Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDeafheaven › Infinite Granite

Deafheaven › Infinite Granite

détail des votes

Membre Note Date
merci pour le fusil...      mercredi 15 septembre 2021 - 10:23
Rastignac      mardi 14 septembre 2021 - 12:16
Ntnmrn      samedi 18 septembre 2021 - 15:26

cd • 9 titres • 53:33 min

  • 1Shellstar06:06
  • 2In Blur05:30
  • 3Great Mass of Color06:00
  • 4Neptune Raining Diamonds03:06
  • 5Lament for Wasps07:08
  • 6Villain05:41
  • 7The Gnashing05:34
  • 8Other Language06:11
  • 9Mombasa08:17

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les écouter : devenez membre.

enregistrement

Enregistré à The Atomic Garden Recording Studio, The Electric Bunker et Chez JMJ par Chris Johnson, Justin Meldal-Johnsen, Jack Shirley, Darrell Thorp et Brendan Dekora, assistés par Joshua Lago. Masterisé par Dave Cooley à Elysian Masters. Mixé par Darrell Thorp. Produit par Justin Meldal-Johnsen.

line up

Chris Johnson, Daniel Tracy, George Clarke, Kerry McCoy, Shiv Mehra

remarques

Sorti en cd, vinyle, et sous forme de fichiers numériques téléchargeables ou écoutables en ligne. Sur l'internet, là. Et aussi sur bandcamp.
Illustration par Nick Steinhardt.

chronique

J'étais en train de me morfondre dans quelque campagne oubliée du cœur de FRANCE, et parcourant les abysses sombreuuuu de gutssss auf darkness, il me vint alors une vision dans le fond d'un verre d'Avèze... "tout est relatif !" il se dit alors. Eurêka ! Tout est bon à prendre, rien est à jeter, plus de hiérarchie, même Happy Frog, finalement, ça peut être considéré comme digne d'intérêt, suffit de prendre le bon angle et on passe un moment agréable. Hourrah ! Plus besoin de mettre des boules jaunes à rien. Tout finalement se vaut un peu, les genres sont reproductibles très facilement par des gens ou des machines, ça me rappelle ce jeu, "Detroit", ça me rappelle que, un jour sur deux, je me sens comme un personnage de ce jeu, le vieux flic qui fait la gueule parce qu'on ne peut plus écouter de la musique faite par des humains vu que les robots en font de la meilleure. Toutes ces questions je me les pose à chaque fois que j'écoute quelque chose comme le disque chroniqué, car je ne peux faire abstraction du contexte, de l'histoire de ce groupe, et en plus le reste de leur discographie est presque toute chroniquée ici, à deux-trois trous près. Parti d'un registre deathwishocompatibloconforme, sorte de screamo blacko avec du blast du début à la fin et des jolies mélodies, on en arrive aujourd'hui à une pop éthérée comme on dit dans la presse quotidienne régionale, qui sait ravir le public avide de calme, de sérénité, et d'un bon ameublement de l'espace d'un appartement bien trop rempli déjà par la rancœur, la solitude, l'aigreur et l'hypocrisie. Ce disque n'est donc absolument pas metal, il a fallu m'écorcher une oreille pour entendre de temps en temps des hurlements comme on en entend parfois sur un album des Pixies ou des Stooges. Mais par contre, oui, c'est joli, ça s'écoute tranquillement en boucle pour, comme je vous disais, abriter un peu notre pauvre cœur qui a besoin d'une bonne Maman. Alors, il est bon cet album ? Ou il est pas bon ? Est-ce que j'aurais même l'idée de chroniquer ça si c'était leur premier album ? Me poserais-je toutes ces questions ? Je ne sais pas, tout ça, c'est... RELATIF on vous dit. Le shoegaze, c'est beau, mais si on connait trop le shoegaze, ce disque sera vu comme convenu, et si on aime trop le black metal on ne lirait même pas cette chronique, qui sait ? J'en suis à une dizaine de points d'interrogation, ce qui pourrait résumer mon ressenti... au bout d'une grave analyse, voilà ce que je pourrais décrire de cet album et de ce groupe : l'impression d'avoir affaire à une bande de jeunes vieillissants, aimant jouer de la musique, changeant de genre selon l'humeur, pas avares non plus, j'imagine, de délectation à l'idée de lire et entendre les torrents de haine se déverser sur eux. Mais n'est-ce pas finalement ultra black métallique tout ça, de déclencher des affects violents chez l'auditeur ou de le perdre en conjectures sur la légitimité de son existence, de la beauté, de la gentillesse et des bisous ? Hein ?

note       Publiée le mardi 14 septembre 2021

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Infinite Granite".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Infinite Granite".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Infinite Granite".