will disapear
  • 8You & the others
  • 9Bering Island
  • 10Devoid of color

enregistrement

Rostov-on-Don, Russie, février-juillet 2018.

remarques

https://mmmotoramaaa.bandcamp.com/

chronique

‘Motorama from Rostov-on-Don’, c’est écrit sur leur t-shirt qui affiche les armoiries de la ville, visiblement les mecs affectionnent profondément leur ville et ne manquent pas de le rappeler. Est-elle, à l’instar de New-York pour Lou Reed, une condition sine qua non de leur inspiration ? J’ignore l’ambiance qui s’en dégage, explique-t-elle cette étrange mélancolie calme et champêtre baignant les morceaux du groupe ? Ecrire un morceau pour Motorama, ça doit aller vite, pas question de torcher des intros trop longues, on entre dans le vif du sujet, on dit ce qu’on a à dire puis on s’en va en fade-out, un peu comme sur scène où nos Russes ne sont pas des grands bavards même s’ils paraissent heureux d’être là. Froideur soviétique ? Trop cliché, cette musique dégage une certaine générosité et les artistes sont de vrais amours quand on les contacte par mail. Assumant une orientation toujours plus pop coincée entre The Smiths, les Cure première époque et New Order, le combo propose à son habitude un disque court, cristallin dans ses sonorités, lumineux dans ses lignes, limite groovy dans les rythmiques, beau dans ses mélodies… Comment expliquer alors cette inévitable tristesse nostalgique qui nous sert le coeur depuis cinq disques ? C’est leur secret. Rien de froid dans ces harmonies de guitare, plutôt une chaleur printanière, une urgence de vivre marquée par les beats (souvent plutôt binaires mais volontiers enrichis sur ce skeud de roulements de djembé), une envie folle de courir dans les prés de peur que le crépuscule ne tombe trop vite. On commence à connaître la formule même si elle fonctionne toujours à merveille, tout au plus, on reprochera à ‘Many nights’ un manque de mélodies vraiment fortes (encore que ‘You & the others’ me fasse mentir, de même que ‘This night’ avec son synthé ou ‘He Will disapear’ et ses parfums de lointain) bien qu’aucune ne soit faible. Motorama ne seraient-ils pas tout bonnement les tenants d’une saudade à la russe ?

note       Publiée le jeudi 7 octobre 2021

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Many nights".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Many nights".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Many nights".