Vous êtes ici › Les groupes / artistesIIron Maiden › Senjutsu

Iron Maiden › Senjutsu

  • 2021 • Parlophone 0190295015947 • 2 CD digipack

cd1 • 6 titres • 40:15 min

  • 1Senjutsu08:27
  • 2Stratego05:05
  • 3The writing on the wall06:17
  • 4Lost in a lost world09:36
  • 5Days of future past04:04
  • 6The time machine07:11

cd2 • 4 titres • 41:38 min

  • 1Darkest hour07:24
  • 2Death of the celts10:25
  • 3The parchment12:46
  • 4Hell on earth11:23

enregistrement

Enregistré aux studios Guillaume Tell de Suresnes en 2019

line up

Bruce Dickinson (chant), Janick Gers (guitares), Steve Harris (basse, claviers), Nicko Mcbrain (batterie), Dave Murray (guitares), Adrian Smith (guitares)

remarques

chronique

Cela fait plus de quarante ans qu'Iron Maiden est l'un des plus grands représentants du monde métallique au même titre qu'un Metallica, donc forcément un nouvel événement de leur part met en émoi une bonne partie de la sphère musicale extrême, que ce soit un concert ou un nouvel album. Six ans après le double album "The book of souls", voici que déboule son successeur, ce "Senjutsu", qui aurait dû arriver l'année dernière, mais pandémie oblige, la sortie fut retardée d'une année. Cela fait maintenant une quinzaine d'années qu'Iron Maiden évolue vers une musique qui prend son temps pour se mettre en place, jouant beaucoup sur les ambiances, au détriment de l'efficacité pure des années 80. A nouveau, ce nouvel album est double avec un format similaire au précédent, 10 titres pour 80 minutes de musique (là où "The book of souls" avait un titre de plus pour une dizaine de minutes de plus aussi). Ce qu'on peut dire sur ce 17ème album, c'est que le rythme global s'est ralenti. Même un single comme "Stratego" manque de réelle agressivité comme pouvait l'avoir le "Speed of light" du précédent album. On sent que le groupe est sur un rythme plus posé, certains diraient même mou du genou. Et autant on pouvait sentir des évolutions successives albums après albums, ce "Senjutsu" est dans le même moule que "The book of souls" en plus calme. Il s'agit sans aucune hésitation de l'album le plus soft de leur discographie. Est-il cependant une déception ? Loin de là. Même si je suis resté un peu dubitatif après les premières écoutes, les rotations suivantes de ma platine m'ont permis de voir la richesse mélodique de ce disque. Et c'est bien là où réside la réussite de cet album. Tous les morceaux sont bons, vraiment super travaillés et réfléchis avec de superbes solos de guitares. Je n'ai jamais écouté un disque d'Iron Maiden avec des lignes de chants aussi belles. Bruce Dickinson ne peut plus sortir des cris comme il pouvait le faire dans les années 80, et même s'il a moins de puissance qu'avant, ses mélodies font vraiment mouches et c'est ce qui me plaît le plus tout au long de ce disque. "Lost in a lost world", que je trouve un peu longuet, est selon moi complètement sauvé par la performance vocale de Bruce sans qu'il ait à pousser particulièrement fort. Simplement les mélodies sont sublimes. Aussi, pour ouvrir le deuxième CD, "Darkest hour" est une magnifique ballade à mi-chemin entre "Wasting love" et le "Beyond the realms of death" de Judas Priest (sans la partie un peu plus brutale) avec aussi de sublimes parties de chant qui prennent aux tripes. D'ailleurs, à ce titre, j'aurais aimé avoir quelques morceaux plus rentre-dedans pour que ce morceau soit encore plus mis en avant en apportant un contraste plus fort. Là, il est un peu placé là au milieu des autres morceaux mid-tempos. Et en fait, c'est un peu ça qui me chagrine ici. Les qualités techniques sont présentes, on voit qu'on a affaire à un groupe de leur calibre, le plus grand groupe de heavy metal au monde, mais il y a trop de longueurs et pas assez de changements de rythmes selon moi. Les quatre morceaux les plus longs ont tous été écrits uniquement par Steve Harris. Et je retrouve le même écueil que sur le seul morceau qu'il avait écrit en solo sur "The book of souls", "The red and the black", à savoir des parties qui se répètent sans arrêt. "Lost in a lost world" est trop linéaire. Il me rappelle des passages de l'album "Seventh son of a seventh son" ou de "The X factor" et parfois, j'ai vraiment envie que ça parte dans une cavalcade typique du style d'Iron Maiden, mais ça ne vient jamais, hélas. Pourtant, il garde d'excellentes mélodies. Et pareil pour les trois autres morceaux, les trois derniers, j'ai envie que ça parte et il faut attendre la 10ème minute de "The parchment" pour qu'enfin un rythme enlevé permette à l'ensemble de partir dans une véritable suite énergique... qui s'arrête trois minutes plus tard ! Pourtant, voilà un morceau épique avec un côté grandiose qui aurait pu être tellement mieux exploité ! Et l'intro interminable de "Hell on earth"... pourquoi ? C'est dommage, vraiment, parce qu'il y a des supers idées sur ces trois morceaux, mais je trouve qu'elles ne sont pas exploitées comme elles auraient dû l'être. Et à écouter ces morceaux de Steve Harris, j'ai vraiment envie de lui dire qu'il n'hésite pas à se lâcher vraiment, mais vraiment ! Je ne suis pas spécialement partisan du "c'était mieux avant quand ils ne jouaient pas leurs morceaux à rallonge", j'aime bien cette tendance à vouloir évoluer et proposer des pièces recherchées et élaborées. Et quand je vois l'évolution de la musique du groupe depuis "A matter of life and death", j'aimerais vraiment voir le groupe nous sortir un véritable album progressif en mode double-album de 5-6 morceaux, avec 2-3 titres de 20 minutes où le groupe crée un univers riche avec de nombreux changements de rythmes et d'ambiances à l'image de ce qu'on pouvait voir dans les années 70. J'ai l'impression que ça titille le père Harris, et je serais curieux de voir ce que le groupe pourrait produire de ce genre. En tout cas pour finir, en ce qui concerne ce "Senjutsu", je trouve qu'il s'agit d'un bon album, réussi, qui propose d'excellentes mélodies, mais qui reste selon moi un léger ton en dessous de son prédécesseur. N'empêche, chapeau de sortir un tel disque après toute leur carrière alors qu'ils auraient pu jouer la solution de facilité sans trop se fouler !

