Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDenuit › Black sun

Denuit › Black sun

  • 2021 • No Need Name NNN-DNT-001-CD • 100 copies • 1 CD

cd • 10 titres

  • 1Negative wave
  • 2Darkest forest
  • 3Blood tears
  • 4Crooked tree
  • 5Blind
  • 6Broken doll
  • 7Black sun
  • 8Night vampire
  • 9Between shadows
  • 10Mirror

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Connectez-vous pour les écouter.

line up

Lis Araignée, Ivi Topp

remarques

https://denuit.bandcamp.com/
Boîtier DVD numéroté à la main.

chronique

Tel un sphinx, Denuit avait posé la bonne énigme, c’est moi qui m’étais fourvoyé dans la réponse. Confiant, je m’avançais sur le chemin, la chronique blasée au bout de la plume; de la dark wave minimale fraîche, certes bien conçue et composée, telle qu’il en pullule de nos jours (Selofan, Tearful Moon, Boy Harsher, Lebanon Hanover en tête). Pourtant sur le funèbre ‘Blood tears’, le doute m’étreint, le décor me semble changé. Avez-vous déjà ressenti lors d’une écoute le moment où le disque bascule ? En ce qui me concerne, ça se situe après 3 minutes 24 sur cette chanson. La superbe voix de Lis Araignée qui n’a jusqu’alors cessé d’évoluer entre gravité et une forme de mélancolie affectée du plus bel effet paraît soudain échapper au contrôle de la chanteuse, comme si au moment où celle-ci posait des notes élevées dignes d’une interprète d’opéra, la voix s’évadait tel un ange pour s’envoler plus haut encore… Pas même vingt secondes où la tristesse la plus absolue luit soudain comme un véritable soleil dans la nuit, une envie de pleurer avec le sourire. Je me serais donc laissé berner ? Retour sur mes pas pour m’engager sur l’autre sentier, celui que le sphinx m’indiquait pourtant dès le début. Cette musique n’a rien de froid, elle est simplement noire, nocturne, évoque une forme d’épure onirique comme un échiquier géant à ciel ouvert où des silhouettes se glissent entre les contrastes du blanc et du noir. ‘Dark forest’ prend dès lors une teinte nettement plus inquiétante avec ses notes synthétiques fantomatiques. ‘Blood Tears’ confirme mon sentiment. Le groupe indique avoir perdu des proches avant la composition du disque, cela se ressent spécialement dans les fameuses vingt secondes mentionnées précédemment. C’est sans doute très personnel mais pour qui, comme eux ou moi, a vécu un deuil récent, cet instant touche à la grâce et on regrette qu’il soit si bref (mais après tout, la touche ‘repeat’ du CD est faite pour y remédier, n’en déplaise aux nazis du vinyle). Avec le sombre ‘Blind’, le duo nous offre un autre instant de bravoure comme la danse d’une poupée désarticulée qui perd ses fils (pourquoi est-ce que l’idée de filiation avec Die Form me traverse l’esprit à cet instant ?). Il y a bien entendu cette voix décidément prenante mais le travail des sonorités du clavier est également très pertinent. Danse macabre synthétique ? Pourquoi pas. Même sentiment de malaise jouissif en plus rapide et dansant sur ‘Broken doll’. Quel merveille que ce refrain avec les mouvements du chant soutenus par un synthé cristallin aux échos religieux du plus bel effet. Denuit, c’est aussi un concept artistique, avec des clips splendides, un boîtier travaillé et des paroles soignées… ’At the dawn of the black sun I see the world that awakes’, superbe phrase d’introduction pour une belle pièce à l’aura à la fois charnelle et désincarnée au refrain profondément émouvant. Le groupe plutôt que de cultiver la tristesse préfère augmenter le malaise sur ‘Night vampire’ avec un travail spécialement tordu des sons et des harmonies moins confortables mais non moins jouissives. Comme le mat aux échecs, ‘Mirror’ conclut cette partie entre silhouettes égarées dans les méandres de leur chagrin et une nature chromatiquement éteinte où l’on se sent étonnamment bien, entre un ciel blanc et une terre noire, à moins qu’il ne s’agisse de l’inverse. Qu’importe, les masques aussi sont capables de larmes…

note       Publiée le jeudi 3 juin 2021

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Richard
  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Black sun" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Black sun".

notes

Note moyenne        3 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Black sun".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Black sun".

pokemonslaughter Envoyez un message privé àpokemonslaughter
avatar

Vu en concert, et je suis allé au bar. Faut en revanche bien connaître le professionnalisme et la maitrise du genre.

Shelleyan Envoyez un message privé àShelleyan
avatar

Je ne sais pas si j'ai une vision assez correcte du timbre de Q.Lazzarus pour répondre mais ça me donne envie de vérifier, tiens.

Note donnée au disque :       
Aplecraf Envoyez un message privé àAplecraf

Certaines intonations m'ont rappelé avec beaucoup de surprise Q Lazzarus. Je suis pas si je suis la seule personne à l'avoir ressenti.

Richard Envoyez un message privé àRichard

Inferno le nouvel album des Montpelliérains vient de sortir. Moins die Form dans la forme (désolé) et peut-être plus ouvertement gothique. Il me semble plus accessible mais tout autant intéressant. Le clip 'I'm Bleeding' (Pythie siouxsesque electro dark) se porte là. Un espoir sans aucun doute dans ce marasme ambient.

Note donnée au disque :       
Richard Envoyez un message privé àRichard

J'ai bien fait de creuser. Pas direct de prime abord mais je dois dire que je suis tombé sous le charme de la voix et de ces pulsations qui me rappellent certaines du travail de Fichot.

Note donnée au disque :