Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPimmon › Copper Hats

Pimmon › Copper Hats

cdr • 7 titres • 60:52 min

  • 1Jaipur Hobo05:59
  • 2Elda Waba03:38
  • 3Radiates, Codes Locked10:32
  • 4Sel09:46
  • 5Vodrak04:21
  • 6Don't Fence Me In18:29
  • 7Pareelcorte08:11

informations

Non renseigné

Apparemment édité par Pimmon lui-même en parallèle de sa sortie en CDr sur Freedom Form. Je me base sur la date de sortie indiquée par l'artiste sur son Bandcamp, plutôt que sur la date retenue par Discogs, qui me semble incohérente, plusieurs interviews d'époque parlant de "Waves and Particles" comme de son premier album. Intégralement écoutable sur le bandcamp de Pimmon : https://pimmon.bandcamp.com/album/copper-hats

line up

Paul Gough (sons numériques, assemblage analogique)

chronique

Nous sommes début 1999 quand Bryan Gough, un humble et affable ingénieur-son de Sydney, démarre sa discographie par ce nauséeux “Copper Hats”. Il sort en CD-R sur un obscur label noise américain dans l’indifférence générale, là où son “Waves and Particles”, plus rattachable à la vague glitch d’alors, lui apportera un peu plus d’attention. C’est pourtant bien cet opus qui porte en lui l’intangible spécificité du son de l’Australien. Paul Gough se présente comme un modeste assembleur de sons sélectionnés pour leur beauté ou leur étrangeté ; ils semblent également l'être pour leur intranquillité, leur rugosité inconfortable. Et si Pimmon allait beaucoup progresser en matière d'inventivité de structures, « Copper Hats » semble ouvrir une brèche, un ruisseau sonore dans lequel allaient s'abreuver tous ses successeurs.

C’est un album sourd et rugueux, structuré par des drones tumultueux et tourné vers la poésie sonore, plus aride que ses futurs albums glitch. Les mélodies sont absentes si ce ne sont quelques notes fantômes si noyées dans le brouillard électronique qu'on ne sait si on les a vraiment entendues… Une filiation avec la tape music des années 80 se fait entendre, de par la rugosité de ses effets : tout est sur le seuil de la saturation. Ainsi, “Radiates Codes Locked” ressemble à une vieille cassette abandonnée qui contiendrait les field recordings d’une vallée déchiquetée par le vent et hantée par une présence menaçante; “Sel” pourrait illustrer une VHS de traque de Yowie, le Bigfoot australien, qui tournerait en boucle dans une pièce sombre… Il y a là les premiers exemples du malaise intangible qui allait imprégner sa discographie, et qui différencie Pimmon des approches plus mathématiques et autistes qui gouvernent une bonne partie de la scène glitch de son époque. Cet aspect sonore un peu frustre n’empêche pas une paradoxale impression de profondeur : on croirait observer les arêtes d'un immense canyon artificiel, grossièrement taillé par une machinerie inhumaine et envahi par un brouillard chaotique. Ça et là, on est conduit dans un gigantesque tunnel de forage, assourdi par la pression (“Pareelcort”).
.
“Don’t Fence Me In”, le gros morceau de l’album du haut de ses 18 minutes, est quant à elle presque un cri de rage dans l'intensité de son système sidérurgique, sans abandonner la subtilité ni la recherche sonore (il s'agit probablement du morceau le plus riche en strates et sons cachés). Une tempête éprouvante à laquelle succède une ultime digression caverneuse plus sereine.

La musique de Pimmon est déjà unique et évoluera surtout dans la variété infinie des sons que l'Australien sera bientôt en mesure de proposer. Pour le moment, c’est une austérité menaçante qui prédomine, et si cette caractéristique fait de “Copper Hats” un objet unique dans la discographie de l’Australien, elle a tendance à le desservir. Pas encore de gratouillage de tympans jouissif ni de textures vraiment magiques : pour le moment, Paul Gough fore. De cette carrière sortiront bientôt des pierres précieuses.

note       Publiée le lundi 1 avril 2024

dernières écoutes

    Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Copper Hats" en ce moment.

    tags

    Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Copper Hats".

    notes

    Note moyenne        2 votes

    Connectez-vous ajouter une note sur "Copper Hats".

    commentaires

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Copper Hats".

    Shelleyan Envoyez un message privé àShelleyan
    avatar

    mmm, il y a du bon là-dedans, notamment les plages ambient...