Vous êtes ici › Les groupes / artistesOThe Offspring › The Offspring

The Offspring › The Offspring

cd • 10 titres

  • 1Jennifer lost the war
  • 2Elders
  • 3Out on patrol
  • 4Crossroads
  • 5Demons
  • 6Beheaded
  • 7Tehran
  • 8A thousand days
  • 9Blackball
  • 10I'll be waiting

extraits vidéo

informations

Southcoast Recording Studios, USA.

line up

Dexter Holland (chant), Noodles (guitare), Greg K.(basse), R.Welty (batterie)

Musiciens additionnels : Cynthia, Jeff, Marvin, Michelle, Rick, Jason, Tyler (choeurs)

chronique

Quels sont les thèmes les plus abordés en chanson ? Beaucoup de facteurs entrent en jeu: époque, contexte politique, mode, styles de la musique choisie…Celui qui défie les années et les frontières demeure bien sûr l’amour. Ça tombe bien, d’amour il n’est guère question dans ce premier opus d’un groupe fondé en 84 et très inspiré des grands noms locaux (nous sommes dans le Orange County qu’on ne présente plus) tels que Adolescents, T.S.O.L., Agent Orange…Ah oui ? Leur nom ? Manic Subsidal puis The Offspring. Personne ne se doute encore qu’ils orneront pas mal de sweat-shirts préados (encore que ce soit un peu un mythe, Sum 41 et Blink 182 ayant souvent eu la préférence) quinze ans plus tard. Après le circuit traditionnel (apprendre à jouer, démos, pressage d’un premier single DIY, flopée de concerts dans des conditions douteuses, etc), ils sortent donc en cette année 1989 leur premier opus sous la houlette de Thom Wilson qui a travaillé avec Social Distortion et The Vandals. Dans la plus pure tradition, le disque s’écoute au turbo et aligne à peine ses trente minutes car The Offspring, c’est du bon punk rock joué pied sur l’accélérateur dans la lignée des influences (Dead Kennedys et Social Distorsion en tête) avec des textes anti-guerre loin d’être basiques parce qu’à l’instar de leurs collègues de Bad Religion, les mecs sont tout sauf des crétins comme en attestent leurs diplômes (mais ça, limite, on s’en fout). Moins hardcore que ces derniers, ils piochent leur héritage dans une culture clairement punk rock. Comme de nombreuses formations du coin (D.I., Adolescents, T.S.O.L), ils n’en développent pas moins un sens aigu de la mélodie. Le vocaliste Dexter Holland (qui confesse avoir dû apprendre à chanter car personne ne voulait prendre le micro) place d’emblée et son timbre identifiable et une technique de chant assumant clairement cet aspect mélodique (même s'il n'est pas pleinement maitrisé à 100%) qui contribueront à la renommée du combo. Son placement est assez coutumier du genre, très émotionnel mais sans jamais réellement perdre le contrôle. Ne faisons pas l’impasse sur les autres zicos, notamment la rythmique pas spécialement originale mais assurant à 100% avec tantôt un aspect lourd, parfois tribal (‘Jennifer lost the war’, ‘Demons’, ‘Tehran’) mais le plus souvent une rapidité sèche en plein sprint. Et puis il y a la gratte; ce disque contient quand même de superbes lignes (‘Out on patrol’, ‘Jennifer Lost the war’, ‘Beheaded…). Noodles ajoute donc son nom au palmarès des professionnels ayant débuté dans le métier de manière fortuite. D’abord chauffeur du bus et suffisamment âgé pour acheter de la bière, il devra prendre des cours pour tenir son instrument. Nos Américains épicent encore le propos par quelques mini-trouvailles (l’entrée acoustique de ‘Out on patrol’, l’intro de ‘Crossroads’ avec mise en valeur de la basse, quelques changements de tempi, des alternances de fluidité et d’accords tranchants). Les ventes seront plutôt décevantes, ce qui est plutôt incompréhensible, et la version cd ne sera éditée qu’en 95. Mais la poisse ne les lâchera pas si aisément. Lors d’un concert anti-nucléaire pendant la tournée qui suivra, Noodles est poignardé. Il s’en sortira et assurera tous les albums d’Offspring, on le sait, on respire mais pour ses potes, c’est le choc. Heureusement, deux ans plus tard, un certain Brett Gurewitz, guitariste de Bad Religion et proprio du label Epitaph Records… 4,5/6

note       Publiée le vendredi 11 juin 2021

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

The Adolescents - The Adolescents

The Adolescents
The Adolescents

Genre 'on se foule pas pour les noms de premiers albums'

Dead Kennedys - Fresh fruit for rotting vegetables

Dead Kennedys
Fresh fruit for rotting vegetables

Une version sauvage

Bad Religion - How could hell be any worse ?

Bad Religion
How could hell be any worse ?

Pour le fun, ils n'ont pas tant en commun après tout...

dernières écoutes

    Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "The Offspring" en ce moment.

    tags

    Connectez-vous pour ajouter un tag sur "The Offspring".

    notes

    Note moyenne        6 votes

    Connectez-vous ajouter une note sur "The Offspring".

    commentaires

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "The Offspring".

    Giboulou Envoyez un message privé àGiboulou

    Diplômes et musique ne sont pas incompatibles. C'est d'ailleurs quand tu es étudiant que tu as le plus de temps à consacrer aux repets et enregistrements ! Je me rappelle d'une discussion avec le batteur de Snapcase après un concert où il m'avait dit qu'il était prof d'anthropologie dans une fac. Post hardcore et post doctorat, même combat !

    Dun23 Envoyez un message privé àDun23

    Effectivement, je crois que c'est clair.
    Ce qui calme, c'est qu'il a passé son doctorat récemment, un peu comme Brian May, quoi (qui chante mieux et que je soupçonne d'être meilleur à la guitare), c'est déjà pas mal en soi, ça l'est d'autant plus passé un certain age.

    torquemada Envoyez un message privé àtorquemada

    Il est diplômé en tout sauf en chant !

    Note donnée au disque :       
    Dun23 Envoyez un message privé àDun23

    Jamais écouté , pas ma came, mais effectivement, y'a du diplôme (Doctorat en biologie moléculaire pour Dexter Holland), ça rend humble.

    Klarinetthor Envoyez un message privé àKlarinetthor

    le deux et le trois pour moi.

    Note donnée au disque :