Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMarc Seberg › Lumières & trahisons

Marc Seberg › Lumières & trahisons

  • 1987 • Virgin 30088 • 1 CD

cd • 11 titres

  • 1Dans ses rêves
  • 2Décembre
  • 3Emmène-moi
  • 4L'amour aux trousses
  • 5Jeux de lumières
  • 6Fascination
  • 7La nef des fous
  • 8Insectes
  • 9Sans paroles
  • 10Miss Leading
  • 11P.S.

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les écouter : devenez membre.

enregistrement

Studio ICP, Bruxelles, Belgique, février-mars 1987; Studio Oncle Sam, Paris, France

line up

Philippe Pascal (chant), Anzia (guitares), Pascale Le Berre (clavier, voix), Pierre Corneau (basse), Pierre Thomas (batterie)

remarques

chronique

Non, la lumière n’est pas une trahison, elle est une notion parfois plus complexe que sa soeur ennemie l’obscurité. En même temps, on parle de lumière ET de trahison…Notions indépendantes, liées, fusionnelles ? La mort récente de Philippe Pascal (forte suspicion de suicide) après une reformation plutôt éclatante et des projets nombreux rappelle que certains artistes ont un besoin désespéré de normalité, de paix, d’enterrer des démons pour pouvoir survivre. Que Marc Seberg quêtent la lumière n’a rien d’une trahison, c’est une logique évolutive, un instinct de survie peut-être ? La cold wave du groupe se purifie davantage encore, domestique ses courbes, nettoie ses sonorités à la pluie printanière dans l’espoir de les rendre moins gris. En vain. Même propre et léchée, la musique du combo ne parvient pas à étouffer complètement les écorchures même si elle fait bien illusion. Mon principal souci, ce sont les textes, ils sont trop beaux, trop travaillés presque pour être chantés. La plume de Pascal n’a pas chancelé, elle s’est même enrichie et ses camarades ont dû suivre avec pour conséquence presque tragique que l’objectif devienne l’habillage de cette verve aux détriments de l’émotion. Plus d’espace pour le dérapage, le doute, tout est magnifiquement barricadé. Sauf que n’importe quelle muraille a ses fissures et les courants d’air affluent, nombreux, portant humidité et froid dans cet écrin doré (le très beaux ‘Décembre’, baigné de givre, ‘Jeux de lumières’ délicat comme un ru né du dégel, un ‘Fascination’ émotionnel et moins retenu). Etrange que de critiquer un trop plein de qualité, ce d’autant que Marc Seberg furent parmi les seuls à concilier réussite commerciale et exigence artistique face aux délires ridiculo-puérils de Indochine et aux élucubrations vides de sens de Daho, à proposer une new wave tranchée, adulte, évoluant hors de l’underground au même titre que Minimal Compact, The Cure, Depeche Mode… Sois sage, ô ma douleur, mais aux côtés d’une poignée de perles, d’autres chansons sonnent trop maîtrisées ('Dans ses rêves', 'La nef des fous'), trop vides, trop portées sur l’emballage aux détriments du contenu alors que telle n’était clairement pas l’intention de base, bien au contraire ! La trahison ne viendra donc pas de Marc Seberg, la lumière non plus.

note       Publiée le vendredi 23 juillet 2021

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Lumières & trahisons".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Lumières & trahisons".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Lumières & trahisons".

Richard › samedi 24 juillet 2021 - 16:54 Envoyez un message privé àRichard

Profonds ? assurément pas sur les deux premiers albums même si la (fausse) légèreté se marie parfaitement avec les ambiances pop...puis après, ceci s'améliore quand même. En définitive j'apprécie dans notre langue maternelle surtout sa musicalité et pas tant la profondeur du propos. Daho se situe pour moi entre ces deux rives.

Note donnée au disque :       
Shelleyan › samedi 24 juillet 2021 - 12:57 Envoyez un message privé àShelleyan
avatar

Tu trouves les textes de Daho profonds ? Je n'ai jamais compris comment un mec avec des références pareilles pouvait écrire des trucs aussi creux. Je n'ai rien contre lui, j'ai même une certaine sympathie pour l'artiste mais je trouve ses textes complètement nazes et creux.

Message édité le 24-07-2021 à 13:35 par Shelleyan

Note donnée au disque :       
Richard › samedi 24 juillet 2021 - 08:22 Envoyez un message privé àRichard

" aux élucubrations vides de sens de Daho"...non, non et non ! :)

Note donnée au disque :