Vous êtes ici › Les groupes / artistesIInkubus Sukkubus › The way of the witch

Inkubus Sukkubus › The way of the witch

cd • 10 titres

  • 1The girl in the grey rags
  • 2Angelus Bellum
  • 3Beneath the moon and trees
  • 4Santa muerte
  • 5The morning star
  • 6And the sea shall consume you
  • 7High on the hill
  • 8In the shire that made us
  • 9Where have you gone, my daughter ?
  • 10The way of the witch

enregistrement

Gallows Lane Studio, Gloucestershire, Grande-Bretagne; PsychoSanity Studios, Myslenice, Pologne.

line up

Candia McKormack (chant, castagnettes, surpeti), Tony McKormack (guitare, clavier, programmation, choeurs), Roland Link (basse)

remarques

chronique

‘C’est un peu la planque, non, les chroniques de Inkubus Sukkubus, non ?’, me susurre une petit voix mal intentionnée… Si j’étais payé à la chronique, peut-être, et que je manquais complètement de professionnalisme. Il ne s’agit pas de reprendre le même texte pour y changer quelques virgules, c’est là que le casse-tête commence car comment parler d’une formation qui aligne presque un album par an dont les thématiques n’ont jamais changé avec une gamme de sonorités pas infinie ? J’avais moi-même pensé avoir fait le tour de la question mais j’ai craqué une nouvelle fois quand le groupe a ouvert les pré-commandes de son nouvel opus. Aucun changement notable d’orientation, ce n’est pas spoiler que de le dire d’emblée. J’ai déjà eu l’occasion de l’écrire dans de précédentes chroniques, la musique d’Inkubus Sukkubus est à considérer comme un recueil de légendes; ce n’est pas parce qu’on en a lu une que les autres ne nous intéressent pas. Naturellement, chacun(e) a ses préférences, tel préférera les histoires de fées, une autre optera pour les créatures étranges, quelques-uns chercheront davantage ce qui se rapproche de réalités locales. Nos Anglais proposent un tel panel. Donc voilà, aucune surprise, on sait ce sur quoi on va tomber et la difficulté supplémentaire du chroniqueur est que malgré tout, le duo propose toujours de la qualité. Candia chante toujours aussi merveilleusement bien, ces atmosphères gothiques un peu carton-pâte mais jouissives assurent le job. ‘The way of the witch’ se révèle qui plus est équilibré entre pièces rapides et morceaux davantage axés sur les ambiances avec globalement une prépondérance pour l’électricité, les parties purement acoustiques ne dominant clairement pas le disque, servant plutôt d’ouverture à quelques chansons. Aucun titre n’est mauvais, certains sont même très bons; le combo maîtrise son univers, thèmatiquement, musicalement, et cela s’entend. Dans les détails efficaces, je citerais l’usage des choeurs, masculins ou féminins, spécialement maîtrisé sur ce skeud, de même que l'adjonction de quelques instruments inattendus tels que surpeti et castagnettes. Le reste, c’est le sens de la mélodie des artistes et leur foi inébranlable quant à leur démarche qui assure la qualité et la pérennité d’un style reconnaissable entre mille dès les premières secondes. ‘The way of the witch’ compte clairement parmi les réussites. Pas mal après près de trente ans de carrière.

note       Publiée le vendredi 16 juillet 2021

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The way of the witch".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The way of the witch".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The way of the witch".

taliesin › vendredi 16 juillet 2021 - 10:50 Envoyez un message privé àtaliesin

Ah tiens merci ami crépusculaire, ça me donne envie de m'y remettre du coup ! J'avoue qu'après "Supernature", j'ai trouvé ce qui suivait très moyen ;-)