note       Publiée le dimanche 19 septembre 2021

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Senjutsu".

notes

Note moyenne        10 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Senjutsu".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Senjutsu".

Coltranophile › vendredi 15 octobre 2021 - 14:58 Envoyez un message privé àColtranophile

Attends, c'est pas fini, j'ai encore trente minutes de cette oeuvre à pourrir. Bon, The Parchment me déplait pas, faut être franc. Les deux autres tartines de 10 minutes sont au niveau des 5 premiers morceaux. Et puis, n'ayant pas écouté un Maiden depuis "Fear of the Dark", je ne savais pas qu'ils ambitionnaient de faire la headline du Festival Interceltique. C'est nouveau ou ça dure depuis un moment, cette bifurcation bretonne? Alan Stivell doit pouvoir leur coller 15 procès pour plagiat rien que sur celui-ci.

Note donnée au disque :       
Rikkit › jeudi 14 octobre 2021 - 19:09 Envoyez un message privé àRikkit

Je me demandais de qui pouvait venir un com aussi désagréable et la réalité m’a rattrapé. Je parle de la forme, sur le fond, chui obligé de constater que cet album et lourdingue et chiant.

Coltranophile › jeudi 14 octobre 2021 - 14:26 Envoyez un message privé àColtranophile

Au forceps, je suis arrivé jusqu'à "Darkest Hour". Les trois derniers titres, ça va être de l'apnée. Les trois premiers étaient ridicules (le refrain de "Stratego", c'est Katy Perry chantant "I Kissed a Girl", soit dit au passage).Mais les deux suivants sont encore plus fendards, surtout "Lost in a Lost World" où Bruce cherche très clairement l'entrée de l'EHPAD le plus proche. Ce truc aura peut-être comme effet positif d'empêcher la reformation d'ABBA, le créneau géronto-kitsch étant monopolisé. Ils se sont même gourer sur le titre du disque. Seppuku, plutôt. C'est le dernier Maiden. Du moins, espérons-le.

Message édité le 14-10-2021 à 15:41 par Coltranophile

Note donnée au disque :       
Wotzenknecht › jeudi 14 octobre 2021 - 13:36 Envoyez un message privé àWotzenknecht
avatar

Le clip de “The writing on the wall” fait l’exploit d’être encore plus ringard que le morceau : https://m.youtube.com/watch?v=FhBnW7bZHEE

Message édité le 14-10-2021 à 13:39 par Wotzenknecht

Chris › mercredi 13 octobre 2021 - 22:38 Envoyez un message privé àChris
avatar

Bon après un petit paquet d'écoutes attentives je ne peux effectivement pas dire que ce Senjutsu soit un mauvais album. Mais à l'inverse j'aurais le plus grand mal à le qualifier de bon. C'est donc un album moyen. CQFD.

Un album moyen de plus donc, à rajouter à la longue liste d'albums moyens produite par le groupe depuis... Depuis quand au fait ? Somewhere in time en 86 ?

Ironmaideniquement parlant je reste définitivement nostalgique de cette première moitié des années 80. Nostalgique de ces riffs aiguisés et énergiques de l'époque, de la voix de Di'Anno et de celle granuleuse et agressive du Dickinson des débuts.

Vous pensez que je suis un vieux con, et vous avez probablement raison... mais je m'en fou.

Note donnée au disque :