Vous êtes ici › Les groupes / artistesIImpiety › Versus all gods

Impiety › Versus all gods

cd • 10 titres • 38:53 min

  • 1Intro: Kommand IX02:08
  • 2Reigning armageddon03:55
  • 3Djinn of all Djinn03:43
  • 4Barbarian black horde04:38
  • 5Azazel04:30
  • 6Inviktus satanikus01:11
  • 7Terror occult dominion04:19
  • 8Dajjal united04:30
  • 9Interstellar deathfuck04:58
  • 10Magickal wrath05:01

enregistrement

Enregistré au Hertz Studio en Pologne en mars 2018

line up

Shyaithan (chant, basse), Iszar (guitares), Dizazter (batterie)

Musiciens additionnels : Nizam Aziz (guitares), Wenceslas Carrieu (programmation [1, 6]), Henriette Bordvik (chant [9])

remarques

chronique

Impiety... Cela fait maintenant plus de trente ans que les pionniers du metal extrême de Singapour sillonnent l'underground mondial avec leur black/death metal brutal et bestial. C'est que Shyaithan n'est pas là pour faire de la figuration. Le géant asiatique n'a pas changé son fusil d'épaule et même si la carrière du groupe a apporté parfois quelques (légers) changements d'orientation musicale, le propos est toujours resté dans le rouge vif. Le précédent album, "Ravage & conquer", était un rappel qu'Impiety était toujours bel et bien présent, et toujours aussi impitoyable. "Versus all gods", sorti peu de temps avant la pandémie, reste dans la même veine. Mais là où "Ravage & conquer" avait été fait à la va-vite, ce neuvième album a mis beaucoup plus de temps à éclore. Et cette maturité, on l'entend à chaque instant de ce disque. Voilà pour moi exactement tout ce que j'adore chez eux. "Versus all gods" est brutal, il défonce la gueule d'une puissance ahurissante avec une production lourde, mais lourde... Ça se rapproche de la qualité d'enregistrement des derniers albums de Behemoth avec une grande profondeur qui met bien en avant les compositions. Certes la batterie manque parfois de son naturel, mais on évite l'écueil d'un son trop synthétique. On reste dans la même mouvance death/black du précédent album avec des solos que n'aurait pas renié Origin, sur-aiguës et ultra-rapides. Mais là où réside toute la réussite de l'album, c'est à la fois au niveau des compos super bien senties avec des enchaînements en béton armé d'une efficacité redoutable, mais aussi au niveau de l'intensité qui se dégage de ce disque. La petite pause d'à peine plus d'une minute sous la forme de très bel interlude "Inviktus satanikus" permet à chacun de reprendre ses esprits, surtout après un "Azazel" époustouflant ! Le meilleur morceau de l'album ! Niveau petite surprise, on peut noter la présence de chant féminin "Interstellar deathfuck" pour un résultat vraiment original et réussi. Sur la globalité de l'album, je retrouve l'ambiance et les évolutions qui m'avaient tant plu dans leur génial "Skullfucking armageddon". Et franchement, je n'en espérais pas autant ! Impiety montre à nouveau ici qu'il possible d'allier black/death brutal et technique avec une efficacité de tous les instants tant les compos sont prenantes. Bref, inutile d'en faire des tonnes, Impiety est de retour, 8 ans après leur précédent opus, de la meilleure des manières. Une réussite totale !

note       Publiée le dimanche 3 octobre 2021

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Versus all gods".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Versus all gods".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Versus all gods".

CeluiDuDehors › mardi 5 octobre 2021 - 13:09 Envoyez un message privé àCeluiDuDehors

Merci pour cette chronique ! Je n'ai rien entendu de ce groupe depuis la sortie de leur compilation, et ça fait très envie!